Follow France Synergies on WordPress.com

La Saint-Valentin en Europe

I. Echauffement

A. Posez les questions suivantes aux élèves:

Quel symbole représente l’amour?

Qui envoie de l’amour?

Qui est Cupidon?

Que lance-t-il?

Qu’est-ce qui sent bon?

Qu’est-ce qui a des épines?

Quelle couleur est aussi un nom de fleur?

Que suis-je? Je peux être blanc, brun ou noir.

B. Demandez à vos élèves s’ils fêtent la Saint-Valentin, et si oui, comment. Demandez-leur également s’ils pensent que c’est une fête importante et de justifier leur réponse.

II. Reportage et questions de compréhension: “Des idées originales pour bien célébrer la fête de la Saint Valentin

III. Reportage et questions de compréhension: “Une pratique romantique: les cadenas d’amour

IV. Poème:

Je suis perdu, vois-tu,
je suis noyé,
inondé d’amour;
je ne sais plus si je vis,
si je mange,
si je respire,
si je parle;
je sais que je t’aime.

-Alfred de Musset, 1834

IV. Citations:

“La vie et l’amour sont la même chose. Quand il n’y a pas d’amour, il n’y a pas de vie.”
-Roch Carrier

“Aimer un être, c’est accepter de vieillir avec lui.” -Albert Camus

“L’amour est clair comme le jour, l’amour est simple comme le bonjour, l’amour est nu comme la main, c’est ton amour et le mien.”
-Jacques Prévert

“Amour, amour, quand tu nous tiens, on peut bien dire : Adieu prudence.”
-Jean de La Fontaine

V. Chanson et fiche pédagogique: “Les Voyages en train” (Grand corps malade, 2006)

VI. Film: Jack et la mécanique du coeur (Stéphane Berla, Mathias Malzieu, 2014)


Le Carnaval

ACTIVITE: LE CARNAVAL

I. Qu’est-ce que le Carnaval ?

a. Pré-activité

– chercher dans un dictionnaire le sens du mot « mardi gras » : rédiger une phrase complète à partir des informations trouvées dans le dictionnaire. Le situer sur un calendrier.

– peut-on rapprocher cette journée d’une autre fête en France ?

– chercher dans le dictionnaire le sens du mot «carnaval ». A partir des trois propositions trouvées dans le dictionnaire (par ex. le Petit Robert) rédiger trois phrases complètes qui illustrent les trois sens de ce mot.

b. Activité de lecture:

Lire avec vos élèves l’article suivant:
(adapté de: http://www.joyeuse-fete.com/mardigras.html)

Partie 1:

Origines de Mardi Gras et de Carnaval

Tout au long de l’année, se succèdent des fêtes qui rythment la vie des chrétiens.
La fête de Mardi Gras a tous les ans une date différente, fixée par rapport à la date de Pâques, qui elle même varie en fonction du cycle de la Lune.
Mardi gras est le jour qui précède le Mercredi des Cendres. Il y a 40 jours de carême, entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques. Pendant cette période, les chrétiens sont invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations.

Avant de se mettre au carême, on en profite pour manger des beignets et des crêpes.

Par opposition au carême, le carnaval est une période de joie et de liberté où les règles de vie normales sont suspendues et où chacun fait un peu comme il lui plaît : on se déguise, on mange tout ce qu’on veut, on sort chanter dans les rues.

Questions de compréhension:

a) Mardi gras a-t-il lieu le même jour tous les ans ?
b) expliquez ce que veut dire faire carême
c) connaissez-vous une autre fête où il faut jeûner ?
d) pourquoi mangeait-on beaucoup le jour du Mardi gras ?
e) qu’est-ce qu’on mange le Mardi gras ?

Partie 2: Origines du mot “carnaval”

Dans “carnaval” il y a “carne,” la chair, la viande. C’est le dernier jour pour profiter une dernière fois avant Carême et faire la fête, car ensuite, pas d’alimentation carnée ni graisseuse durant 40 jours. La fête de Carnaval se déroule à différentes dates selon l’endroit du globe et revêt des rituels différents.

Les symboles de Carnaval

Le déguisement et les masques
La musique, orchestre ou fanfare
La parade qui consiste en un défilé des personnes déguisées accompagnées avec de la musique.
Les chars en général fleuris et très fantasques.

Chaque pays à sa propre interprétation des réjouissances avec toujours un même objectif : faire la fête !

Parmi les plus connus de nos jours, on peut citer les carnavals de Rio de Janeiro, Venise, Nouvelle-Orléans, Nice, également ceux du nord de la France comme Dunkerque, moins connu mais tout aussi festif, le carnaval de Québec.

Questions de compréhension:

a) quel est le sens du mot Carnaval ?
b) comment célèbre-t-on le Carnaval ?
c) expliquez ce qu’est aujourd’hui une parade de Carnaval ?
d) où aimeriez-vous célébrer le Carnaval?

3. Activité orale

Visionner la vidéo du Carnaval de Dunkerque ensemble, et ensuite décrire oralement le défilé des carnavaleux:
4. Activités d’expansion

  • préparer une galette des rois
  • faire des crêpes
  • construire des masques du Carnaval
  • ….et pourquoi pas faire une parade?


