Follow France Synergies on WordPress.com

Le (pré)nom, l’identité

Niveau intermédaire

Echauffement:

1. Citation à lire et à discuter :

« Votre nom, c’est votre carte d’identité, votre matricule ; votre prénom, c’est vous, dans l’intimité de la famille, dans la chaleur de l’amitié, de la camaraderie, dans les élans de l’amour. Quel prodigieux condensé de la personnalité que ces deux ou trois syllabes qui seront répétées des milliers de fois à partir du premier murmure attendri de la mère penchée sur le berceau de son enfant ! » – Pierre Le Rouzic

2. Lisez les passages suivants :

Duska: Mon prénom, dans ma langue maternelle, c’est Douchka, mais en français, c’est Duska. C’est bizarre pour mon oreille, ce n’est pas joli. Duska veut dire « petite âme . » Pour moi, cela évoque les sentiments de tendresse.

Li Phang:Je m’appelle Li Phang. Ça veut dire « le parfum du jasmin. » Quand je suis venue en France, j’avais envie de changer de prénom…Karine, Jeanne, Mila. Mais mes amis ne veulent pas. Ils trouvent mon prénom très joli.

3. Extrait du film : Monsieur Lazhar (2012, Pierre Falardeau)

Résumé du film:

A Montréal, Bachir Lazhar, un immigré algérien, est embauché au pied levé pour remplacer une enseignante de primaire disparue subitement. Il apprend peu à peu à connaître et à s’attacher à ses élèves malgré le fossé culturel qui se manifeste dès la première leçon. Pendant que la classe amorce un lent processus de guérison, personne à l’école ne soupçonne le passé douloureux de Bachir, qui risque l’expulsion du pays à tout moment. – allociné.com

Regardez ce clip deux fois: https://www.youtube.com/watch?v=_PvvAwri_1c
1 :00-1 :50

a. Visionnement sans son :

  1. Où la scène a-t-elle lieu ?
  2. Qu’est-ce qui se passe ?
  3. Comment est le professeur ?
  4. Comment sont les élèves ?

b. Visionnement avec son. Questions de compréhension:

  1. Comment s’appelle le nouveau professeur?
  2. Quelle est la signification de son prénom ? De son nom de famille ?
  3. Faites une liste des noms des enfants. Que remarquez-vous sur leurs origines?
  4. Le professeur ne pose pas de questions sur le nom d’un enfant en particulier. Qui est ? Pourquoi ?

4. Activité d’expansion : Et vous ? Dans une rédaction, répondez aux questions suivantes.

  1. Qui a choisi votre prénom ?
  2. Pourquoi et comment a-t-on choisi votre prénom ?
  3. Que signifie votre prénom ? Et votre nom de famille ?
  4. Comment avez-vous choisi les prénoms de vos enfants ?

5. Quelques expressions courantes avec des prénoms :

Allons-y, Alonzo ! Let’s go !   
A la tienne, Etienne ! 
Cheers!
Ça glisse, Alice ! 
It’s slippery!
Tranquille, Emile ! Calm down!
Tu parles, Charles ! You bet!


Les SMS

 

Les textos en français/le langage SMS

Piste de questions pour l’échauffement

Comment communiquez-vous avec vos amis ? vos parents? Envoyez-vous souvent des textos ? Etes-vous rapide? et vos parents, ils vous comprennent?

Généralisations sur les règles du langage SMS

  • sigles / troncations –> using abbreviations or dropping letters

ex: TLM = tout le monde

ex: BAP = bon après-midi

ex: auj = aujourd’hui

  • l’homophonie / othographe phonétique –> using letters that are pronounced like the desired sounds

ex: OQP = occupé

ex: tr1 = train

ex: G = j’ai

ex: ke = que

  • la suppression des voyelles –> dropping silent letters, esp at end of word

ex: slt = salut

ex: parl = parle

  • C = c’est, s’est, sais
  • é = ai, ais
  • o = au, eau, aux
  • t = t’es, tu
  • 1 = un, en, in
  • 2 = de

 

 

Qu’est-ce que ces textos représentent en français standard? (Faites correspondre l’abréviation à la forme standard)

*indice: lisez les lettres à haute voix pour trouver le sens

 

A+ A demain
a2m1 Aujourd’hui
jtm cadeau
6né C’est bien
b1sur Je t’aime
cb1 A plus
kdo Bien sûr
ojourd’8 Cinéma

 

Essayez ce quiz pour tester vos connaissances en SMS : http://www.foad-spirit.net/flex/quizz.php?xml=xml/concours/adulte/langage-sms.xml&titre=tester%20et%20apprendre%20le%20langage%20SMS%20%20ou%20texto

 

Deux amis s’envoient des SMS pour se donner rendez-vous. Lisez l’échange de SMS et dites où et quand ils vont se rencontrer.

-Slt tu fé koi dm1 ?

-jv o 6né. Tu v1 avc mwa ?

-Ok qd ?

-xlt !!! dm1 aprà-mi10, 3h dvt le 6né ? msg mwa si ts 1 pblm.

-ok, a2m1.

 

Maintenant échangez des SMS (sur une feuille de papier) avec votre partenaire pour l’inviter weekend. Fixez une heure et un lieu.

Discussion : à votre avis, quels sont les problèmes liés à l’utilisation des SMS pour les personnes plus âgées ? et pour les jeunes ?

Regardez ce reportage (le SMS va-t-il tuer l’orthographe/) pour comparer vos opinions.

http://www.youtube.com/watch?v=kmRgSnlIaV4

 

Chanson
“Comme un hic”

http://www.youtube.com/watch?v=qsHQmQFy3wk&ob=av2e

Activité sur la chanson proposée par TV5

http://www.tv5.org/TV5Site/upload_image/app_fp/fiche_complete/jenifer_comme_hic.pdf

 


Brise glace

Par ce froid polaire, voici une série d’activités “brise-glace” qui devraient réchauffer l’atmosphère dans les classes et surtout délier les langues!

1. Quand j’entends ce mot………… je pense à…………….

Durée : 10 minutes

Activité orale

Préparation : aucune

Procédure : Divisez votre classe en deux ou trois groupes. Demandez aux étudiants de former des cercles. Dîtes un mot tel que : ‘chaud’. Expliquez que la personne suivante doit très rapidement dire le premier mot qui lui vient à l’esprit quand il entend ce mot, et d’expliquer pourquoi. Par exemple « glaces, car quand il fait chaud, je mange des glaces ». Ensuite on continue avec le mot ‘glace’… Les étudiants prennent la parole à tour de rôle, en respectant le sens du cercle. Ce jeu est plus drôle, lorsque les étudiants n’ont pas le temps de réfléchir et disent vraiment le premier mot qui leur vient à l’esprit. C’est intéressant de demander le mot de la fin dans chaque groupe, surtout, s’ils ont tous commencé avec le même mot.

