Follow France Synergies on WordPress.com

Module sur la chanson française

C’est la fin du semestre et il est  déjà temps de penser au prochain. Avez-vous déjà eu envie de proposer un module sur la chanson française ? Si oui, vous trouverez ici des idées de programme et de méthode de déroulement des cours pour un niveau intermédiaire à avancé.

Programme :

1.Les grands paroliers :

2. Le rock :

3.Les grandes voix féminines :

4.Le rap :

5.Les restos du cœur/les enfoirés :

6.Les victoires de la musique 2014

7.Les chansons de votre choix : Vous ferez une présentation de la chanson (et de l’artiste) de votre choix.

Préparation du cours :

Chaque semaine sélectionnez 3 chansons sur un même thème (les grands paroliers, les grandes voix féminines…). Pour se préparer avant chaque leçon, vos élèves devront écouter les 3 chansons et choisir celle qu’ils préfèrent. Ils devront justifier leur choix en classe, de la manière suivante :

Pour la chanson de leur choix, ils devront faire des recherches sur l’artiste et sur la chanson (genre, paroles, messages, palmarès…).  Ils devront imprimer les paroles et en faire une petite analyse. Ils devront ainsi expliquer ce qui leur plaît particulièrement dans cette chanson. Est-ce le style ? la voix de l’artiste ? les paroles ? le message ?

Déroulement du cours :

  • Préparation, mise en commun

Au début du cours demandez aux élèves quelle chanson ils ont choisi. Les élèves qui ont choisi la même chanson, forment alors un groupe. Au sein de leur groupe, ils ont 10 minutes pour mettre en commun leur notes sur l’artiste et la chanson et pour préparer une présentation devant la classe.

  • Présentation des chansons

Deux étudiants dans chaque groupe présentent la chanson de leur choix devant le reste de la classe.

La classe écoute la chanson et regarde le clip. Le groupe qui a choisi la chanson demande au reste de la classe ce qu’ils pensent de la chanson et pourquoi ils ne l’ont pas choisie. Ils mènent ainsi un petit débat en défendant leur choix. Répétez trois fois, pour chaque groupe.

Le rôle de l’enseignant est d’assurer le bon déroulement du cours et d’apporter des informations supplémentaires si nécessaire, surtout des anecdotes sur les artistes. C’est aussi intéressant de faire écouter la même chanson interprétée par un autre artiste.

Cours sur les victoires de la Musique

Voir le palmarès de tous les artistes nommés pour les victoires 2014 sur ce site : http://www.france2.fr/emissions/les-victoires-de-la-musique-varietes/nommes-2014/liste-des-nommes_164924

En classe faire choisir deux catégories, par exemple « Artiste masculin » et « chanson originale ». Pour chaque catégorie faire écouter un extrait de chaque chanson/album et faire voter la classe pour choisir le vainqueur. Comparer les votes de la classe avec les réels vainqueurs des victoires sur le site : http://www.france2.fr/emissions/les-victoires-de-la-musique-varietes/palmares-2014_212058

Autre matériel :

Liens utiles pour étudier des chansons :

http://www.indfleurus.net/fralica/refer/theorie/theocom/lecture/chanson.htm

http://www.indfleurus.net/fralica/dispo56/proced/proc08.htm

Paroles des chansons:

 Gainsbourg, Je Suis Venu Te Dire Que Je M’en Vais

Je suis venu te dire que je m’en vais

Et tes larmes n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m’en vais
Tu t’souviens des jours anciens et tu pleures
Tu suffoques, tu blêmis à présent qu’a sonné l’heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret
D’te dire que je m’en vais
Oui je t’aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m’en vais
Tes sanglots longs n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m’en vais
Tu t’souviens des jours heureux et tu pleures
Tu sanglotes, tu gémis a présent qu’a sonné l’heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret
D’te dire que je m’en vais
Car tu m’en a trop fait

Je suis venu te dire que je m’en vais
Et tes larmes n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m’en vais
Tu t’souviens des jours anciens et tu pleures
Tu suffoques, tu blêmis a présent qu’a sonné l’heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret
D’te dire que je m’en vais
Je t’aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m’en vais
Tes sanglots longs n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m’en vais
Tu t’souviens des jours heureux et tu pleures
Tu suffoques, tu gémis a présent qu’a sonné l’heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret
D’te dire que je m’en vais
Car tu m’en a trop fait

 

Brassens, La non demande en mariage 

Ma mie, de grâce, ne mettons
Pas sous la gorge à Cupidon
Sa propre flèche
Tant d’amoureux l’ont essayé
Qui, de leur bonheur, ont payé
Ce sacrilège…

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

Laissons le champs libre à l’oiseau
Nous seront tous les deux prisonniers sur parole
Au diable les maîtresses queux
Qui attachent les cœurs aux queues
Des casseroles!

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

Vénus se fait vielle souvent
Elle perd son latin devant
La lèchefrite
A aucun prix, moi je ne veux
Effeuiller dans le pot-au-feu
La marguerite

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

On leur ôte bien des attraits
En dévoilant trop les secrets
De Mélusine
L’encre des billets doux pâlit
Vite entre les feuillets des livres de cuisine.

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

Il peut sembler de tout repos
De mettre à l’ombre, au fond d’un pot
De confiture
La jolie pomme défendue
Mais elle est cuite, elle a perdu
Son goût “nature”

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

De servante n’ai pas besoin
Et du ménage et de ses soins
Je te dispense
Qu’en éternelle fiancée
A la dame de mes pensées
Toujours je pense

J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin

 

Brel, Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s’oublier
Qui s’enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le cœur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu’après ma mort
Pour couvrir ton corps
D’or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l’amour sera roi
Où l’amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je t’inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants-là
Qui ont vu deux fois
Leurs cœurs s’embraser
Je te raconterai
L’histoire de ce roi
Mort de n’avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

On a vu souvent
Rejaillir le feu
De l’ancien volcan
Qu’on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu’un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu’un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s’épousent-ils pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je n’vais plus pleurer
Je n’vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et t’écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L’ombre de ton ombre
L’ombre de ta main
L’ombre de ton chien
Mais
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas.