Chanson à connaître:

“Mardi Gras, t’en va pas”

Film à connaître:

Plus Oultre (documentaire belge, 2012) de Frédéric Ansion et Robert Devin

Citations et proverbes:

Carnaval au soleil, Pâques au tison. -Proverbe

Au carnaval tout le monde est jeune, même les vieillards. Au carnaval tout le monde est beau, même les laids.

-Nicolaï Evreïnov

Annonces:

1. UW-Milwaukee Festival de Films en français, du 8 au 17 février 2013.

The 16th Annual Festival of Films in French, organized by the University of Wisconsin In Milwaukee, celebrates the wide range of French-language cinema, with a spotlight on four films from multicultural Québec.

2. Visite du poète et romancier Haïtien Louis-Philippe Dalembert qui enseignera des cours de littérature et de cinéma et dirigera un atelier d’écriture dans le departement de Francais, Italien et Littérature comparée à l’University of Wisconsin-Milwaukee. Etudiants et auditeurs libres sont invités à s’inscrire dès à présent. Pour tout renseignement s’adresser à Sarah Davies Cordova: cordovas@uwm.edu

3. My French Film Festival, du 17 janvier au 17 février 2013. Un concept inédit qui a pour but de vous faire découvrir le cinéma français et vous permet de partager votre amour du cinéma français avec les internautes du monde entier.


Les santons


ACTIVITE: Les traditions de Noël et les santons

I. Niveau élémentaire/intermédiaire:

(Adapté d’une fiche pédagogique sur le site des Lettres de l’académie d’Aix-Marseille)

1. Brainstorming

–          qu’est-ce que le mot Noël signifie pour vous ?

–          qu’est-ce qu’on peut voir au mois de décembre qui évoque Noël ?

–          est-ce que vous célébrez Noël ?

–          Si oui, comment le célébrez-vous ?

–          Si non, quelles autres fêtes célébrez-vous ?

2. Comment est-ce qu’on fête Noël en France ?

Dirigez vos élèves vers ce site et demandez-leur de lire l’introduction intitulée “Noël” :

Faites lire la rubrique “La veillée de Noël” et demandez-leur de décrire l’image dans cette rubrique. Demandez aux élèves de décrire le tableau à l’écrit par deux personnes, et ensuite à l’oral à toute la classe.

Expliquez aussi le lexique dans cette rubrique :

-« repas festif » : faire apprendre les mots de la famille de « fête »
-« bûche » : expliquez l’origine de la forme du gâteau
-« veillée » – révisez les mots « matinée », « soirée » « journée » et leur sens par rapport à « matin », « soir » et « jour »)

Passez à la rubrique « le Père Noël » et, par deux, faites décrire l’image proposée en demandant aux élèves de décrire le tableau à l’écrit, et ensuite à l’oral, à toute la classe.

Evoquez la lettre au Père Noël qu’écrivent les très jeunes enfants, expliquez l’expression idiomatique « croire au Père Noël ».

Lisez le texte de la rubrique et expliquez le lexique utile et la forme du pluriel des mots en « eau » comme cadeau, traîneau, puis proposer le questionnaire suivant :

a)      quel est le travail du père Noël ?

b)      que porte le Père Noël ?

c)      comment se déplace-t-il ?

d)     qui a fixé la couleur de son vêtement ?

e)      de quels autres personnages peut-on le rapprocher ?

Dirigez vos élèves vers la partie intitulée “Les décorations.”

Enrichissez le lexique des décorations de Noël (on accroche des guirlandes, on décore le sapin avec des boules de couleurs, on place les cadeaux au pied du sapin etc.). Puis demander aux élèves de répondre aux questions suivantes :

a) où et quand a-t-on commencé à faire des sapins de noël ?

b) quels peuples décoraient des arbres à la même époque ?

c) quel symbole représente le sapin de Noël ?

d) pourquoi le sapin de Noël a-t-il parfois été interdit ?

e) est-ce que vous faites un sapin de Noël chez vous ?

Faites rédiger un petit paragraphe de cinq ou six lignes pour expliquer comment et avec quoi on décore le sapin de Noël. Les élèves peuvent s’inspirer de l’image qui accompagne la rubrique, du sapin qui décore le collège, un magasin ou la ville.

II. Niveau intermédiaire:

1. Les santons

a. L’histoire des santons

(adapté d’un article de Wikipedia)

“La tradition de la crèche de Noël trouve son origine au Moyen Âge, certains auteurs la faisant remonter à Saint François d’Assise. Les personnages étaient joués par des gens du village, les animaux étant réels. Cette ‘crèche vivante’ a donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée, mais les ‘acteurs’ ont été très largement remplacés par des personnages en bois, en cire, en faïence et même en verre.

Après la Révolution française qui a entraîné la fermeture des églises et la suppression de la messe de minuit, les représentations publiques de la nativité étaient discontinues. C’est alors qu’en Provence des petits personnages, les ‘santoun’ ou ‘petits saints,’ ont été créés. Les santons sont une série de petits personnages faits d’argile rouge, les habitants d’un village provençal qui portent les insignes de leurs métiers traditionnels (berger, fermière, meunier, etc.).”