2. La soupe à l’alphabet

Durée : 10 minutes

Activité de vocabulaire 

Préparation : aucune

Procédure : Demandez aux étudiants de former des groupes de 3 ou 4. Ils devront trouver dans la salle des choses ou objets commençant par chaque lettre de l’alphabet. Ils vont donc parcourir l’alphabet en trouvant un mot pour chaque lettre, avant de passer à la suivante (par exemple air, bureau, chaise, dossier, élève, ….). Le but du jeu est d’aller le plus loin possible dans l’alphabet en un temps limité (8 minutes). Lorsque vous déclarez le jeu terminé, faites le tour des groupes pour savoir jusqu’à quelle lettre ils sont arrivés, puis demandez au groupe qui est allé le plus loin de dire quels mots ils ont trouvé.

3. Vendre des frigidaires aux Inuits

Durée : 12 à 15 minutes

Activité orale

Préparation : Vous devez venir en classe avec quelques objets complètement inutiles voire ridicules, par exemple un bouchon de bouteille, un sac plastique… Vous aurez besoin d’un objet par groupe de 4 étudiants.

Procédure : Demandez aux étudiants de former des groupes de 4. Expliquez-leur qu’ils devront essayer de vendre un objet, et qu’ils auront quelques minutes pour réfléchir à comment le vendre (ils doivent trouver des arguments de vente). Distribuez les objets aux étudiants.

Laissez-les travailler en groupe pendant 3 ou 4 minutes. Pendant ce temps, circulez, et donnez- leur des idées si vous les sentez coincés.

Ensuite demandez à deux étudiants dans chaque groupe de rester où ils sont, ils seront alors clients, les deux autres vont se lever et aller vers un autre groupe pour essayer de convaincre et de vendre leur objet. Ceux qui sont restés assis doivent écouter les arguments de vente et décider s’ils veulent acheter ou pas. Ils ont entre 3 et 5 minutes pour cette étape.

(Veillez à ce que tous les vendeurs aient des clients et vice versa)

Ensuite les étudiants retournent dans leur groupe d’origine et partage leur expériences de vendeurs et clients. Les clients peuvent expliquer pourquoi ils ont décidé d’acheter l’objet au reste du groupe. A la fin vous pouvez demander aux clients s’ils ont acheter l’objet et d’expliquer leur décision au reste de la classe.

C’est tout ! S’il vous reste du temps, vous pouvez à nouveau changer les groupes, les vendeurs se dirigent vers un autre groupe de clients. Si vous avez remarqué un groupe qui a fait une prestation particulièrement intéressante, vous pouvez leur demander de faire une démonstration devant la classe.

4. J’ai un problème

Durée : 15 minutes

Activité d’écoute et d’oral, s’entrainer à donner des conseils

Préparation : Sur des post it écrivez un problème embarrassant qu’un étudiant devra deviner. (exemple : j’ai une tache sur mon pantalon)

Procédure : Collez un problème sur le dos de chaque étudiant. Ils ne connaissent pas leur problème, mais vont le deviner grâce aux conseils que les autres étudiants vont leur donner (exemple: il faut que tu changes de pantalon). Le but du jeu est donc de deviner son problème le plus rapidement possible, en écoutant les conseils des autres, ils peuvent aussi poser des questions.

5. Un sujet/une minute, la roue tourne !

Durée : 10 minutes

Activité orale favorisant la fluidité de la parole

Préparation : Aucune

Procédure : Demandez aux étudiants de former deux cercles, l’un à l’intérieur de l’autre. Ils doivent tous avoir un partenaire en face d’eux. Expliquez que les personnes dans le cercle interne vont commencer à parler, les autres écoutent. Vous donnez un thème assez général (par exemple : les vacances, la cuisine, le sport, la télé..) les personnes du cercle interne doivent parler sans interruption, pendant une minute, top chrono !

Ensuite c’est à ceux du cercle externe de parler sans interruption sur un autre thème. Faites tourner les deux cercles dans des sens opposés, afin que les étudiants se retrouvent face à un partenaire différent, et répétez l’action ci-dessus.

6. Décrire/dessiner une image

Durée : 15 minutes

Activité : d’oral et d’écoute, en travaillant sur la précision

Préparation : Trouvez des images simples à reproduire, avec des formes géométriques de préférence, vous pouvez les créer vous-même sur ordinateur.

Procédure : Les étudiants forment des pairs. Il y aura un dessinateur, qui doit se munir d’une page blanche et d’un stylo. L’autre personne va décrire une image, que le dessinateur devra reproduire. Distribuez le dessin à l’étudiant qui va décrire, il doit le cacher, pour ne pas le montrer au dessinateur. Il commence à décrire, l’autre dessine. Au bout de 5 ou 6 minutes, interrompez l’activité, le dessinateur peut alors voir le dessin original et comparer avec le sien.

Vous pouvez aussi projeter une seule image au tableau, dans ce cas les dessinateurs tournent le dos au tableau, et les étudiants qui y font face décrivent tous le même dessin. Cette option peut être drôle, car les versions du même dessin peuvent donner des résultats très différents.

7. Combien de choses ………….?

Durée : 10 minutes

Activité : écrit et vocabulaire

Préparation : Aucune

Procédure : Les étudiants forment des groupes de 4. Dites-leur de se munir d’une feuille par équipe, insistez bien, une feuille pour quatre. Expliquez qu’ils vont devoir trouver un maximum de mots et les écrire sur leur feuille, en un temps limité (2 minutes). Donnez un exemple : combien de choses sont plus grosses que les humains ? Ensemble, trouvez un maximum de choses. Continuez avec différents thèmes :sont plus petits que les humains, font du bruit, fonctionnent à l’électricité…) A la fin des 2 minutes, demandez à chaque groupe de comptabiliser le nombre de mots sur leur feuille, celui qui en a le plus marque un point, continuez ainsi de suite. Ce jeu est drôle lorsque l’on rajoute la limite de temps, sinon il n’a pas le même intérêt.