 

Noir Désir, A ton étoile
A Ton Etoile
Sous la lumière en plein
Et dans l’ombre en silence
Si tu cherches un abri
Inaccessible
Dis toi qu’il n’est pas loin et qu’on y brille

A ton étoile

Petite sœur de mes nuits
Ça m’a manqué tout ça
Quand tu sauvais la face
À bien d’autre que moi
Sache que je n’oublie rien mais qu’on efface

A ton étoile

Toujours à l’horizon
Des soleils qui s’inclinent
Comme on a pas le choix il nous reste le cœur
Tu peux cracher même rire, et tu le dois

A ton étoile

A Marcos
A la joie
A la beauté des rêves
A la mélancolie
A l’éspoir qui nous tient
A la santé du feu
Et de la flamme
A ton étoile

 

Mickey 3 D, Respire

Approche-toi petit, écoute

moi gamin,
Je vais te raconter l’histoire de l’être humain
Au début y avait rien au début c’était bien
La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l’homme a débarqué avec ses gros souliers
Des coups d’pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique il s’est mis à tracer
Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
En 2 temps 3 mouvements l’histoire était pliée
C’est pas demain la veille qu’on fera marche arrière
On a même commencé à polluer le désert

Il faut que tu respires, et ça c’est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire

D’ici quelques années on aura bouffé la feuille
Et tes petits-enfants ils n’auront plus qu’un oeil
En plein milieu du front ils te demanderont
Pourquoi toi t’en as 2 tu passeras pour un con
Ils te diront comment t’as pu laisser faire ça
T’auras beau te défendre leur expliquer tout bas
C’est pas ma faute à moi, c’est la faute aux anciens
Mais y aura plus personne pour te laver les mains
Tu leur raconteras l’époque où tu pouvais
Manger des fruits dans l’herbe allongé dans les prés
Y avait des animaux partout dans la forêt,
Au début du printemps, les oiseaux revenaient

Il faut que tu respires, et ça c’est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire
Il faut que tu respires, c’est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire

Le pire dans cette histoire c’est qu’on est des esclaves
Quelque part assassin, ici bien incapable
De regarder les arbres sans se sentir coupable
A moitié défroqués, 100 pour cent misérables
Alors voilà petit, l’histoire de l’être humain
C’est pas joli joli, et j’connais pas la fin
T’es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou
Qu’on remplit tous les jours comme une fosse à purin

Il faut que tu respires, et
ça c’est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et
c’est pas rien de le dire
Il faut que tu respires, c’est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire, et ça c’est rien de le dire
Il faut que tu respires,
Il faut que tu respires,
Il faut que tu respires,
Il faut que tu respires.

 

M, je dis aime

J’ai les méninges nomades
J’ai le miroir maussade
Tantôt mobile
Tantôt tranquille
Je moissonne sans bousculade

Je dis Aime
Et je le sème
Sur ma planète
Je dis M
Comme un emblème
La haine je la jette
Je dis AIME, AIME, AIME

Du Sphinx dans mon rimeur
Paris au fil du coeur
Du Nil dans mes veines
Dans mes artères coule la Seine

Je dis Aime
Et je le sème
Sur ma planète
Je dis M
Comme un emblème
La haine je la jette
Je dis AIME, AIME, AIME

Pour le dehors le dedans
Pour l’après pour l’avant
Je dis AIME, AIME, AIME

Pour le dehors le dedans
Pour l’après pour l’avant
AIME, AIME, AIME…

AIME, AIME, AIME…

Pour le dehors le dedans
Pour l’après pour l’avant
Pour le dehors le dedans
Pour l’après pour l’avant

Je dis Aime
Et je le sème
Sur ma planète
Je dis M
Comme un emblème
La haine je la jette
Je dis AIME, AIME, AIME

 

Zazie, Larsen

Le réveil, tous les matins c’est pareil
Je ne l’entends pas
C’est comme ça
C’est comme
Tous ces bruits que tu fais courir sur moi
Ça ne m’atteint pas
C’est mieux comme ça
Tant qu’on se parlera sur ce ton
Je ferai baisser le son

Sourd, on devient sourd
Toutes ces sirènes dans nos cours
Ça nous gêne
On a beau changer de chaîne
Lourd, le cœur est lourd
Toutes ces alarmes à l’amour
Ça larsen
Il faut qu’on reprenne forme humaine

La radio, tous les journaux, c’est pareil
On ne s’entend pas
Dans ce monde là
Ça sonne
Téléphone, mais je fais la sourde oreille
Je ne réponds pas
Ça sert à quoi ?
Tant qu’on se parlera sur ce ton
Je ferai baisser le son

Sourd, on devient sourd
Toutes ces sirènes dans nos cours
Ça nous gêne
On a beau changer de chaîne
Lourd, le cœur est lourd
Toutes ces alarmes à l’amour
Ça larsen
Regarde où ça nous mène

Sourd, on reste sourd
Il suffit qu’un peu d’amour
Nous revienne
Pour qu’on reprenne forme humaine

Je garde les images sans le son
Tu devrais changer de ton
Nos silences sont plus beaux
Que nos assauts
Pourquoi nous tailler l’âme au couteau?

Sourd, on devient sourd
Toutes ces sirènes dans nos cours
Ça nous gêne
On a beau changer de chaîne
Lourd, le cœur est lourd
Toutes ces alarmes à l’amour
Ça larsen
Regarde où ça nous mène

Sourd, on reste sourd
Tous ces appels au secours
Ça larsen
Reprenons forme humaine
Sourd, fais pas le sourd
Je te jure que l’amour
En vaut la peine
Mais laisse ta main dans la mienne
Je te jure que l’amour
En vaut la peine
Mais laisse ta main dans la mienne

 

Barbara, l’aigle noir

Un beau jour,
Ou était-ce une nuit
Près d’un lac, je m’étais endormie
Quand soudain, semblant crever le ciel
Et venant de nulle part,
Surgit un aigle noir.

Lentement, les ailes déployées,
Lentement, je le vis tournoyer.
Près de moi, dans un bruissement d’ailes,
Comme tombé du ciel,
L’oiseau vint se poser.

Il avait les yeux couleur rubis
Et des plumes couleur de la nuit.
À son front, brillant de mille feux,
L’oiseau roi couronné
Portait un diamant bleu.

De son bec, il a touché ma joue.
Dans ma main, il a glissé son cou.
C’est alors que je l’ai reconnu :
Surgissant du passé,
Il m’était revenu.

Dis l’oiseau, O dis, emmène-moi.

 

Rita Mitsouko, Marcia Baila

Marcia, elle danse sur du satin, de la rayonne
Du polystyrène expansée à ses pieds
Marcia danse avec des jambes
Aiguisées comme des couperets
Deux flèches qui donnent des idées
Des sensations
Marcia, elle est maigre
Belle en scène, belle comme à la ville
La voir danser me transforme en excité

Moretto
Comme ta bouche est immense
Quand tu souris et quand tu ris
Je ris aussi, tu aimes tellement la vie
Quel est donc ce froid que l’on sent en toi?

