Follow France Synergies on WordPress.com

Le pain

 Le pain

I. Echauffement:

Demandez aux élèves de décrire cette image stéréotypée du Français qui porte le béret, boit du vin, et a une baguette sous le bras.

II. Activité de lexique: expressions idiomatiques avec le mot “pain”

A. Demandez aux élèves de se mettre en petits groupes et de commenter les phrases suivantes:

1. Face aux difficultés économiques qu’ils doivent affronter, certains paysans choisissent de vendre leurs terres pour une bouchée de pain.

2. Avec tous les devoirs qu’il nous reste, on a encore du pain sur la planche  avant les vacances.

3. Tous les exemplaires de ce magazine se sont vendus comme des petits pains le jour même de la publication.

4. Avec un salaire de 3000 euros par mois, mon oncle a son pain cuit.

5. Ma sœur travaille comme professeur de maths. L’enseignement est son gagne-pain.

5. Ce livre que je suis en train de lire est long comme un jour sans pain.

6. Léo rend visite à sa grand-mère tous les dimanches. Il est bon comme du pain, ce garçon !

Maintenant, faites l’exercice suivant: associez chaque expression à sa définition.

1. avoir du pain sur la planche

2. être bon comme du pain

3. avoir son pain cuit

4. long comme un jour sans pain

5. pour une bouchée de pain

6. cela se vend comme des petits pains

7. un gagne-pain

a) interminable

b) travail permettant de gagner sa vie

c) pas cher

d) avoir beaucoup de travail

e) être riche

f) être très gentil

g) cela se vend facilement

III. Ensuite, regardez ce reportage qui raconte comment les Français mangent de moins en moins de pain.

Questions de compréhension (vrai ou faux):

1. Selon la première boulangère dans l’interview, les enfants aiment manger du pain le matin.

2. Les boulangers doivent constamment renouveler leurs produits.

3. 98% des Français continuent à manger du pain.

4. En moyenne, une baguette coûte moins d’un Euro.

5. L’histoire d’amour entre les Français et le pain est prête de s’arrêter.

Réponses:

1. F

2. V

3. V

4. V (86 centimes)

5. F

IV. Poème

La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, – sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation. (Francis Ponge, 1942)

V. Chanson: “Le petit pain au chocolat” (Joe Dasin, 1969)

Pour les paroles, cliquez ici.

VI. Film: La femme du boulanger (Marcel Pagnol, 1938)

Résumé de www.premier.fr:

“Le boulanger Aimable Castanet s’installe avec sa femme Aurélie dans un petit village de Haute-Provence, où ragots et médisances vont bon train. Expansif et volubile, Aimable fait vite la conquête des habitants et son pain est le meilleur jamais dégusté au village. Aurélie, timide et réservée reste les yeux fixés sur sa caisse. Mais un beau jour, elle s’enfuit avec Dominique, le berger du Marquis de Monelles. Désespéré, Aimable perd la tête et refuse de faire son pain. Les villageois se mobilisent pour qu’Aurélie lui revienne.”