Les fournitures de la rentrée

ACTIVITE : LES FOURNITURES DE LA RENTRÉE

I. Niveau élémentaire/intermédiaire

1. Questions préliminaires: Qu’est-ce qu’un cartable ? Montrer des images des cartables traditionnels. Demander aux apprenants de les comparer aux sacs-à-dos.
2. Que met-on dans un cartable ?: Identifiez les objets dans la salle de classe et demandez aux élèves ce dont ils se servent pour étudier à l’école.
3. Activités:

a. Travail à faire par petits groupes: ils dressent une liste de fournitures scolaires nécessaires pour les cours et ils comparent ensuite ces listes de fournitures scolaires avec un autre groupe.

4. Activité d’expansion: un jeu loto

Les élèves doivent poser des questions à leurs camarades de classe en leur demandant s’ils ont tel ou tel objet dans leur sac. Employez les listes de fournitures déjà faites pour remplir le tableau de loto suivant:

Modèle: As-tu un crayon dans ton cartable?

II. Niveau intermédiaire/avancé

1. Questions préliminaires:

a. Que mettez-vous dans vos cartables? Pourquoi ?
b. Quels objets ne vous quittent jamais ?
c. Vos cartables sont-ils lourds ? Pourquoi ?

2. Article sur les cartables: lire l’article et répondre aux questions par deux.

“Le poids des cartables : une question de santé publique”
(adapté d’un article sur www.citizenkid.com)

En 2008, le ministre de l’Education Nationale a décidé de rendre le cartable un problème de santé. Aujourd’hui, le poids d’un cartable est de 8.5 kgs en moyenne, soit le double de ce qui est conseillé et 20% du poids de l’enfant alors qu’il ne faudrait pas dépasser 10 %. S’en suit, bien évidemment, des problèmes de santé (scoliose, mal de dos) durant la période de croissance de l’enfant. Les cartables à roulettes sont pratiques, mais vides, ils pèsent déjà 2 kgs. A cela, si on ajoute 2 kgs de fournitures et 4 kgs de manuels scolaires, le cartable est déjà trop lourd. Le Ministre de l’Education Nationale a donc demandé de trouver des solutions concrètes en réquisitionnant les acteurs de l’éducation, mais aussi la grande distribution afin que les cartables vides pèsent moins lourds. Pour remédier rapidement à ce problème, de nouvelles instructions ont été établies : une salle de référence par classe afin que ce soit aux professeurs et non plus aux élèves de se déplacer, un équilibrage des emplois du temps, ou encore l’utilisation de plus petits cahiers.

a. Qu’est-ce que le ministre de l’Education Nationale a décidé de faire en 2008? Pourquoi?
b. En moyenne, quel est le poids d’un cartable en kilogrammes? Faites la conversion en livres en cliquant ici.
c. Pourquoi les cartables à roulettes ne sont-ils pas pratiques?
d. Donnez deux solutions au problème proposées dans l’article, avec vos propres mots.
e. Etes-vous d’accord que le poids des cartables est une question de santé? Pourquoi?

Réponses:

a. Le ministre de l’Education Nationale a décidé de rendre le cartable un problème de santé parce que les cartables sont trop lourds pour les enfants.
b. Le poids d’un cartable est de 8.5 kgs, soit 18.73 livres.
c. Les cartables à roulettes pèsent déjà 2 kgs sans livres.
d. On propose une salle de référence par classe et l’utilisation de plus petits livres et cahiers.

3. Ensuite, dirigez vos étudiants vers ce site et demandez-leur de lire l’article suivant et de répondre aux questions par deux :

a. Qu’est-ce qui crée le mal au dos, selon ce document ?
b. Comment prévenir le mal au dos ?
c. Que peuvent faire les élèves pour cultiver de bonnes habitudes d’hygiène de vie ? Les parents ? Les professeurs ?

Réponses:

a. L’inactivité physique, la mauvaise posture, et la mauvaise façon de lever et porter des charges sont quelques-unes des sources du mal au dos.
b. L’activité physique régulière, l’apprentissage du port des charges, un bon poste de travail préviennent le mal au dos.
c. Les professeurs doivent respecter le confort des enfants en salle de classe. Les élèves doivent être actifs, et les parents peuvent encourager les bonnes habitudes d’hygiène de vie.

4. Ensuite, regardez cette vidéo :

Regardez-la sans son d’abord et demandez aux apprenants de dresser une liste des fournitures scolaires qu’ils voient dans la vidéo. Ensuite, visionnez-la une deuxième fois avec le son et répondez aux questions suivantes :

Partie 1: 00:25-00:50

a. Quels sont les risques de santé causés par des cartables trop lourds ?
b. Pourquoi ces risques sont-ils plus dangereux pour les enfants et les adolescents ?

Partie 2: 00:50-1:30

c. Qu’est-ce que le ministère de l’éducation nationale a fait pour adresser le problème ?
d. Décrivez le concours créé par ce ministère.

Partie 3: 1:30-2:27

e. Selon la vidéo, à part s’acheter un cartable léger, que peut-on faire pour réduire le poids du cartable ?
f. Quel est un autre souci des parents français vis-à-vis de l’année scolaire ?
g. Qu’est-ce que le ministère propose de faire à ce sujet ?

Réponses:

a. Le poids d’un cartable risque de présenter des lésions sur la colonne vertébrale de l’enfant.
b. Les disques ne sont pas encore ossifiés à l’âge de l’adolescence.
c. Il a lancé un concours pour la réalisation d’un cartable à la fois léger et solide (pas plus d’un kilo).
d. Il a collaboré avec des lycées professionnels et des sociétés qui vont permettre de vendre ce cartable dans les grandes surfaces et les magasins.
e. On peut diminuer le poids des livres et utiliser des DVDs qui contiennent les livres.
f. Les parents s’inquiètent du coût des fournitures scolaires.
g. Le ministère de l’éducation nationale demande aux écoles de réduire la quantité de fournitures demandée pour réduire et le coût et le poids. Un accord a été fait avec la grande distribution pour réduire le prix des 40 fournitures essentielles.

5. Activité d’expansion: proposez aux étudiants de lire le poème suivant intitulé “Si mon stylo” et d’expliquer le vocabulaire et les rimes. Remplacez ensuite “stylo” par “cartable.” Par deux, les étudiants écrivent un poème avec des rimes sur le cartable.

« Si mon stylo »

Si mon stylo était magique,
Avec des mots en herbe,
J’écrirais des poèmes superbes,
Avec des mots en cage,
J’écrirais des poèmes sauvages.
Si mon stylo était artiste,
Avec les mots les plus bêtes,
J’écrirais des poèmes en fête,
Avec des mots de tous les jours,
J’écrirais des poèmes d’amour.
Mais mon stylo est un farceur
Qui n’en fait qu’à sa tête,
Et mes poèmes, sur mon cœur,
Font des pirouettes.