Mais c’est la mort qui t’a assassinée, Marcia
C’est la mort qui t’a consumée, Marcia
C’est le cancer que tu as pris sous ton bras
Maintenant, tu es en cendres, cendres
La mort, c’est comme une chose impossible
Et même à toi qui est forte comme une fusée
Et même à toi, qui est la vie même, Marcia
C’est la mort qui t’a emmenée

Marcia danse un peu chinois
La chaleur
Dans les mouvements d’épaules
A plat
Comme un hiéroglyphe inca
De l’opéra

Avec la tête
Elle danse aussi très bien
Et son visage
Danse avec tout le reste
Elle a cherché
Une nouvelle façon
Et l’a inventée.

C’est elle, la sauterelle
La sirène en mal d’amour
Le danseur dans la flanelle
Ou le carton.

Moretto
Comme ta bouche est immense
Et quand tu souris et quand tu ris
Je ris aussi, tu aimes tellement la vie
Quel est donc ce froid
Que l’on sent en toi ?

Mais c’est la mort
Qui t’a assassinée, Marcia
C’est la mort
Tu t’es consumée, Marcia
C’est le cancer
Que tu as pris sous ton bras
Maintenant
Tu es en cendres, en cendres
La mort
C’est comme une chose impossible
Pour toi
Qui est la vie même, Marcia
Et même à toi
Qui est forte comme une fusée
C’est la mort
Qui t’a emmenée
Marcia …

Sniper, Visions chaotiques

J’tenvoie ma vision de ce monde [ de ce monde]
Et de c’que j’en sais de c’que j’en pense, tu sais
Comment les gens sont, la course aux richesse
Nous a fait perdre de vue le reste
On fonce sans limite de vitesse, la tête dans le guidon
Et à coté d’ca la Terre continue à ner-tour
C’est l’histoire qui suit son cours avant d’arriver à son terme
On traverse une époque incertaine ou ca sent la fin d’ici peu
Avec la vie qu’on mène ici bas d’ici ça pue
Chacun veut sauver sa peau mais Dieu dit qui il veut
Sur cette planète faut qu’t’arrête de planer
Y’a que l’oseille de fiable et de bien palpable
C’est la débauche et c’est pas sur le point d’se calmer
C’est pas gagner on peut pas nier qu’on danse avec le diable
Dans ces périodes troubles on trouve de tout
Des baiser du crane et tout plein d’malades pret à tout
Ca tourne au drame depuis les avions dans les tours
Y’a comme un truc bizarre qui flotte dans l’atmosphère
J’sais pas c’qui s’trame derrière et dans les hautes sphères
A qui on sait faire, on s’informe et on observe
On absorbe l’information telle qu’on nous la donne
On l’accepte et nous voilà formater comme des disquettes
Les gens sont conforter dans leurs aprioris
Leurs idées puantes, tout le monde adopte le pret à penser cain-ri
Pays qui combat l’axe du mal comme il l’appelle
Un max de pétrole à la clé une affaire personnelle
Qui met en danger la vie de milliers d’civils
Si vraiment ils le veulent on l’a vu par le passé
Chacun prétend mener sa guerre sainte la religion à bon dos
Que dieu me guide j’veux pas être dans l’faux
La planète s’esquinte dans certains bled on à les pieds dans l’eau
Les saisons déréglées un sacré bordel, que des catastrophes
Naturelles ou criminelles et jt’avoue que j’voit pas l’bout du tunnel
Si c’était pas autant la merde j’aurais plus beaucoup d’raison d’rapper
Si j’arrêtais ca s’rait synonyme de paix

Na na na na ……

Parler de c’qu’on vit la est toute ma facilité
J’y ai trouver l’inspi et le destion qu’j’ai mérité
En toute sincérité profite de l’instant présent
Faites qu’il dure longtemps que j’fasse croquer mes héritiers
Et sans, vulgarité on spresse et on stress triste moralité
On passe et on trace, sache trop d’truk crades
Trop d’villes polluées, un pays malade signe d’un monde contaminé
La pluie tombe, tristesse les éléments s’déchainent
Le sol tremble la lave coule l’aisne est peine la terre pleine
L’océan d’vient noir, le fric d’vient sal, grace a TOTAL
Vous n’irez plus à la plage par hasard
Et l’homme évolue, n’a espoir qu’en l’industrie
Ne jure que par saigne tu? l’armement et le profit
Ainsi ce monde est fait état et société
Rempli d’actes imparfaits et d’critères à respecter
Les moutons dames les bergers veulent combattre
C’est Bush contre Sadam et Sharon contre Arafath
Les combats éclatent son nom est douloureux
Mais a la fin du massacre aucun d’entre eux n’aura des bleus
Le dollar est en colère petit constat globale
Qui donne une dictature mondiale ou tout le monde coopère
Que faire ? le contraire et leur tourner le dos
Quitte a risquer un embargo et que ton pays mange des pierres
Tu nous à montrer ta puissance à travers de gros polar
Gagnant avec élégance et on a finit par l’croire
Ta massacrer les indiens persécuter les noirs
Après les diab’ viens les arabes le tout en 200 ans d’histoire
Dénonce un discours haineux dès l’départ tu nous en veux connard
Qu’est c’tu compare le coran et mein kanpf
L’Irak attention, nouvelle cible des mittomans
Ca pue la coalition ou sadam se fait sodom mal
Instinct farouche attention fiston tu finit le travail du daron
Appelle ca du bouche à bouche
Combien on d’ l’armement? mais aucune source économique
Pourquoi vous n’leur faites pas la guerre ? Vous les zorros d’la république
Des pédales des vraies, cachées sous de beaux déguisements
Qui tue pour leur gisement d’ pétrole
Mais j’dirais qu’ face à cette course mondiale
Pas d’amour mais d’or noir les states sont loin d’être a la bourg
Malgré 2 tour de r’tard