Voici quelques santons clés :

l’enfan Jèsu (l’enfant Jésus)
Sant Jousè (Saint Joseph)
la Santo Vierge (la Vierge Marie)
lou biou (le bœuf)
l’ase (l’âne)
li pastre (les bergers, les pâtres)
lou viei et la vièio (le vieux et la vieille)
lou ravi (le ravi)
ou pescadou (le pêcheur)
a peissouniero (la poissonière)
ou pourtarié d’aigo (le porteur d’eau)
lou bouscatié (le bucheron)
la jardiniero (la jardinière)
la masièro (la fermière avec les produits de la ferme)
lou móunié (le meunier, avec son sac de farine)
lou boulangié (le boulanger)

b. Questions de compréhension:1. La tradition de la crèche date de la Renaissance. (F)
2. Les premières crèches étaient des tableaux vivants. (V)
3. Après la Révolution française, les crèches étaient interdites. (V)
4. Le mot “santon” veut dire “petit saint.” (V)
5. Parmi les santons il y a des animaux. (V)
6. Les santons sont faits de papier. (F)

b. La fabriction des santons.

Regardez cette vidéo d’un santonnier:

“Le petit monde des santons de Provence”

Description de la vidéo sur YouTube:

“En Provence, Noël ne saurait se concevoir sans la traditionnelle crèche et ses santons. Michel Giraud, santonnier à Aix-en-Provence, nous raconte l’histoire des santons et nous présente quelques-uns de ses personnages.”

Vocabulaire utile:

le moule
l’argile
le talc
ébarber

a. Regardez d’abord le clip 8:35-9:55 et demandez aux élèves de décrire les différents santons qu’ils voient.

Questions possibles:

1. Quels métiers et professions voyez-vous?

2. Combien coûtent les santons?

3. Quels santons aimeriez-vous acheter?

b. Regardez ensuite le clip 3:53-6:39 et demandez aux élèves de décrire la fabrication d’un santon en étapes.

Réponses:

  • sculpter un moule original
  • mettre un peu de talc dans le moule
  • mettre de l’argile dans le moule
  • taper avec le marteau
  • signer le santon
  • sortir le santon du moule
  • attendre 24 heures pour qu’il sèche
  • faire les barbages (raser; couper; ébarber)
  • laisser sécher une semaine
  • faire cuire dans un four à mille degrés Celsius
  • faire la décoration et la peinture

4. Activité d’expansion

Demandez aux élèves d’imaginer qu’ils sont en Provence, qu’ils viennent d’assister à la fabrication des santons, et qu’ils doivent faire les tâches suivantes:

1. Ecrire un email à un ami en résumant ce qu’ils ont vu.

2. Préparer un jeu de rôle à deux ou trois où un “journaliste” ou un “touriste” pose des questions sur la fabrication des santons et le “santonnier” répond aux questions avec les éléments donnés dans l’activité précédente.


L’amour et les Français

ACTIVITE : L’AMOUR ET LES FRANÇAIS – SPECIAL SAINT-VALENTIN

I. Célébrer la Saint-Valentin en France
1. Petit sondage : *Pré-lecture : Demandez à vos élèves s’ils fêtent la Saint-Valentin, et si oui, comment. Demandez-leur également s’ils pensent que c’est une fête importante et de justifier leur réponse.
*Lecture : Montrez les résultats d’un sondage que vous pourrez télécharger en fichier PDF en haut à droite sur ce site : dites à vos élèves de regarder attentivement les diapositives 6, 7, 8, 9, 10 et 11, puis de répondre aux questions suivantes :
I. Diapositive 6 et 7
a. Est-ce que les Français achètent des cadeaux pour la Saint-Valentin ? (oui, 48% des Français qui sont en couple achètent un cadeau à leur partenaire)
b. Quelle différence peut-on noter entre les hommes et les femmes ? (Les femmes ont moins tendance à acheter des cadeaux aux hommes pour célébrer cette fête que les hommes)
II. Diapositive 8 et 9
c. A combien s’élève généralement le coût d’un cadeau de la Saint-Valentin ? (de 35 à 50 euros)
d. Comparez les résultats entre les hommes et les femmes. (les résultats sont à peu près les mêmes mais on notera que les hommes ont tendance à payer un peu plus que les femmes)
IV. Diapositive 10 et 11
e. Quels sont les trois grands « classiques » pour la Saint-Valentin ? (bijoux, fleurs, vêtements et parfums)
f. Comparez les résultats concernant les hommes et les femmes. Comment est-ce que vous les expliquez ? (les hommes s’appuient sur le classique bijou tandis que les femmes ont tendance à acheter des vêtements à leur conjoint)
*Post-lecture : Par deux, vos élèves vont jouer le rôle de deux personnes qui sont en couple et qui se disputent à propos du fameux cadeau de Saint-Valentin et qui essaieront de trouver un commun accord pour résoudre cette situation et pour se réconcilier. Ensuite, chaque groupe jouera sa petite scène devant la classe. Précisez à vos élèves qu’il ne faut pas hésiter à en faire quelque chose d’humoristique !
2. Activités et cadeaux : *Pré-visionnage : Demandez à vos élèves de faire un petit sondage parmi leurs camarades et de découvrir quel serait, pour eux, l’activité ou le cadeau idéal pour la Saint-Valentin. Discutez ensuite des résultats tous ensemble.
*Visionnage : Vous allez leur montrer cette vidéo (attention, on arrêtera la vidéo après 1 :08 min parce que le reste du reportage montre des cadeaux assez connotés qui pourraient mettre mal à l’aise vos élèves ! faites bien attention à la stopper juste après le témoignage de la personne qui dit qu’un petit cadeau fait toujours plaisir !!) et leur dire de répondre aux questions qui figurent ci-dessous :
a. Les touristes étrangers trouvent que :
a.1. Paris est suffisamment romantique pour la Saint-Valentin.
a.2. Paris ne remplace pas une grande déclaration romantique.
a.3. Paris est trop cliché.
b. La majorité des clients qui viennent acheter des fleurs pour la Saint-Valentin sont :
b.1. des femmes.
b.2. des hommes.
b.3. les deux.
c. Selon le reportage, faut-il payer beaucoup d’argent pour la Saint-Valentin ?
c.1. oui !
c.2. non, pas forcément : c’est le geste qui compte !
c.3.  absolument pas : personne n’aime la Saint-Valentin.
d. Quels sont les autres cadeaux de Saint-Valentin cités ?
d.1. des ustensiles de cuisine.
d.2. des livres.
d.3. le chocolat.
*Post-visionnage : Organisez une discussion sur l’aspect commercial de la Saint-Valentin et divisez votre classe en deux afin de mener un débat sur le bien-fondé, les avantages et inconvénients (voire les dérives) de cette fête.
3. Les « Kiss-in » le 14 février 2010 : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, est-ce que la Saint-Valentin est importante aux Etats-Unis ?
– Aux Etats-Unis, est-ce qu’il y a des événements particuliers le jour de la Saint-Valentin comme des revendications sociales ou politiques, etc… ?
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire cet article puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Qui a organisé la journée « kiss-in » ? (un groupe d’étudiants et SOS racisme)
b. Qui a participé à cette action ? (des couples homosexuels, hétérosexuels, bisexuels ou mixtes)
c. Comment est-ce qu’on participe à la journée « kiss-in » ? (il suffit de s’embrasser avec passion !)
d. Quel est le but de ce type d’action ? (sensibiliser l’opinion publique à l’homophobie et au racisme vis-à-vis des ressortissants étrangers)
*Post-lecture : Demandez à vos élèves d’exprimer ce qu’ils pensent de ce type d’action. Ensuite, dites-leur de réfléchir, par groupe de trois ou quatre, à une action qu’ils aimeraient lancer le jour de la Saint-Valentin. Ils devront trouver un slogan (du type, « faites l’amour, pas la guerre », « aimez-vous les uns les autres », etc…), dessiner un slogan (un cœur avec une inscription par exemple) et expliquer le but de leur action. Ensuite, chaque groupe présentera son projet à la classe.