-Robert Gélis

Liens utiles:

– un article intitulé: Remise des prix du concours « Un cartable léger et solide »


La Semaine du goût

ACTIVITE : LA SEMAINE DU GOUT

I. Niveau élémentaire/intermédiaire

Niveau élémentaire

Objectif:

Apprendre à s’exprimer sur les différentes saveurs (sucré, salé, acide, amer)

Matériel pour la classe:

– des gobelets
– des assiettes
– des cuillères

–  un citron
– du vinaigre
– un pamplemousse

– du sirop d’érable
– du sucre de canne
– du cacao
– du sel
– des chips
– des olives noires
– des raisins secs
– des cornichons
– de la cannelle
– 3 sortes de pomme

Travail préliminaire:

1. Posez les questions suivantes à vos élèves:
Quels sont nos sens? Sont-ils tous utilisés quand on mange? Quel organe est utilisé pour chacun des sens?

Réponses:

1. la vue/regarder/voir/un œil/les yeux
2. l’ouïe (f.)/écouter/entendre/une oreille
3. le goût/goûter/sentir/la langue
4. l’odorat (m.)/renifler/sentir/le nez
5. le toucher/toucher/sentir/la peau

2. Présentez à vos élèves un citron, un pamplemousse, du sucre et du sel comme aliments repères. Les élèves doivent reconnaître l’aliment et mémoriser la saveur de chacun (amer, sucré, etc.).

Développement:

A. Les aliments repères sont disposés sur des tables distinctes et chaque table représente une saveur différente. Tous les autres aliments sont regroupés dans un panier. Après avoir nommé le contenu du panier, chaque élève choisit un de ces aliments et le place sur la table correspondant à sa saveur (par exemple, le cacao c’est amer comme le pamplemousse).

Activité d’expansion: J’aime/je n’aime pas. Modèle: “J’aime le sirop d’érable mais je n’aime pas le vinaigre.”

B. Les pommes. Parlez de la couleur, de la taille, de l’odeur et du toucher des pommes. Les pommes ont-elles toutes le même goût? Faites-leur goûter trois morceaux de pommes différentes. Au choix:

Golden, Gala, Fuji: sucrées, gourmandes
Granny Smith: acidulée
Braeburn, Jonagold: sucrées-acidulées  (natures, rustiques…)

Les élèves doivent retrouver les caractéristiques de chacune, et s’exprimer sur les perceptions de l’une à l’autre. Modèle: “J’aime les pommes Gala mais je n’aime pas les pommes Granny Smith.”

Activité d’expansion: dégustation de fromage français

II. Niveau intermédiaire/avancé

A. Lisez l’article suivant et répondez aux questions.

“La Semaine du Goût”

adapté de http://www.education.gouv.fr/cid53572/la-semaine-gout.html

Qu’est-ce que la semaine du goût? C’est un événement créé il y a 21 ans par des initiatives locales, régionales et nationales autour de l’éducation au goût et du patrimoine culinaire. Le ministère de l’Education nationale parraine cet événement : de la maternelle au lycée, plusieurs milliers d’élèves y participent chaque année.

Cet événement a pour objectifs d’éduquer les enfants au goût, de montrer la diversité et le plaisir des goûts et des saveurs, et d’encourager les comportements et consommations alimentaires s’inscrivant dans un mode de vie équilibré et durable.

Du 17 au 23 octobre, les professionnels des métiers de bouche transmettent leur passion et leur savoir-faire à des élèves: chefs cuisiniers, boulangers, bouchers, fromagers, primeurs… se glissent sous la toque d’éducateurs au goût pour une demi-journée. Cet événement mobilise 2 000 chefs dans environ 6 000 classes.

Parallèlement, les associations, collectivités, entreprises, marchés, fermes, sont invités à organiser des ateliers pour mettre en avant le plaisir lié au goût dans l’alimentation. Ces ateliers sont organisés partout en France. Près de 500 tables de la gastronomie française proposent aussi des menus à prix doux.

Questions:

1. Quand est la semaine du goût en France?
2. Quand cet événement a-t-il été créé?
3. Nommez deux objectifs de la semaine du goût.
4. Expliquez l’expression “professionnels des métiers de bouche” et donnez quelques exemples.
5. Que font ces professionnels à l’école pendant la semaine du goût?
6. Que veut dire “des menus à prix doux”?
7. Que pensez-vous de cet événement?

Réponses
1. du 17 au 23 octobre 2011
2. Il a été créé en 1990
3. Eduquer au goût les enfants, montrer la diversité et le plaisir des goûts et des saveurs, encourager les comportements et consommations alimentaires s’inscrivant dans un mode de vie équilibré et durable.
4. Ceux qui travaillent dans la gastronomie: chefs cuisiniers, boulangers, bouchers, fromagers, primeurs.
5. Pendant une demi-journée, ils transmettent leur passion et leur savoir-faire de leur travail aux élèves.
6. Des menus à prix réduit.
7. (A faire corriger par le professeur.)

B. Regardez cette vidéo et répondez aux questions de compréhension suivantes.

:00-:20

1. Que font ces élèves?

:20-:48

2. Quels conseils donne le chef cuisinier Thierry Faucher aux élèves?

1:00-1:25

3. Nommez quelques aliments mentionnés par les élèves.

1:25-1:40

4. Les élèves sont particulièrement fiers de pouvoir identifier quel goût?

Réponses:

1. Ils assistent à un atelier sur la viande.
2. Manger plus lentement, rester plus longtemps à table, apercevoir la cuisine avec tous les sens (regarder, sentir, et goûter).
3. Fromage, carotte, noix de coco, saucisson, lait
4. Crème de chou-fleur

Activité d’expansion:

Jeu de rôle

Les élèves se mettent par groupe de trois: un journaliste et deux “professionnels des métiers de bouche” à la semaine du goût. Chaque groupe compose des questions posées par le journaliste aux professionnels et leurs réponses. Ils joueront ensuite leurs scènes de 2-3 minutes devant la classe.