Na na na na ……

2003 j’suis la planter dans ce putain d’décor
Dans c’monde qui m’écœure ou l’mal nous taff au corps
Tous on s’égare les cœurs se changent en pierres
L’homme fabrique tout pour sa mort, l’enfant n’respecte plus sa mère
C’est gore, l’espérance meurt, cette vie au lance drop
Sexe au sommaire nos mère pleurent quand shétane se marre
Ou va le monde, à mon avis plus très loin,
J’joue pas le moraliste, j’suis comme les autres, j’observe de loin
Ce cauchemar réel Palestine-Israël, Irak-USA
Et bientôt un second Rahel, la planète pleure
Mais personne essuie ses larmes, on n’voit rien on n’entend rien
On n’dit rien, car le malin nous charme
Trop d’esprit pollué, tout comme cette atmosphère
Si notre planète se réchauffe c’est qu’on s’rapproche de l’enfer
Homicide volontaire et on s’dit tous innocent
Le dass et le cancer ne sont qu’des punitions du tout puissant
Dans pas longtemps ils diront aux gosses que l’oseille c’est dieu
On verra tellement d’trucs sales qu’il faudra s’en crever les yeux
J’suis pas devin mais la de-mer ca pue
Tu doit l’sentir comme moi l’espoir y’en a peu j’dirais même qu’y en a plus
J’suis pas pessimiste, c’est ma vision du monde
On dirait qu’on y vient pour des bifetons,  une bête de caisse et une blonde
Demande aux jeunes si l’avenir les fait rêver
Difficile de parler d’futur quand le monde est en train d’crever
On nous détruit chaque jour un peu plus
La haine nous contamine comme un putain d’virus
A quand l’terminus, qu’est c’que j’vais dire a Momo
Quand j’l’emmènerais au zoo
Fiston ca c’est un lion mais bon là c’est juste les os
Saisi que l’heure est grave, et tout dépend d’ nous
Fils c’est la folie humaine qui met l’monde à genou
Puis merde c’est pas mon texte qui changera les choses
C’est juste un brin d’conscience avant que tout explose
La planète bleue vire au rouge entend ses cris d’douleur
Elle saigne on l’a poignardé en plein cœur
On la poignardé en plein cœur….

Na na na na ……

 

MC Solar, Caroline

J’étais cool, assis sur un banc.

C’était au printemps.
Il cueille une marguerite : ce sont deux amants.
Overdose de douceur.
Ils jouent comme des enfants.
Je t’aime un peu beaucoup à la folie passionnément.
Mais à la suite d’une douloureuse déception sentimentale,
D’humeur chaleureuse, je devenais brutal.
La haine d’un être n’est pas dans nos prérogatives.
Tchernobyl.
Tcherno-débile.
Jalousie radioactive.
Caroline était une amie, une superbe fille.
Je repense à elle, à nous, à nos cornets vanille,
A sa boulimie de fraises, de framboises, de myrtilles,
A ses délires futiles, à son style pacotille.
Je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
Caroline…

Comme le trèfle à quatre feuilles, je cherche votre bonheur.
Je suis l’homme qui tombe à pic… pour prendre ton cœur.
Il faut se tenir à carreaux.
Caro, ce message vient du cœur.
Une pyramide de baisers, une tempête d’amitié,
Une vague de caresses,
Un cyclone de douceur.
Un océan de pensées.
Caroline, je t’ai offert un building de tendresse.
J’ai une peur bleue.
J’suis poursuivi par l’armée rouge.
Pour toi j’ai pris des billets verts, il a fallu qu’je bouge.
Pyromane de ton cœur,
Canadair de tes frayeurs,

 

Je t’ai offert une symphonie de couleurs.
Elle est partie, maso, avec un vieux macho
Qu’elle avait rencontré dans une station de métro.
Quand je les vois main dans la main fumant le même mégot,
Je sens un pincement dans son cœur, mais elle n’ose dire un mot,
C’est qu’je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
Caroline…

Claude MC prend le microphone, genre love story raggamuffin
Pour te parler d’une amie qu’on appelle Caroline.
Elle était ma dame, elle était ma came, elle était ma vitamine,
Elle était ma drogue, ma dope, ma coke, mon crack, mon amphétamine,
Caroline…
Je repense à elle, femme actuelle, 20 ans, jeune et jolie.
Remet donc le film à l’envers, magnéto de la vie.
Pour elle, faut-il l’admettre, des larmes ont coulé.
Hémorragie oculaire.
Vive notre amitié.
Du passé, du présent, je l’espère, du futur,
Je suis passé pour être présent dans ton futur.
La vie est un jeu de cartes,
Paris un casino.
Je joue les rouges, cœur,
Caro…
Je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur…
Caro
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
Caroline…
Je suis l’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
L’as de trèfle qui pique ton cœur…
Caroline…

NTM, Seine-saint-denis Style}

C’est le nouveau, phénoménal, freestyle du visage pâle,
Le block tout est de retour, Achtung!
C’est partit ca vient de Saint Denis,
Direct issu de la génération Fonky-Tacchini,
Pas de soucis, non pas de tiépis ici, pas de chichis,
Si tu dérape on te chie dessus,
Trop de blabla, trop de plagiat,
Trop de merdes de sons, dis que t’es pera,
Mais c’est comme ça qu’on nique tout, le bénef, le bizness,
Et c’est pendant qu’on laisse couler
Que les pédales s’engraissent et puis
S’imbibe de nous, rêve de voir en dessous,
Mais ne t’approche pas ou l’underground te fout des coups
De pe-pon si tu respecte pas les règles mec du béton,
Pour finir au côté des faibles,
Ceux qui voient le Hip-Hop qu’avec des samples de pop,
Mais tout ceux-là je les stoppe, a base de popopop!

Seine-Saint-Denis Style!
Fous donc ton gilet par balle,
À base de popopopop, mais pour le Hip-Hop je développe,
La Seine-Saint-Denis, C’est de la bombe baby,
Et si t’as le pedigree ca se reconnaît au débit!

C’est de la bombe baby boom!
Ca vient de Saint Denis, tu reconnais là là,
Alors fais toi, c’est ça, tout petit,
Quand Double R déboule pour te mettre l’enfer,
Tu crois que tu les as grosses, mais teste pas,
Double R, le tonnerre, l’expert de la maison mère,
À qui tu ne la fera pas à l’envers, négro c’est clair,
Big up a moi même,
Tu trouveras pas des mots à des kilomètres,
C’est ça que t’aime chez moi,
J’me la raconte pour le 9.3.,
Faut que je mette les M.C.s aux aboits
J’suis en missions mais je lâche pas,
Donc faut pas que ca traîne,
Parce qu’on à plus le temps pour ça,
C’est pas demain que je passerai la main,
Ou que j’arrêterais le combat,
C’est clair que je vis que pour ça,
Et puis que je pense que comme ça,
Je bouge pas, depuis le temps que j’envoie, je balance
Des bombes pour toi sans me vanter, j’peux chanter
Que je roule avec un crew déjanté,
Prends tes jambes à ton coup, Seine-Saint-Isou!

Seine-Saint-Denis Style!
Fous donc ton gilet par balle,
À base de popopopop, mais pour le Hip-Hop je développe,
La Seine-Saint-Denis, C’est de la bombe baby,
Et si t’as le pedigree ca se reconnaît au débit!