II. L’amour et les nouvelles technologies
1. La Saint-Valentin et les nouvelles technologies : *Pré-lecture : Posez-les questions suivantes à vos élèves :
– Est-ce que vous utilisez beaucoup votre téléphone portable ou votre ordinateur ? Si oui, pour quoi faire ?
– Pensez-vous que l’amour est compatible avec la technologie ? Développez votre argument.
*Lecture : Par deux, vos élèves vont se pencher sur les résultats de ce sondage et répondre aux questions ci-après :
a. La majorité des Français souhaitent la Saint-Valentin par courriel. V/F (faux, ils la souhaitent en personne)
b. Les Français expriment beaucoup leurs sentiments par téléphone. V/F (faux !)
c. Les SMS et les courriels ne sont pas très populaires pour les déclarations d’amour. V/F (vrai)
d. Internet aide les grands timides à mieux s’exprimer. V/F (vrai !)
e. Les ruptures amoureuses par texto, téléphone ou courriels sont plus populaires chez les 15-17 ans. V/F (vrai)
f. Les Français ne veulent surtout pas voir leur partenaire quand ils les appellent. V/F (faux !)
*Post-lecture : Dites à vos élèves d’écrire, par deux, un « Manifeste de l’Amour » dans lequel ils expliquent pourquoi l’amour ne peut pas être associé à la technologie. Ce manifeste pourrait prendre la forme d’un petit texte ou d’un discours romantique, au choix.
2. Les sites internet : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, quel est le meilleur moyen pour rencontrer l’amour ?
– Que pensez-vous des sites de rencontre amoureuse ?
– Sont-ils populaires aux Etats-Unis ?
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire cet article et répondre aux questions qui suivent:
a. On utilise généralement les sites de rencontre pour :
a.1. trouver un(e) ami(e).
a.2. trouver le grand amour.
a.3. trouver un frère ou une sœur.
b. Les chats sont:
b.1. très utilisés par les adultes.
b.2. peu utilisés par les adultes.
b.3. des animaux de compagnie très sympathiques.
c. Meetic rencontre:
c.1. beaucoup de succès en Europe.
c.2. très peu de succès en France.
c.3. beaucoup de succès en France
d. Grâce à Match.com, Meetic va se développer :
d.1. en Europe.
d.2. en Océanie.
d.3. en Amérique.
e. Aujourd’hui, on utilise Facebook :
e.1. seulement pour se faire des amis.
e.2. pour se faire des amis et discuter en ligne.
e.3. pour se faire des amis et éventuellement des rencontres amoureuses.
*Post-lecture : Menez une discussion sur les avantages et les inconvénients des sites de rencontre amoureuse et écrivez au tableau les arguments pour et contre au fur et à mesure du débat. Ensuite, parlez des éventuelles dérives que ce genre de site peut occasionner.
3. Chanson « Pomme C » de Calogero : Montrez cette vidéo à vos élèves et dites-leur de la regarder très attentivement et de réfléchir aux thèmes qui sont abordés dans le clip (amour, informatique, rencontres, etc) et de bien payer attention aux mots employés parce qu’il y aura un exercice de compréhension orale ensuite. Quand elle sera finie, demandez-leur d’expliquer ce qu’ils ont compris. Ensuite, donnez-leur ces paroles à trou et repassez la chanson au moins deux fois pour qu’ils puissent compléter les blancs. Enfin, corrigez ensemble cet exercice et discutez du message que Calogero a essayé de faire passer avec sa chanson à l’aide des questions suivantes :
– Quelle est la symbolique des personnes enfermées dans leur écran ?
– A la fin, pourquoi est-ce que la jeune femme arrête de sourire ?
–  Que veut dire Calogero quand il chante « On s’aime trop vite. Nos vies c’est le virtuel » ?
– Selon le chanteur, est-ce que l’amour peut/doit être virtuel ?