Le Petit Nicolas

ACTIVITÉ : LE PETIT NICOLAS
NIVEAU DÉBUTANT/INTERMÉDIAIRE

I. Introduction au Petit Nicolas
1. Les illustrations :
*Pre-visionnage : Montrez cette illustration du Petit Nicolas et cet autre dessin à vos étudiants pour qu’ils découvrent ce personnage puis posez les questions suivantes :
a. Comment trouvez-vous les dessins du Petit Nicolas ?
b. Selon vous, quel est le ton du Petit Nicolas : humoristique ? tragique ? moderne ? Pourquoi ?
c. A quel genre d’histoire vous attendez-vous ?
d. Aimez-vous lire ? Aimez-vous les romans illustrés ? Pourquoi ?
e. Est-ce que vous avez lu des romans illustrés dans votre enfance ? Lesquels ?
*Visionnage : Montrez cette vidéo à la classe une fois sans le son et une deuxième fois avec le son (attention la voix a été accélérée) pour que vos élèves découvrent quelques images.
f. D’après les images, quelles sont les deux choses centrales dans la vie du Petit Nicolas ? (la famille et l’école)
g. Est-ce que vous pensez que le petit Nicolas est un petit garçon sage et obéissant ? Pourquoi ?
h. Connaissez-vous un héros de BD ou de roman illustré similaire ? Lequel ?
2. L’auteur, René Goscinny:
*Questions de pre-visionnage :
a. Est-ce que vous connaissez Sempé et Goscinny ?
b. Connaissez-vous Astérix, Iznogoud ou Lucky Luke ?
c. Quelle importance donnez-vous au scénario d’une BD ou d’un roman illustré?
*Visionnage : montrez cette vidéo hommage sur Goscinny (attention, le lien n’amène pas directement à la vidéo, il faut chercher le petit onglet « vidéo »).
*Post-visionnage : Montrez les projets de monuments en l’honneur de Goscinny par plusieurs dessinateurs et lisez les petites descriptions à voix haute à vos élèves puis…
e. Demandez-leur quel monument ils ont préféré et pourquoi.
f. Proposez que chaque élève dessine un projet de monument à la maison que vous afficherez dans la salle de classe.
3. Le dessinateur, Jean-Jacques Sempé :
*Pre-visionnage :
a. Est-ce que vous pensez que dessiner est facile ? Qui dessine dans la classe ?
b. Est-ce que vous préférez lire une histoire ou juste regarder des dessins, ou les deux ? Pourquoi ?
*Visionnage : Montrez cette petite vidéo et posez les questions suivantes :
c. Sempé a dessiné pour The New Yorker V/F
d. Le Petit Nicolas n’a jamais été traduit V/F
e. Sempé n’a pas fait beaucoup d’autres dessins V/F
f. Sempé dessine souvent des scènes de la vie quotidienne V/F
*Post-visionnage : Demandez à vos étudiants d’aller sur internet et de créer une petite frise chronologique qui va retracer de façon très courte la vie et l’œuvre de Sempé.

II. Les personnages du Petit Nicolas
Allez sur ce site et posez les questions suivantes à vos élèves :
a. À partir des illustrations qui représentent les copains de Nicolas, comment imaginez-vous leur caractère ? (ne donnez pas les réponses aux élèves car l’activité 1 se focalisera là-dessus)
b. Comment les adultes sont-ils représentés ? Ont-ils l’air méchant ou gentil ? Pourquoi à votre avis ?
c. Comment imaginez-vous le caractère des parents de Nicolas selon les images ?
1. Nicolas et ses copains : sur ce site, vous trouverez plusieurs descriptions de Nicolas et sa bande de copains. Par deux ou trois, demandez à vos élèves de les lire et de répondre aux questions qui suivent. Corrigez ensuite l’exercice ensemble et notez les expressions ou mots de vocabulaire nouveaux ou importants au tableau comme :
– aller au piquet = to send somebody to stand in the corner
– être le chouchou = to be a teacher’s pet
– être bagarreur = to be a brawler
– en connaître un rayon sur = to be well clued up about something
– mener quelqu’un par le bout du nez = to lead somebody by the nose
Attention, signalez à vos élèves que Geoffroy est mal orthographié sur ce site.
a. Qui n’hésite pas à se battre ? (Eudes)
b. Qui préfère être fils unique ? (Joachim)
c. Qui est un vrai gourmand ? (Alceste)
d. Qui veut devenir policier ? (Rufus)
e. Qui raconte l’histoire ? (Nicolas)
f. Qui est le plus mauvais élève de la classe ? (Clotaire)
g. Qui manipule Nicolas ? (Marie-Edwige)
h. Qui est le personnage détesté du groupe ? (Agnan)
i. Qui vit dans une famille fortunée ? (Geoffroy) – insistez sur le fait que « fortune » en anglais peut être un faux ami en français puisque « fortuné » veut dire « riche »
Vous pouvez maintenant montrer cette autre bande annonce du Petit Nicolas (la première appelée « teaser Enfants ») et demander à vos élèves si les personnages du film correspondent bien aux descriptions qu’on vient de lire. Enfin, demandez à vos élèves à quel personnage ils s’identifient le mieux, et pourquoi.
2. Le Bouillon :
*Pre-visionnage : Montrez cette illustration qui représente le surveillant de l’école de Nicolas, également surnommé le Bouillon (rappelez, à cet égard, que « bouillon » veut dire « broth » en anglais). Posez les questions suivantes à vos élèves :
a. Pouvez-vous décrire cette image ? A quoi ressemble le Bouillon ?
b. Quelle réaction vous inspire cette illustration ? Trouvez-vous ce personnage drôle ou terrifiant ?
c. Quel rapport entretenez-vous avec le/la surveillant(e) de votre école? En général, êtes-vous sages ou avez-vous tendance à faire des petites bêtises ?
*Visionnage : Montrez cette vidéo amusante à vos élèves puis discutez des thèmes suivants :
a. la représentation du surveillant
b. vos rapports avec vos professeurs
c. la représentation de l’école à cette époque et les différences avec votre propre expérience d’écolier
3. Les parents de Nicolas :
-Pre-visionnage : Montrez cette photo à vos élèves et demandez-leur de la décrire. Ensuite, posez les questions suivantes :
a. Quelle image de la famille apparaît ? ( une famille modèle, exemplaire )
b. Est-ce que cette image de famille parfaite est réaliste ? Pourquoi ?
c. Pensez-vous que Nicolas est un enfant qui obéit toujours à ses parents ?
d. Décrivez votre relation avec vos parents à l’âge de 8 ans.
*Visionnage : Projetez cette vidéo en classe et posez les questions suivantes :
e. Pourquoi est-ce que la mère sursaute au début ? (Nicolas lui a fait peur)
f. Comment est-ce que Nicolas décrit son père ? (il a toujours de bonnes idées)
g. A propos de quoi est-ce que les parents se disputent ? (l’argent : la mère n’aime pas « vivre comme des pauvres » alors que le père est raisonnable et fait attention)
h. Expliquez pourquoi la mère se fâche contre le père ? (la télévision est cassée)
i. Qu’est-ce que son père dit à Nicolas à la fin de la vidéo ? (« Nicolas, ne te marie jamais »)