Et non ici c’est:
Saint-Denis, Saint-Denis, Fon-fonky fresh
Saint-Denis, Saint-Denis, Fon-fonky fresh

Dans l’arène, le suprême, la crème, la cerise sur le gâteau,
Tu connais le deal négro, pas besoin que j’en fasse trop,
C’est moi la voix qui fout ta T-6 dans tout ses états
Tu kiff, tu kiff pas, Nicoumouk viendra à toi,
Voilà pourquoi j’ai pas le droit,
Cherche pas le 9.3., j’fille droit,
Avec un fond bestial, Seine-Saint-Denis Style!
Seine-Saint-Denis Style! Seine-Saint-Denis Style! Baby

Seine-Saint-Denis Style!
Fous donc ton gilet par balle,
À base de popopopop, mais pour le Hip-Hop je développe,
La Seine-Saint-Denis, C’est de la bombe baby,
Et si t’as le pedigree ca se reconnaît au débit!

Hey ça se reconnaît au déby baby,
C’est la génération Fonky-Tacchinni,
Ah, pas de chichis, pas de tiépis,
Si tu dérapes on te chie dessus.
Hey, Seine-Saint-Denis style.
C’est de la bombe Bébé!

 

Patrick Bruel, Qui a le droit?

On m’avait dit : “Te poses pas trop de questions.
Tu sais petit, c’est la vie qui t’ répond.
A quoi ça sert de vouloir tout savoir ?
Regarde en l’air et voit c’ que tu peux voir.”

On m’avait dit : “Faut écouter son père.”
Le mien a rien dit, quand il s’est fait la paire.
Maman m’a dit : “T’es trop p’tit pour comprendre.”
Et j’ai grandi avec une place à  prendre.

Qui a le droit, qui a le droit,
Qui a le droit d’ faire ça
A un enfant qui croit vraiment
C’ que disent les grands ?

On passe sa vie à  dire merci,
Merci à  qui, à  quoi ?
A faire la pluie et le beau temps
Pour des enfants à qui l’on ment.

On m’avait dit que les hommes sont tous pareils.
Y a plusieurs dieux, mais y’ a qu’un seul soleil.
Oui mais, l’ soleil il brille ou bien il brûle.
Tu meurs de soif ou bien tu bois des bulles.

A toi aussi, j’ suis sur qu’on t’en a dit,
De belles histoires, tu parles… que des conneries !
Alors maintenant, on s’ retrouve sur la route,
Avec nos peurs, nos angoisses et nos doutes.

Qui a le droit, qui a le droit
Qui a le droit d’ faire ça
A des enfants qui croient vraiment
C’ que disent les grands ?

On passe sa vie à  dire merci,
Merci à  qui, à  quoi ?
A faire la pluie et le beau temps
Pour des enfants à qui l’on ment.

 

La chanson des restos, Les enfoirés

Moi, je file un rancard
A ceux qui n’ont plus rien
Sans idéologie, discours ou baratin
On vous promettra pas
Les toujours du grand soir
Mais juste pour l’hiver
A manger et à boire
A tous les recalés de l’âge et du chômage
Les privés du gâteau, les exclus du partage
Si nous pensons à vous, c’est en fait égoïste
Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

Aujourd’hui, on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire

 

Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du cœur

Autrefois on gardait toujours une place à table
Une soupe, une chaise, un coin dans l’étable
Aujourd’hui nos paupières et nos portes sont closes
Les autres sont toujours, toujours en overdose

J’ai pas mauvaise conscience
Ca m’empêche pas d’dormir
Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d’mes plaisirs
C’est pas vraiment ma faute si y’en a qui ont faim
Mais ça le deviendrait, si on n’y change rien

J’ai pas de solution pour te changer la vie
Mais si je peux t’aider quelques heures, allons-y
Y a bien d’autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd’hui

 

Mistral Gagnant, Renaud

Ah… m’asseoir sur un banc
cinq minutes avec toi
et regarder les gens
tant qu’y en a

Te parler du bon temps
qu’est mort qui r’viendra
en serrant dans ma main
tes p’tits doigts

Pi donner à bouffer
a des pigeons idiots
leur filer des coups d’pied
pour de faux

Et entendre ton rire
qui lézarde les mures
qui sait surtout guérir
mes blessures

Te raconter un peu
comment j’étais, mino
les bombecs fabuleux
qu’on piquait chez l’marchand
car-en-sac et Mintho
caramels à un franc
et les Mistral gagnants

Ah… marcher sous la pluie
cinq minutes avec toi
et regarder la vie
tant qu’y en a

te raconter la terre
en te bouffant des yeux
Te parler de ta mère
un p’tit peu

Et sauter dans les flaques
pour la faire râler
bousiller nos godasses
et s’marrer

Et entendre ton rire
comme on entend la mer
s’arrêter, repartir
En arrière

Te raconter surtout
les carambars d’antan
et les coco-boers
et les vrais roudoudous
qui nous coupaient les lèvres
et nous niquaient les dents
et les Mistral gagnants

Ah … m’asseoir sur un banc
cinq minutes avec toi
regarder le soleil
qui s’en va

Te parler du bon temps
qu’est mort et je m’en fous
te dire que les méchants
c’est pas nous

Que si moi je suis barge
ce n’est que de tes yeux
car ils ont l’avantage
d’être deux

Et entendre ton rire
s’envoler aussi haut
que s’envolent les cris
des oiseaux

Te raconter enfin
qu’il faut aimer la vie
et l’aimer même si
le temps est assassin

Et emporte avec lui
les rires des enfants
et les mistral gagnants

et les mistral gagnants

 

 

 

 

 


Déjeuner du matin

Leçon créée avec la collaboration de Tessa Archambault (UW Madison) et inspirée de la pédagogie des « multiliteracies » (New London Group, 1996)

Niveau débutant. Vocabulaire du petit déjeuner, de la séparation. Temps du passé composé.

1. Objectifs Communicatifs/fonctionnels: 

  • Les étudiants pourront exprimer et partager leurs interprétations du poème en se basant sur leurs connaissances et leurs expériences.

2. Objectifs lexico-grammaticaux:

  • Les étudiants pourront utiliser le passé composé pour raconter une série d’événements dans le passé.
  • Les étudiants pourront utiliser du nouveau vocabulaire surtout sur les thèmes du petit déjeuner et de la séparation.

 3. Objectifs culturels/littéraires:

  • Les étudiants pourront identifier le genre d’un texte.
  • Les étudiants pourront réfléchir au titre et à ce qu’il signifie pour eux.
  • Ils pourront identifier les relations entre le titre, le genre, la structure et le thème du texte.
  • Ils pourront résumer le poème, ce qui exigera une réutilisation en contexte du vocabulaire.
  • Ils feront des comparaisons culturelles entre la culture française et leur propre culture, en comparant des poètes qui abordent le thème de la séparation de manière similaire.

 

Matériel 

Déjeuner du matin, Jacques Prévert
Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler
Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
Son chapeau sur sa tête
Il a mis son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder
Et moi j’ai pris
Ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré

version lue par un homme: https://www.youtube.com/watch?v=MalR-e4IgAs

version chantée par Marlène Dietrich : https://www.youtube.com/watch?v=hm1jdP-I4y4&feature=related

 

Activités

Avant la lecture

Brainstorming

Quel vocabulaire pensez-vous trouver dans ce poème ? /Quand vous entendez le titre à quoi pensez-vous ? (écrire les idées proposées par les étudiants au tableau).