III. Des chansons d’amour
Le Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias (CAVILAM) propose sur ce site des activités pédagogiques (niveaux A2 ; B1 ; B2 ; C1 ; C2) réalisées à partir de chansons d’amour. Vous pourrez facilement trouver les clips de ces chansons sur les sites Youtube.fr ou Dailymotion.fr et les paroles sont disponibles sur le livret entier téléchargeable sur le site du CAVILAM (juste en dessous du titre « L’amour en chansons »).

VI. Quelques petits poèmes d’amour
1. Jacques Prévert, « Pour toi mon amour » (débutant) : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, qu’est-ce que l’amour ? Quelles différentes sortes d’amour peut-on trouver ? (famille, couple, religion, etc…)
– Est-ce que vous avez déjà éprouvé ce sentiment ?
Ensuite, montrez-leur des images correspondant aux termes suivants pour leur faire deviner leur signification.
*Lecture : Lisez d’abord ce poème à vos élèves puis demandez-leur de se mettre par deux et de répondre aux questions de compréhension qui figurent ci-dessous :
a. Est-ce que le narrateur est un homme ou une femme (l’accord du passé composé donne la réponse) ? (un homme)
b. Quelle expression désigne la personne que le narrateur aime ? (mon amour)
c. Pourquoi le narrateur veut-il aller au marché ? (il veut trouver des oiseaux, des fleurs et des chaînes)
d. Pourquoi le narrateur dit qu’il n’a pas trouvé « son amour » au marché aux esclaves ? qu’est-ce que cela veut dire ? (notion de liberté, l’amour ne doit pas être une cage où on enferme quelqu’un : personne n’appartient à quelqu’un)
Ensuite, corrigez les réponses tous ensemble et proposez à vos élèves de lire le poème de façon expressive (cela peut aussi donner lieu à un exercice de prononciation).
*Post-lecture : – Discussion : Par deux, vos élèves vont répondre à cette question : Selon vous, est-ce qu’il est possible de ne pas étouffer quelqu’un quand on l’aime ?
Ecrivez ces expressions au tableau au fur et à mesure de la discussion et employez-les pour mieux les apprendre à vos élèves :

  • Aimer quelqu’un versus haïr quelqu’un
  • Tomber amoureux de quelqu’un versus ne pas ressentir de sentiments pour quelqu’un
  • Respecter la liberté de son amour versus enchaîner/étouffer quelqu’un ; la jalousie