III. À vous de jouer !
1. Quiz : qui est qui ? Maintenant que vous connaissez le monde du Petit Nicolas, pourquoi ne pas tester vos connaissances sur ses personnages ? Dans ce quiz que vous allez pouvoir faire à deux, vous allez trouver les caractéristiques de Nicolas et ses copains . Bon courage !
2. Les illustrations : Par trois, vous allez décrire en quelques phrases une des illustrations extraites du “Petit Nicolas” (attention, chaque groupe devra choisir une image différente dans la mesure du possible). Essayez de localiser l’endroit où a lieu l’action (l’école, la maison, etc…) et d’imaginer rapidement ce qui se passe. Chaque groupe va décrire son image à la classe à la fin de l’activité.

NIVEAU INTERMÉDIAIRE/AVANCÉ
Certaines activités de niveau intermédiaire/avancé sont réutilisables pour le niveau débutant/intermédiaire. Vous pouvez également réutiliser les autres activités pour débutants, ou les adapter pour vos élèves de français intermédiaire.

I. Le Petit Nicolas, de 1959 à 2009
1. Le contexte des années 60: à la page 5 de ce dossier, vous trouverez des informations utiles sur les années 60, période largement évoquée dans Le Petit Nicolas. Divisez vos élèves en groupes de deux et faites-les répondre aux questions suivantes :
a. Quels nouveaux types de danse apparaissent dans les années 60 ? (twist et rock n’roll)
b. Qui est le Président de la France à cette époque ? (Charles de Gaulle – profitez-en pour leur demander s’ils avaient déjà entendu parler de lui)
c. Qu’est-ce que « la Grande Vadrouille » ? (un film français qui a eu beaucoup de succès – si cela les intéresse, voici un extrait assez amusant du film à recontextualiser au préalable)
d. Que portent les femmes indépendantes dans les années 60 ? (des pantalons)
e. Quel événement crucial a eu lieu en 1969 ? (deux hommes ont marché sur la lune); savez-vous qui ils étaient ? (Neil Armstrong en premier puis Buzz Aldrin – c’est une réponse bonus)
f. Dans quel pays ont eu lieu les Jeux Olympiques en 1968 ? (au Mexique)
g. Quels nouveaux appareils apparaissent ? (la machine à laver, le réfrigérateur, la télévision, l’automobile)
*Questions d’expansion:
h. Comment définissez-vous cette époque ? Comment définissez-vous l’époque actuelle ?
i. Voulez-vous vivre à cette époque ou préférez-vous la nôtre ? Pourquoi ?
j. A présent, demandez-leur de décrire l’image qui représente Nicolas et ses parents : est-ce que cette photo représente bien, selon vous, l’ambiance des années 60 ? Pourquoi ?
2. Nicolas en 2009 : projetez cette illustration au tableau.
*Pre-visionnage :
a. Selon vous, quel âge a ce petit garçon ?
b. Qu’est-ce qu’il essaie d’écrire sur le gâteau ? Y a-t-il une faute d’orthographe ? Où ?
*Visionnage : diffusez le discours d’Anne Goscinny deux fois et répondez aux questions :
a. Combien y a-t-il de dessins originaux dans cette exposition? (160)
b. Quelle est la caractéristique du trait de Sempé ? (la finesse)
c. Pourquoi Le Petit Nicolas est-il indémodable selon Anne Goscinny ? ( un univers clos ; pas d’agression de l’extérieur, pas de radio, pas de télé, pas de guerre, pas d’enjeu dramatique)
d. Pour elle, quelle est la différence fondamentale entre Le Petit Nicolas et Titeuf , personnage créé par Zep ? (nous ne savons pas si Titeuf sera encore d’actualité dans 50 ans; les codes véhiculés par Petit Nicolas sont transgénérationnels)
*Post-visionnage :
e. Présentez à vos élèves un court extrait du Petit Nicolas et un autre de Titeuf; faites leur lire les deux extraits puis, posez-leur les questions suivantes: Etes-vous d’accord avec l’avis d’Anne Goscinny sur les différences entre Titeuf et Le Petit Nicolas? Pourquoi ?
f. Est-ce que vous aimez lire Le Petit Nicolas? Pourquoi ? Est-ce que cela vous rappelle vos souvenirs d’enfance ou est-ce trop idéalisé ?
g. Pour vous, quelle bande dessinée (française ou américaine) représente-t-elle le mieux le monde actuel ? A quel héros ou héroïne de BD vous identifiez-vous le mieux ? Et pourquoi ?