Lecture pour le contexte 

1. Lecture du texte. Avant de distribuer le texte assurez-vous d’avoir caché la fin du dernier vers (j’ai pleuré) afin de laisser deviner ce vers aux étudiants. Attention de bien arrêter l’enregistrement avant le dernier vers.

Lisez et écouter. Identifiez le ton (triste, joyeux..) et le genre du texte. Mise en commun en classe.

2. Discussion en classe.

Comment décrire ce texte ? Le rythme? La répétition?

3. Deuxième lecture.

Identifiez le contexte en répondant à ces questions : qui ?/à qui ?/quoi ?/quand ?/où ?

Comparez vos réponses avec votre partenaire. Mise en commun en classe.

Relecture pour les détails

1. Interprétation du contexte :

  1. Introduire les nouveaux mots de vocabulaire soit à l’aide d’un power point soit en demandant aux étudiants d’identifier eux-mêmes les mots inconnus.
  2. Relisez le poème et vérifiez vos hypothèses avec un partenaire sur le qui/à qui/quoi….
  3. Inventez le dernier vers. Comparez avec un partenaire. Faire réécouter le poème et comparer les réponses.
  4. Mise en commun en classe sur le contexte et le sens du poème, ne pas imposer d’interprétation, en accepter plusieurs. Les relations entre les personnages (amoureux ? parents ?) le thème (la séparation ? une dispute ? l’amour ?)

2. Travail sur la structure et le temps : (distribuer à nouveau le poème, mais cette fois découper en morceau, par strophe)

  1. Par deux, remettez le poème dans l’ordre. Comparez avec un autre groupe.
  2. Identifiez le temps du poème. Que savez vous de ce temps ? quelle est sa formation? ses règles? pourquoi est-ce que le poète utilise ce temps ? qu’exprime-t-il ? est-il adapté au thème ?
  3. Remplissez les trous avec les conjugaisons des verbes entre parenthèse au passé composé. (distribuer une copie du poème sans les verbes conjugués). Mise en commun en classe.

Reproduction du langage textuel

Ecrivez un résumé du poème en 4 phrases. Quelles sont les idées principales ? Qu’est-ce qui arrive ? Comparez vos  résumés avec un partenaire. Sont-ils différents? similaires?

Implications culturelles et littéraires du poème

1. Cette discussion peut avoir lieu dans la langue maternelle des étudiants puisqu’il s’agit d’une ouverture culturelle complexe pour ce niveau de langue. Discutez des caractéristiques du poème, de ses thèmes, de son style (sa simplicité). Proposez une comparaison culturelle en demandant si les étudiants connaissent un auteur ou poète dans leur langue maternelle qui a un style semblable.

2. Petite présentation sur Prévert, sa biographie, ses œuvres, son style.

3. Faire écouter la deuxième version de la lecture du poème chantée par   Marlene Dietricht et discuter sur une autre interprétation possible ? Cette version exprime-t-elle les mêmes sentiments ?



Matériel supplémentaire 

  • Article introduisant la pédagogie des “multiliteracies”:  http://vassarliteracy.pbworks.com/f/Pedagogy+of+Multiliteracies_New+London+Group.pdf
  • Vidéo d’un court métrage muet réalisé à partir du poème : https://www.youtube.com/watch?v=I4YoBuJCbfo
  • Autre poème de Prévert (Pour faire le portrait d’un oiseau) avec vidéo.
  • Autre poème de Prévert:  La grasse matinée.

Il est terrible
le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim
elle est terrible aussi la tête de l’homme
la tête de l’homme qui a faim
quand il se regarde à six heures du matin
dans la glace du grand magasin
une tête couleur de poussière
ce n’est pas sa tête pourtant qu’il regarde
dans la vitrine de chez Potin
il s’en fout de sa tête l’homme
il n’y pense pas
il songe
il imagine une autre tête
une tête de veau par exemple
avec une sauce de vinaigre
ou une tête de n’importe quoi qui se mange
et il remue doucement la mâchoire
doucement
et il grince des dents doucement
car le monde se paye sa tête
et il ne peut rien contre ce monde
et il compte sur ses doigts un deux trois
un deux trois
cela fait trois jours qu’il n’a pas mangé
et il a beau se répéter depuis trois jours
Ça ne peut pas durer
ça dure
trois jours
trois nuits
sans manger
et derrière ce vitres
ces pâtés ces bouteilles ces conserves
poissons morts protégés par les boîtes
boîtes protégées par les vitres
vitres protégées par les flics
flics protégés par la crainte
que de barricades pour six malheureuses sardines..
Un peu plus loin le bistrot
café-crème et croissants chauds
l’homme titube
et dans l’intérieur de sa tête
un brouillard de mots
un brouillard de mots
sardines à manger
oeuf dur café-crème
café arrosé rhum
café-crème
café-crème
café-crime arrosé sang !…
Un homme très estimé dans son quartier
a été égorgé en plein jour
l’assassin le vagabond lui a volé
deux francs
soit un café arrosé
zéro franc soixante-dix
deux tartines beurrées
et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon.

Jacques Prévert

 

 


Le slam

Activité: le slam

I. Travail préliminaire

a. Demander à vos élèves ce qu’ils savent sur le slam.

Avez-vous déjà entendu parler du slam ? Qu’est-ce que cela évoque ? Noter au tableau les mots clés cités par les élèves. [poésie, rap, ville, etc.]

Leur poser la question : avez-vous déjà slamé ? À votre avis, quelles sont les difficultés quand on slame ? [ réponses possibles : écrire / s’exprimer devant les autres]

b. Distinguer entre le rap et le slam.

Mettre au tableau une liste de ressemblances et de différences:

Ressemblances Différences
messages politiques (contre le racisme, la pauvreté, par exemple) un type de poésie v. un type de musique
origine commune (les Etats-Unis) rime, manque de rime
attention au langage, au rythme rythmes du rap (4/4/, 2/2)
 etc.  etc.

II. Exercise d’écoute: faire écouter un clip de cette performance de slam.

Activité 1: Les sons, les voix.

a. Cochez les bonnes réponses dans les listes suivantes:

Quels sons entendez-vous ?

des cris
des sifflets
des rires
des applaudissements

Quelles voix entendez-vous ?

un journaliste
un animateur
un slameur
une slameuse
un public

b. Donnez un titre à cette performance: .

c. Comment imaginez-vous la slameuse ? Décrivez-la physiquement tel que vous l’imaginez.

d. Comment parle-t-elle ? (timbre, intonation, vitesse)

e. À votre avis, est-ce qu’elle bouge quand elle dit son texte ou est-ce qu’elle immobile ?