– Activité : Par groupe de deux, écrire la réponse de la femme au narrateur sous la forme d’un petit poème de quatre vers; chaque groupe travaillera sur un paragraphe. Puis jouer la pièce devant la classe : un élève lira la partie du narrateur, puis son camarade lira le petit poème de 4 vers qui fait figure de réponse.
Voici un peu de vocabulaire pour aider vos élèves à créer des rimes :
-oiseaux : beau, mot, haut, tôt, trop,
-fleurs : peur, pleurs, sœur, cœur, bonheur
-chaînes : peine, haine, reine, saigne, peigne
-je ne t’ai pas trouvée : je me suis envolée, liberté, aimer, rechercher
2. Paul Géraldy, « Expansions » (intermédiaire) : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, est-ce facile ou difficile d’exprimer son amour à quelqu’un ? Pourquoi ?
– Est-ce plus facile de le dire ou de l’écrire ?
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire ce poème et répondre aux questions ci-dessous :
a. Qui parle ? (l’auteur qui est désigné par le pronom sujet « je »)
b. A qui est-ce que l’auteur s’adresse ? Soulignez les autres pronoms sujets/objets dans le texte. (il vouvoie d’abord cette personne puis la tutoie)
c. Pourquoi, selon vous, est-ce qu’il passe du vouvoiement au tutoiement à partir du vers 7 ?(le vouvoiement implique une certaine distance entre les deux personnes et peut marquer un grand romantisme puis le passage au « tu » montre que les deux personnes sont très proches)
d. Quelle peur exprime le poète ? (la peur d’être ridicule : « vous riez ? j’ai l’air stupide ? » ;  la peur de ne pas pouvoir exprimer tout ce qu’il ressent)
e. Quelle est la relation du narrateur par rapport aux mots? (« on vit plus ou moins à travers des mots » : malgré leur insuffisance, on en a besoin pour exprimer nos émotions et, par ce biais, les vivre pleinement)
f. Qu’est-ce que le dernier vers vous inspire quand il dit « Toi ! Toi ! Toi ! Toi ! » ? (cette répétition résume la passion qu’éprouve le narrateur envers la personne qu’il aime et convient finalement mieux que « des choses de poète »)
*Post-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves:
– Selon vous, est-ce que les mots sont suffisants pour tout exprimer ?
– Par quelles autres façons peut-on exprimer son amour ?
– Activité : Par deux, vos élèves vont écrire un poème d’amour à une personne (leurs parents, leur ami(e), etc…) dans lequel ils exprimeront leurs sentiments profonds. Ils pourront ensuite le lire à la classe ou le faire lire seulement à vous.
3. Louis Aragon, « Nous dormirons ensemble » (avancé) 
: *Pré-lecture : Demandez à vos élèves d’analyser ensemble le titre du poème :
– Quels sont les différents sens de « dormir » ?
– Qu’est-ce qu’implique l’utilisation du futur simple ?
– Pourquoi est-ce que le poète a choisi une phrase avec sujet et verbe (au lieu d’un mot) en guise de titre ?
Notez que, selon le Trésor de la Langue Française, l’expression « aller de l’amble » connote « l’allure naturelle au chameau, à la girafe et à l’ours; c’est une allure acquise par l’âne, le cheval et le mulet ».
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire ce poème et répondre aux questions suivantes :
a. Quelle série d’oppositions pouvez-vous noter dans la première strophe ? (matin versus soir ;  minuit versus midi ; enfer versus paradis)
b. A quoi servent-elles ? (elles servent à montrer que cet amour transcende toutes les oppositions et qu’il est inattaquable)
c. Que veut dire le poète lorsqu’il affirme : « C’était hier et c’est demain/Je n’ai plus que toi de chemin » ? (les vies du poète et de la personne aimée sont désormais éternellement reliées)
d. Quelle est la symbolique du cœur entre les mains de la personne aimée ? (le poète offre tout son cœur à la personne aimée et se donne complètement à elle)
e. Que veut dire le vers « Et tant je t’aime que j’en tremble » ? (la force de l’amour effraie le poète qui ne maîtrise plus ses propres émotions et ne contrôle plus ses sentiments tant ils sont forts)
*Post-lecture : Par deux, vos élèves vont écrire la réponse de la personne aimée au poète sous la forme d’un nouveau poème d’environ trois ou quatre strophes (il peut être romantique ou bien humoristique, ironique…tous les goûts sont permis !). Puis, chaque groupe pourra lire son poème à la classe. Ensuite, chaque élève gardera une copie de son poème (corrigé au préalable par son professeur de français) dans un portfolio qu’il ou elle pourra compléter avec de nouveaux poèmes ou essais écrits en français au fur et à mesure de sa scolarité.

Autres liens utiles :

– Des activités FLE sur le thème de l’amour.
– Des exercices ludiques et interactifs sur le vocabulaire de la Saint-Valentin.
– Des flashcards avec du vocabulaire spécial Saint-Valentin !
– Une dictée à corriger sur le thème de la Saint-Valentin.
– Un numéro spécial Saint-Valentin sur L’internaute.com.


Pâques, fête du printemps

ACTIVITE : PÂQUES, FÊTE DU PRINTEMPS

1. Brainstorming

Avant de commencer les activités qui suivent, faites un brainstorming avec vos élèves en écrivant le mot « Pâques » au tableau. Demandez-leur de dire tous les mots qu’ils pensent être en rapport avec ce thème et écrivez-les au tableau.

2. Compréhension écrite

Le texte suivant est tiré du site Teteamodeler.com , site pour enfants.

Pour plus d’informations sur la Pâque juive et les Pâques chrétiennes, ce passage est tiré du site Lexilogos.com : « On distingue la Pâque juive des Pâques chrétiennes : la Pâque juive s’emploie au singulier, les Pâques chrétiennes au pluriel. Au Moyen Âge, on écrivait au singulier ou au pluriel indifféremment pour les deux fêtes. Elles se fêtent à la même époque, au début du printemps mais pas le même jour ! Et elles n’ont pas la même signification. Cependant la Pâque juive a largement influencé la célébration chrétienne ! »

« Un rappel historique sur la fête du printemps
Si la fête de Pâques a un sens religieux profond pour les religions chrétienne et juive, Pâques est aussi une fête païenne célébrant le printemps et le renouveau. La “fête du printemps” trouve son origine dans les traditions pré-chrétiennes qui fêtaient le renouveau et la renaissance.
La légende la plus connue est bien entendu la légende de la Grèce ancienne selon laquelle le printemps était le retour sur terre de Perséphone, fille de la déesse de la terre. Selon la légende, Perséphone entrée aux enfers ne pouvait plus en repartir. Sa mère se désespérant décida de semer la désolation sur terre jusqu’au retour de sa fille. Finalement un accord fut trouvé entre le dieu des enfers et la déesse de la terre. Perséphone devrait partager son temps entre la surface de la terre et ses entrailles. Les mois d’hiver symbolisent la tristesse et la désolation de la terre devant cette absence et le printemps symbolise le retour de la fille aimée et donc de la vie sur terre. D’autres légendes antiques fonctionnent autour du même thème, l’équinoxe de printemps coïncidait avec le retour d’une divinité sur terre, ou avec le réveil d’une divinité.
Le nom anglo-saxon donné à cette fête est l’illustration des origines païennes de Pâques. En anglais Pâques se dit Easter qui est le nom d’une divinité saxonne associée au printemps. »

Questions : Dites si ces affirmations sont vraies ou fausses.