II. Les histoires du Petit Nicolas
1. Parution des histoires : mettez vos élèves par deux et dites-leur de lire la partie « repères chronologiques » de ce site. Ensuite, demandez-leur les informations suivantes :
a. Pourquoi est-ce que Le Petit Nicolas n’est pas resté une bande dessinée ? (Sempé ne se sentait pas à l’aise dans ce registre qu’il trouvait trop étroit)
b. Quelle a été la première histoire illustrée qui a paru ? (« L’Oeuf de Pâques »)
c. Qui de Goscinny et Sempé a été le plus travailleur ? (Goscinny)
d. Comment le premier recueil est-il devenu populaire ? (grâce à l’émission « Lectures pour tous »)
e. Quel livre a été récompensé par un prix ? (Le Petit Nicolas et les copains)
f. Combien de recueils du Petit Nicolas peut-on trouver aujourd’hui ? (8)
g. Comment expliquer le succès du Petit Nicolas ? (il n’y a aucun drame)
*Questions d’expansion:
h. Est-ce que certains journaux américains publient des romans illustrés ou des bandes dessinées de ce type ? Est-ce que vous lisez ces journaux ?
i. Vous allez vous transformer en journalistes et organiser une revue de presse pour un livre choisi sur ce site  : vous pouvez utiliser internet pour constituer un dossier d’informations et vous aider deces avis pour faire la promotion de votre livre. Ensuite, vous allez présenter le livre choisi à la classe et expliquer pourquoi vous l’avez choisi.
2. Exercice de lecture :
*Pre-lecture :
a. Décrivez cette image (à cette occasion, utilisez des termes comme « premier plan », « arrière plan », etc)
b. Comment la télévision est-elle présentée dans cette illustration ?
c. Qu’est-ce qui vous étonne dans cette image ?
d. Comment est-ce que Nicolas et son père réagissent face à cette télévision ?
*Lecture : dites à vos élèves de lire une histoire inédite, “la télé chez Clotaire” , et de répondre à deux aux questions suivantes (il y a dix questions, soit une question par paragraphe, cela pourra devenir un repère de lecture pour vos élèves) :
e. Nicolas peut aller voir la télé chez Clotaire tous les jours V/F
f. Il y a beaucoup de chemin à faire pour aller chez Clotaire V/F
g. Le père de Clotaire a invité le père de Nicolas à regarder la télé V/F
h. La télé était éteinte quand ils sont arrivés V/F
i. Les parents de Clotaire critiquent la boxe V/F
j. Clotaire et son père s’intéressent plus à la télévision qu’aux gâteaux V/F
k. La famille de Clotaire regarde une seule émission V/F
l. Les parents de Clotaire encouragent les enfants à parler et à jouer V/F
m. Nicolas préfère la télé aux soldats de plomb V/F
n. Le père de Clotaire pense que les enfants regardent trop la télé V/F
*Post-lecture :
o. Quelle est la morale de cette histoire ? Pourquoi est-ce drôle ?
p. Regardez-vous souvent la télévision ? Combien de temps environ ? Et quand vous étiez enfant ? Vous définissez-vous comme un(e) accroc à la télé ?
q. Pensez-vous que les enfants ne jouent plus assez à des jeux de leur âge et qu’ils regardent trop la télévision ?
3. Autres lectures possibles  : sur ce site, vous trouverez de nombreux extraits du Petit Nicolas qui sont suivis de questions de compréhension. Il y a différentes façons d’utiliser cet exercice :
-Vous pouvez choisir un extrait, le faire lire à la classe, demander à vos élèves de se mettre par groupe de trois et de répondre aux questions avant de leur donner la correction. Ensuite, vous pouvez discuter de l’histoire que vous avez étudiée et demander à vos élèves si cela leur a plu et s’ils ont vécu des expériences similaires quand ils étaient petits.
-Vous pouvez également diviser votre classe par groupe de trois et donner à chaque groupe un extrait à lire. Après la lecture, le groupe devra répondre aux questions puis, quand tout le monde aura fini, les membres du groupe résumeront en phrases courtes et simples l’histoire qu’ils auront lue et rendront leurs réponses au professeur qui vérifiera plus tard que toutes les réponses sont bonnes.
-Ceci peut également faire l’objet d’un devoir à la maison qui sera noté ou qui donnera des points bonus.

III. À vous de jouer !
1. Petit quiz de récapitulation: Après avoir cherché plus d’informations sur internet, vous pourrez vous amuser à faire ce quiz à la maison et à comparer vos résultats avec vos camarades de classe le lendemain ! Bonne chance !
2. Que les meilleurs gagnent ! : Chaque année, le prix René Goscinny récompense le meilleur « jeune » scénariste de BD de l’année. Par groupe de trois, vous allez inventer une histoire illustrée, en vous inspirant du Petit Nicolas, qui racontera votre rentrée scolaire. Votre professeur décernera le prix René Goscinny à la meilleure création; soyez imaginatifs et soignez bien votre scénario !

Autres liens utiles :
– Le site officiel du Petit Nicolas qui propose des fiches pédagogiques et des activités pour les professeurs et les élèves au niveau débutant ou intermédiaire.
– Des illustrations et informations sur Le Petit Nicolas.
– Un dossier pédagogique sur le film Le Petit Nicolas.
– Des fiches pédagogiques autour du Petit Nicolas pour faire un petit test récapitulatif.
– Des informations sur l’exposition à la mairie de Paris qui a eu lieu en 2009.
– Des extraits du Petit Nicolas pour celles et ceux qui veulent lire plus d’histoires.
– Une parodie amusante du Petit Nicolas à montrer à la fin du cours.
– Le témoignage plutôt mignon d’un autre petit Nicolas.


Le Bac

ACTIVITÉ : LE BACCALAUREAT

LE BACCALAUREAT

I. Qu’est-ce que le Bac ?
1. Brainstorming  : Ecrivez le mot « Baccalauréat » au tableau et demandez à vos élèves s’ils savent ce que c’est. S’ils ne savent pas, dites-leur que c’est un examen qu’on passe au lycée et posez-leur les questions suivantes :
– Quel est l’examen qu’on passe à la fin du lycée aux Etats-Unis ?
– Pourquoi doit-on réussir cet examen ?
2. La définition  : Demandez-leur maintenant de lire l’explication du Baccalauréat par groupes de deux, et de répondre aux questions suivantes. Corrigez ensuite ensemble
a. L’examen sanctionne les enseignements donnés dans quelles classes ? ( Expliquez qu’en France, la première correspond au 11th grade et la terminale au 12th grade) 
b. Quels sont les examens que les lycéens passent à la fin de la première ?
c. Quels sont les deux types d’épreuves en terminale ?
d. Combien de séries au bac général est-ce qu’il existe ? et au bac technologique ?
3. Les filières et leurs matières  : Montrez maintenant le cycle terminal de la série L (littéraire) à vos élèves comme exemple de cours et épreuves obligatoires et facultatives, ainsi que leurs coefficients au bac. Expliquez le tableau (matières obligatoires et facultatives, nombre d’heures dans la semaine, coefficients au bac, modalités des épreuves au bac, contrôle en C. F. (qui veut dire, «en contrôle continu sur les 2 ans») et posez les questions suivantes à vos élèves :
a. Les lycéens ont plus de cours en première ou en terminale ? ( en première )
b. Quelle est la matière qui a le coefficient le plus haut au bac ? ( la philosophie )
c. Quelle est la matière obligatoire qui a le plus d’épreuves au bac ? ( le français )
d. Quels sont les 4 types d’épreuves au bac ? ( écrit, oral, contrôle continu, pratique )