Activité 2: deuxième écoute, avec vidéo

Comparez les impressions des élèves aux images sur scène.

III. Activité d’expansion

Vous allez organiser un tournoi de slam. Pour cela, suivez les trois étapes suivantes.

1. Organisation du tournoi

Lisez le texte ci-dessous et discutez-en :

Règles d’un tournoi de slam:

■ Un jury populaire : entre trois et cinq personnes choisies au hasard

■ Des notes entre 0 et 10, avec un chiffre après la virgule

■ Des poètes qui s’inscrivent auprès de l’animateur, avec ou sans nom de scène

■ Une contrainte de temps : trois minutes maximum pour déclamer un poème (sinon pénalité)

■ Pas d’accessoire, pas de costume, pas de musique

■ Passage en solo, duo ou trio possible

Désignez les membres du jury.

Décidez qui va être l’animateur du tournoi.

Choisissez si vous voulez slamer en solo, en duo ou en trio. Si vous slamez en duo ou trio, mettez-vous par groupe.

Choisissez un nom de scène.

2. Préparez vos textes

Écrivez votre texte.

Pour cela, vous pouvez choisir un thème qui vous inspire ou choisir un poème ou un texte de chanson que vous aimez. Vous pouvez même reprendre un texte de votre manuel ou de vos cours ! N’oubliez pas que votre slam ne doit pas dépasser trois minutes.

3. Le tournoi

Commencez le tournoi !

N’hésitez pas à utiliser le mouvement et le corps pour slamer votre texte !

IV. Film: Slam, ce qui nous brûle (Pascal Tessaud, 2007)


Le Liban

ACTIVITE: le Liban
Liban

I. Niveau intermédiare

1. Brainstorming

Posez les questions suivantes aux élèves:

  • Où avez-vous passé vos dernières vacances ?
  • Où se situe ce pays, cette ville?
  • Est-ce qu’il a fait beau ?
  • Qu’est-ce que vous avez fait ?


2. Exploration

Dirigez vos étudiants vers ce site et demandez-leur, en groupes de deux, de lire les différentes rubriques pour répondre aux questions qui suivent.

1. Le Liban est-il en Asie ou en Europe ?

2. Quels sont les pays voisins du Liban (au nord, au sud, à l’est, à l’ouest) ?

3. Quelle est sa superficie ?

4. Combien d’habitants y a-t-il ?

5. Quelle est la capitale ?

6. Quelle est sa monnaie ?

7. Comment est le climat au Liban ?

8. Quelles sont les langues parlées ? Et quelle est la première langue étrangère en usage au Liban ?

9. Où a eu lieu le 9ème sommet de la francophonie en 2002 ?

10. Quelles sont les villes principales ?

11. Quels sont les sites touristiques et les musées que vous pouvez visiter?

12. Qu’est-ce qu’on peut faire comme activités au Liban ? (sports et loisirs)

13. Quels sont les plats les plus typiques ?

Lorsque tous les groupes ont répondu aux questions, l’enseignant(e) fait un bilan oral avec l’ensemble de la classe.

Ensuite, avec cette exercice, discutez des sites touristiques au Liban et de ce qu’on peut faire comme activité dans ces lieux.

3. Lecture

“Le Liban : une place privilégiée pour le Français”
(adapté de cet article)

La langue officielle du Liban est l’arabe. Cependant, la moitié des Libanais sont francophones et la langue anglaise est, elle aussi, largement utilisée.Le Liban a été occupé au cours des siècles par diverses civilisations. C’est la langue italienne qui s’implante d’abord dans les ports libanais. Mais c’est la France qui installe son influence au Liban avec les missions religieuses. Les congrégations fondent des écoles qui permettront l’implantation du français au Liban pendant la période ottomane.

La présence française va permettre, avec la création du Grand Liban après la Première Guerre mondiale, d’étendre l’enseignement du français. Le français et l’arabe sont à l’époque reconnus comme langues officielles. A l’indépendance en 1943, l’arabe devient la langue officielle, mais le français garde une place privilégiée. Les étudiants peuvent étudier les sciences et les mathématiques aussi bien en français qu’en arabe.

Demandez aux élèves de dire si ces affirmations sont vraies ou fausses:

1. Le français se parle au Liban à cause des missions religieuses.
2. Le français est la langue officielle du Liban.
3. Le Liban a eu son indépendance en 1943.
4. L’anglais est largement utilisé au Liban.
5. 25% des Libanais parlent français.

Réponses:
1. V
2. F – L’arabe est la langue officielle du Liban.
3. V
4. V
5. F-La moitié des Libanais sont francophones.

4. Activité d’expansion

Jeu de rôles:

1. C’est bientôt les vacances d’été. Votre ami(e) ne sait pas encore où aller. Il/elle vous demande comment étaient vos vacances l’année dernière au Liban et vous demande également des renseignements (situation géographique, nombre d’habitants, capitale, villes principales, endroits touristiques, gastronomie, sports et loisirs) sur le pays.