1. Pâques est uniquement une fête religieuse.
2. La fête de Pâques et la fête du printemps sont la même fête.
3. La fille de la déesse de la terre s’appelle Perséphone.
4. Perséphone est partie de la terre pour aller au Paradis.
5. Le compromis trouvé est que Perséphone partagera son temps entre la terre et les enfers.
6. Le printemps est le symbole du retour de Perséphone aux enfers.
7. L’hiver symbolise la tristesse de la déesse de la terre.
8. Le mot anglais pour « Pâques » signifie « Printemps ».

« Les symboles
Quelle que soit l’origine religieuse ou païenne de Pâques cette fête est étroitement associée au renouveau, à la renaissance, à la fertilité et à la vie. Dès lors, les symboles de Pâques utilisés dans le monde sont porteurs des mêmes idées. »

Question :

1. Quels sont les quatre symboles de la fête de Pâques ?
2. Ces symboles sont-ils universels ?

« Le lapin ou lièvre de Pâques
Le lapin ou lièvre que l’on retrouve dans l’est de la France et dans beaucoup de pays d’Europe est le symbole de la vie, de la fertilité et de la victoire de la lumière, de l’amour sur les ténèbres des enfers. Si le lièvre (ou lapin) comme symbole de renaissance de la terre était utilisé depuis fort longtemps dans certaines cultures pré-chrétiennes, c’est en Allemagne que le lièvre (puis le lapin) fut associé à la symbolique chrétienne de Pâques. »

Questions :

1. Retrouvez les mots que vous avez déjà vus dans les deux premiers paragraphes de ce texte.
2. Quel est le pays qui a le premier associé le lapin à Pâques ?

« Les oeufs de Pâques
Depuis des temps très anciens, les oeufs sont associés à la vie et à la renaissance. On retrouve des oeufs dans des tombes très anciennes. Selon certains historiens ils avaient une fonction symbolique ou initiatique à remplir dans “la vie après la mort”. Les oeufs sont omniprésents dans la symbolique de Pâques qu’elle soit antique, juive ou chrétienne. On trouve des oeufs à offrir, des oeufs apportés par le lapin ou les cloches de Pâques, des oeufs que l’on fait bénir avant de les manger, des oeufs présents sur le plat du séder (= repas rituel juif), des oeufs à décorer, à offrir ou à garder comme talisman. »

Questions :

1. Dans quels lieux étranges et anciens peut-on trouver des oeufs ?
2. Qui apporte les oeufs dans la symbolique de Pâques ?
3. Dans le texte, trouvez tous les verbes associés au mot « oeufs ».

3. Compréhension orale

Avant de commencer l’activité suivante, demandez à vos élèves de partager leur expérience de la journée du dimanche de Pâques en famille. Précisez qu’en France, le lundi de Pâques est férié pour tout le monde.

Faites un premier visionnage sans le son pour familiariser vos élèves avec les images du reportage et demandez-leur de répondre aux questions suivantes tout en regardant la vidéo.

Questions :

1. Quel type de vidéo est-ce ?
2. Dans quelle ville se passe le reportage ?
3. En quel animal est déguisée la personne que vous voyez ?
4. Quel est le type de population le plus présent dans le reportage ?
5. Qu’ont-ils récolté ?
6. Que font les personnes dans la dernière scène ?

Faites un deuxième visionnage avec le son, et demandez à vos élèves de répondre aux questions de compréhension orale suivantes.

Questions* :
1. A votre avis, qui appelle-t-il « les chères têtes blondes » ?
2. Qu’est-ce que le village du Bourget  a décidé de confectionner? Combien d’oeufs sont nécessaires ? Les oeufs étaient-ils disponibles tout de suite ?
3. Est-ce la première fois que cet événement se passe dans cette ville ?
4. Qui a caché les oeufs dans la ville ?
5. La dame blonde a-t-elle trouvé des oeufs ?
6. Pourquoi la dame en rouge a-t-elle eu peur soudainement ?
7. Quelle était la chose la plus importante de la journée dans le village ?

*Réponses :
1. Les enfants
2. Une omelette / 5000 oeufs / il faut les trouver (la chasse aux oeufs)
3. C’est la cinquième édition
4. L’association des JB
5. Non, elle a trouvé des coquilles d’oeuf et des escargots
6. Le journaliste lui dit : « Attention au serpent ! »
7. L’omelette et sa dégustation tous ensemble

 


La fête des rois

ACTIVITE : LA FÊTE DES ROIS

Après les festivités de Noël, nous proposons à vos élèves d’en apprendre un peu plus sur la galette des rois et la Fête des Rois, célébrée le 6 janvier.

Cette fiche pédagogique a comme support un site Internet pour les enfants, avec un texte simple à comprendre et des activités diverses, tout a fait abordables pour des élèves en français.Compréhension écrite :

Le site Internet Mômes.net vous propose un historique simple sur la Fête des Rois, aussi appelée l’Epiphanie. Le texte est simple et abordable pour des élèves débutants/intermédiaires.Vos élèves peuvent ensuite répondre aux questions du quiz pour tester leur compréhension du texte.