II. La préparation et les épreuves
1. La préparation  : – Expliquez à vos élèves que, puisque les examens du bac sont très importants et se préparent sur deux années, les révisions sont souvent stressantes et intenses. Faites lire les questions qui suivent à vos élèves et montrez-leur ensuite la vidéo sur la manière de se préparer, la veille de l’examen. Demandez-leur de répondre aux questions pendant la vidéo et corrigez ensuite ensemble.
Remarque : Vous pouvez rejouer chaque interview plusieurs fois et indépendamment des autres. 
a. La lycéenne Juliette pense que c’est réconfortant de savoir qu’on a travaillé :
aa. suffisamment
bb. jusqu’au bout
cc. comme il faut
b. Le lycéen Olivier dit qu’il :
aa. ne va pas relire ses fiches la veille de l’examen
bb. va relire ses fiches jusqu’à 5h du matin
cc. va relire ses fiches avant de se coucher
c. La veille des examens, le professeur Saba conseille aux lycéens de :
aa. se décontracter à partir de 6h du soir
bb. réviser jusqu’à 6h du matin
cc. s’acharner au travail
d. Le médecin Dehen recommande, la veille des examens, de :
aa. boire du café
bb. se coucher plus tard que d’habitude
cc. faire autre chose que travailler pendant la journée
e. Le psychiatre Huerre conseille de :
aa. relativiser, le bac ce n’est pas la fin du monde
bb. reprendre l’ensemble du programme la veille
cc. ne pas sortir du cadre habituel la veille
– Posez ensuite les questions suivantes à toute la classe pour ouvrir une discussion :
a. Qu’est-ce que vous faites la veille d’un examen ?
b. Etes-vous d’accord, ou pas d’accord, avec les commentaires et conseils des personnes interviewées ?
c. Est-ce que vous pouvez penser à d’autres conseils ?
2. Les dates des examens  : Mettez vos élèves par groupes de deux et assignez à chaque groupe un type de bac (ES, L, S, ST2S, STG, STI, STL, hôtellerie) et posez-leur les questions suivantes. Corrigez ensemble.
a. Sur combien de jours les épreuves écrites se tiennent-elles ?
b. Quelle est la première épreuve ?
c. Combien d’épreuves écrites y a-t-il au total ?
3. Le déroulement des examens  : – Faites lire les questions qui suivent à vos élèves et montrez-leur la vidéo de la première épreuve du bac 2009. Demandez-leur de dire si les phrases sont vraies ou fausses, et de donner la bonne réponse quand la phrase est fausse. Corrigez ensemble.
a. La philosophie est la première épreuve du bac chaque année. V/F
b. Les lycéens se sont levés très tôt. V/F
c. Les lycéens sont tous stressés. V/F
d. La femme qui distribue les copies ne connaît pas les sujets de l’épreuve. V/F
e. Les lycéens ont le choix entre une dissertation et un texte. V/F ( Expliquez à vos élèves que les lycéens doivent écrire soit une dissertation (essay) soit un commentaire de texte et qu’ils doivent suivre un plan très strict de 2 ou 3 parties avec une introduction et une conclusion) 
f. L’examen a duré toute la journée. V/F
– Montrez maintenant la vidéo des réactions des lycéens après l’épreuve de philosophie. Faites lire les questions d’abord et demandez-leur d’associer la lettre avec le chiffre qui convient. Vous corrigerez ensemble.

a. Quel sujet avez-vous choisi ? 1. Je ne sais pas du tout.
b. Quel est votre plan ? 2. Je vais réviser pour demain.
c. Vous pensez avoir réussi ? 3. Le langage trahit-il la pensée ?
d. Et maintenant ? 4. J’ai plus ou moins suivi le texte.

III. Après les épreuves
1. Les résultats  : Expliquez à vos élèves qu’après avoir passé les épreuves écrites et orales, les lycéens doivent aller dans un lycée spécifique (en général différent du leur) où les résultats sont affichés. Faites lire les questions suivantes à vos élèves et montrez-leur la vidéo des résultats du bac. Corrigez ensuite ensemble.
a. Quel est l’état des lycéens en attendant les résultats ?
aa. ils sont heureux
bb. ils sont tristes
cc. ils sont stressés
b. Quel est l’état de la plupart des lycéens après avoir vu les résultats ?
aa. ils sont heureux
bb. ils sont tristes
cc. ils sont stressés
c. Sur 144 élèves, combien d’entre eux iront au rattrapage ?
aa. 4
bb. 14
cc. 40
d. Quelle est la moyenne des lycéens convoqués à un oral de rattrapage ?
aa. entre 6 et 8 ( sur 20 )
bb. entre 8 et 10 ( sur 20 )
cc. entre 10 et 12 ( sur 20 )
2. Le rattrapage  : La dernière étape, pour ceux qui n’ont pas eu la moyenne aux épreuves du bac, est le rattrapage, comme l’illustre la vidéo suivante. Lisez les phrases qui suivent et demandez à vos élèves de dire si elles sont vraies ou fausses. Ils devront donner la bonne réponse lorsque la phrase est fausse. Corrigez ensuite ensemble.
a. Le rattrapage est composé d’un seul examen oral. V/F
b. Les lycéens ont 20 minutes pour préparer et l’examen dure 20 minutes. V/F
c. Dans les couloirs, les lycéens révisent. V/F
d. Les résultats seront donnés plusieurs jours après. V/F
e. L’an dernier, 2/3 des élèves ont été rattrapés. V/F
3. Le diplôme  : Après avoir reçu les résultats et réussi le bac, les nouveaux bacheliers reçoivent un diplôme. Expliquez qu’en France il n’y a pas de cérémonie de remise de diplôme comme aux Etats-Unis ; les bacheliers reçoivent leur diplôme par la Poste ! Montrez la photo du diplôme du bac français à vos élèves et posez-leur les questions qui suivent.
a. Comment s’appelle le bachelier ?
b. Dans quelle académie a-t-il passé son bac ?
c. Quel type de bac a-t-il passé ?
d. En quelle année est-il né ?
e. En quelle année a-t-il reçu son bac ?
f. A trois, décrivez le diplôme et comparez-le à d’autres diplômes américains.

IV. A vous de jouer !
1. Le jeu du « Petit Bac »  : ce jeu est très populaire parmi les jeunes français. Vous pouvez cliquer ICIpour avoir accès aux règles du jeu ainsi qu’à une page de jeu à imprimer. Vous pouvez changer les règles du jeu pour vos élèves pour le rendre un peu plus facile, comme par exemple faire un brainstorming des animaux avant de commencer, accepter les noms féminins et masculins américains, choisir une lettre facile, etc. Amusez-vous bien !
2. Et vous ? Individuellement, demandez à vos élèves de répondre aux questions suivantes. Ensuite, ils devront discuter de leurs réponses avec deux autres camarades.
– Que faites-vous la veille d’un examen ?
– Dans quel état êtes-vous juste avant un examen ? juste après un examen ?
– Que ressentez-vous avant de recevoir votre note ?
– Si vous étiez dans un lycée français, quelle filière (type de bac) choisiriez-vous ? Pourquoi ?