Une autre activité intéressante proposée par le site est la description d’images de différents emballages de galette, avec quelques questions pour guider vos élèves.

Compréhension écrite et travail manuel :

Le site Internet intitulé Têteàmodeler.com vous propose une activité de compréhension écrite ainsi que de travail manuel pour les plus jeunes. Il s’agit de lire et comprendre des instructions pour ensuite fabriquer une couronne des rois.

Prenez comme exemple la couronne des rois simple. Voici les instructions que vos élèves devront suivre :

1. Découpe une bande de 52 cm x 3 cm, ou deux bandes de 28 cm x 3 cm et assemble-les pour ne faire qu’une seule bande.

2. Imprime le modèle de Tête à modeler (sur le site) et reproduis-le en plusieurs exemplaires.

3. Colle ou agrafe ces motifs sur la couronne.

4. Colorie ensuite ta couronne et décore-la avec des perles, des gommettes, des cabochons en verre, des galons, des graines peintes en doré, des boutons décoratifs, des pierres précieuses en plastique… (Tout ce qui peut décorer la couronne)

Chanson : « J’aime la galette »

Le site suivant vous permet de faire connaître à vos élèves cette chanson très populaire sur la galette des rois, et de les faire chanter à l’aide de ce karaoké !

« J’aime la galette
Savez-vous comment ?
Quand elle est bien faite
Avec du beurre dedans
Tra la la la la la la la lère {x2}
Tra la la la la la la la la {x2} »


Les fêtes de fin d’année

ACTIVITE : LES FÊTES DE FIN D’ANNÊE

I. Pré-activité.

Observez ce site qui propose une petite histoire sur les traditions des fêtes de fin d’année.

1. Le sapin de Noël.
Lisez l’article correspondant et dîtes si ces affirmations sont vraies ou fausses :
– La tradition de décorer le sapin est née en Finlande.
– A l’époque, le sapin était remplacé par des petites pyramides en bois.
– A l’époque, une étoile était mise au sommet des pyramides.
– Les Luthériens ont eu l’idée de mettre des bâtonnets de bois sur le sapin.
– L’étoile fixée au sommet de l’arbre a une signification religieuse.

2. Le bas, la botte, ou le sabot de Noël.
Lisez l’article correspondant et répondez aux questions suivantes :
– De quelle époque vient la tradition du bas, de la botte, ou du sabot ?
– Que peut-on trouver à l’intérieur ?
– Quelle histoire a engendré cette tradition ?
– Quelle était la signification de Noël à cette époque ?

3. La Saint-Sylvestre, le réveillon…et la suite.
Lisez l’article correspondant et entourez la bonne réponse :

– Le Jour de l’An est une tradition :
a. peu importante b. assez importante c. très importante

– Cette fête se déroule :
a. le 30 décembre au soir b. le 31 décembre au soir c. le 31 décembre au matin

– Lors des douze coups de cloche à minuit, tout le monde mange douze :
a. grains de raisin b. cerises c. oranges

– A minuit tout le monde se souhaite :
a. Joyeux Noël ! b. Joyeux anniversaire ! c. Joyeux Nouvel An !

4. …et le Père Noël, dans tout ça?
Lisez l’article correspondant et dîtes si ces affirmations sont vraies ou fausses.
– Le Père Noël est une vieille tradition.
– Saint Nicolas est le personnage qui a inspiré la création du Père Noël.
– L’image de Saint Nicolas a été inventée par un publicitaire d’une célèbre boisson à bulles.
– C’est grâce à une publicité pour cette célèbre boisson à bulles que le Père Noël est né.
– Cette image du Père Noël a mis en faillite l’entreprise de soda.
– Le Père Noël est associé à huit ânes.
– Saint Nicolas est un personnage qui fait la morale en ne donnant pas de cadeaux aux enfants qui n’ont pas été sages.

II. Compréhension écrite

1. Répondez à la question suivante en choisissant l’une des réponses proposées :

  • Où passez-vous les fêtes de Noël et du Jour de l’An ?
    – en famille.
    – avec vos amis.
    – je n’aime pas Noël et/ou le Jour de l’An.
    – quelque part dans votre pays.
    – encore mieux à l’étranger.
    – je ne connais pas Noël et/ou le Jour de l’An.
  • A présent, notez au tableau les réponses de la classe, et discutez des résultats obtenus.

2. Observez ce sondage tiré du forum des étudiants de Besançon et répondez aux questions suivantes :

Vocabulaire :
«  trankilou  » : tranquillement.
«  potes  » : amis.

– Les réponses données par les personnes sondées sont-elles proches des réponses données par votre classe ?
– Quelles similarités observez-vous ?
– Quelles différences observez-vous ?
– Pensez-vous que la manière de vivre les fêtes de fin d’année en France et aux Etats-Unis soit différente ? Pourquoi ?

III. Expansion

Observez la recette de la traditionnelle bûche de Noël que tous les français dégustent lors du repas de Noël.
Par groupe de trois, proposez votre propre recette de la bûche de Noël en modifiant les quantités et les ingrédients. Présentez ensuite votre nouvelle recette à la classe et faites un sondage avec vos camarades sur la nouvelle bûche imaginée que vous préférez.