2. Ensuite, écrivez un dialogue avec au moins huit (8) questions et réponses et jouez la scène devant la classe.


L’importance du français

ACTIVITÉ : L’IMPORTANCE DU FRANÇAIS

I. La langue française dans le monde
1. Introduction : Ecrivez au tableau « francophonie » et demandez à vos élèves de dire ce que ce terme leur évoque. Si vous souhaitez évoquer le concept de francophonie plus en profondeur, vous pouvez utiliser une précédente newsletter de France Synergies que vous trouverez en cliquant ICI.
2. Une langue mondiale :
 *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, est-ce que le français est une langue très parlée dans le monde ?
– Dans quelles organisations politiques le français est-il utilisé comme langue officielle ?
*Lecture : par groupe de deux, vos élèves vont lire l’introduction et la partie intitulée « une langue mondiale » de cet article et répondre aux questions suivantes :
a. Le français fait partie des 10 langues les plus utilisées au niveau mondial. V/F (vrai)
b. Le français et l’anglais sont les seules langues qui existent sur chaque continent. V/F (vrai)
c. Le français est une langue majeure au sein de l’Europe. V/F (vrai)
d. On ne parle pas du tout français dans le monde arabe. V/F (faux, le Liban, par exemple, compte 1 500 000 de francophones)
e. Le Québec est la seule partie de l’Amérique du Nord où on parle français. V/F (faux, on parle également français en Louisiane où il y a 300 000 francophones)
f. Les DOM sont rattachés à la France. V/F (vrai, ce sont des départements d’outre mer français)
g. La majorité des francophones d’Asie vivent au Vietnam. V/F (vrai)
*Post-lecture : Poursuivez la discussion en posant les questions suivantes:
h. Comment expliquez-vous cette présence de la langue française dans le monde ? (ici, évoquez le contexte historique)
i. Selon vous, pourquoi est-il important de préserver le statut de la langue française à l’étranger ?
3. Une langue institutionnelle : *Pré-lecture : Donnez à vos élèves la liste des institutions (qui figurent dans cet article) où le français est une langue de travail ou une langue dominante.
*Lecture : Dites-leur de lire cet article puis de répondre aux questions ci-dessous :
a. La journée de la langue française a pour but de promouvoir:
a.1. l’utilisation du français uniquement à l’O.N.U.
a.2. l’utilisation des langues rares à l’O.N.U.
a.3. l’utilisation du français, de l’anglais, de l’espagnol, du russe, du chinois et de l’arabe
à l’O.N.U.
b. Selon Kiyo Akasaka, la langue française:
b.1. joue un rôle fondamental vis-à-vis de l’O.N.U.
b.2. est une langue comme les autres.
b.3. a moins d’impact que l’anglais.
c. Selon Akasaka, les langues étrangères:
c.1. sont menacées par la mondialisation.
c.2. n’ont pas d’impact sur notre façon de penser et d’agir.
c.3. influencent notre perception du monde.
d. Pour célébrer la journée de chaque langue officielle, le symbole sera:
d.1. un monument historique.
d.2. un écrivain ou poète.
d.3. un homme politique.
*Post-lecture : Par groupe de 3 ou 4, vos élèves vont créer une affiche destinée à promouvoir la diffusion de la langue française aux Etats-Unis ou dans le monde: sur cette affiche figurera un logo ou une image (d’une personne ou d’un monument) pour symboliser la langue française et un slogan écrit en français suivi de quelques lignes.

II. Apprendre le français: une expérience unique et enrichissante
1. Petite introduction : Ecrivez au tableau l’expression « langue étrangère » et demandez à vos élèves d’y associer un nom (la connaissance), un adjectif (culturel) ou un verbe (apprendre, parler, etc…). Ensuite, écrivez « la langue française » au tableau et faites le même exercice. Quand vous aurez trouvé un nombre satisfaisant de mots associés à ces deux expressions, menez une discussion sur l’importance de l’apprentissage des langues étrangères à l’aide des questions suivantes:
a. Pourquoi est-ce important de parler une autre langue que l’anglais ?
b. Qu’est-ce qu’on apprend quand on étudie une langue étrangère ? Est-ce seulement une question de grammaire et de vocabulaire ?
c. En apprenant le français, qu’est-ce que vous avez découvert ?
2. Pourquoi apprendre le français ? :
 *Petit sondage : pendant environ 5 minutes, chaque élève demandera à chacun de ses camarades pourquoi il a choisi de suivre ce cours de français et notera les réponses sur une feuille. Ensuite, vous discuterez de ces raisons tous ensemble en guise de récapitulation. Voici les questions à poser pour mener à bien le sondage:
– Pourquoi est-ce que tu as choisi de suivre ce cours de français ?
– Est-ce que tu suis des cours pour apprendre une autre langue étrangère ? Si oui, laquelle ?
– Est-ce que tu prévois de partir en France plus tard ?
*Analyse de données : Montrez à vos élèves ces graphiques qui proviennent d’une étude menée par l’Institut des Langues de UW-Madison à l’automne 2004 et discutez ensemble des raisons pour lesquelles on choisit d’étudier le français à partir des questions suivantes:
a. Quelle est la raison principale pour laquelle on choisit d’étudier le français ?
b. Quelle est la deuxième raison évoquée ?
c. En comparant les autres langues avec le français, quelles sont les différences au niveau des motivations ?
d. Comment expliquez-vous ces différences ?
e. Entre la France, l’Espagne et l’Allemagne, quel pays donne le plus envie de faire un programme d’études à l’étranger selon le graphique ? Pourquoi selon vous ?
*Activités d’expansion : Comme devoir à la maison, vos élèves demanderont à un ami ou à un membre de leur famille quelle langue étrangère il/elle a appris, pourquoi cette langue en particulier et quel effet cet apprentissage a eu sur sa carrière et sa vie en général. Vos élèves écriront ensuite un court paragraphe dans lequel ils résumeront ces informations qu’ils liront en classe.
3. La voix des étudiants : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Combien de langues étrangères parlez-vous ? Lesquelles ?
– Pourquoi avez-vous choisi d’étudier la langue française au lieu d’une autre langue étrangère ?
– En quoi l’apprentissage du français vous apporte quelque chose de bénéfique (du point de vue académique, personnel ou culturel) ?
*Lecture : Par groupes de trois, vos élèves vont lire 4 profils d’étudiants en français sur le sitede l’Institut des Langues de UW-Madison (il y en a 20 en tout, donc veillez à assigner des profils différents pour chaque groupe) et, à partir des informations qu’ils auront trouvées, répondre en français aux questions suivantes:
a. Est-ce que ces étudiants sont forcément spécialisés dans l’étude des langues étrangères ou ont-ils d’autres intérêts d’un point de vue académique ?
b. En général, est-ce que ces étudiants parlent une seule ou plusieurs langues étrangères ? Lesquelles ?
c. Quelles sont les raisons principales pour lesquelles ils choisissent d’étudier le français ?
d. Selon eux, quels sont les avantages d’apprendre une langue étrangère ?
e. En quoi est-ce enrichissant sur un plan personnel ?
f. A quelles occasions peuvent-ils utiliser leur connaissance de la langue française ?
g. Quelles sont leur expérience lorsqu’ils vont étudier ou vivre à l’étranger ?
*Post-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
h. Quelle est la chose que vous préférez dans vos cours de français ?
i. Est-ce que vous aimeriez continuer à étudier ou pratiquer le français après la fin de votre scolarité ?
– Vous pouvez également leur demander de relever les arguments avancés par cette vidéodiffusée par le Language Institute de UW-Madison et en discuter tous ensemble.

III. Le français, un atout au niveau professionnel
1. Travailler à Bruxelles : *Pré-visionnage : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, quels débouchés offre la langue française ?
– Que pensez-vous du métier d’interprète ?
*Visionnage : Demandez à vos élèves de regarder cette vidéo puis de répondre aux questions ci-dessous :
a. Bruxelles aura besoin de nouveaux interprètes en français dans dix ans:
a.1. à cause des départs à la retraite.
a.2. à cause d’une augmentation phénoménale des postes.
a.3. à cause de la crise économique.
b. Il faudra embaucher:
b.1. 100 interprètes en français.
b.2. 200 interprètes en français.
b.3. 300 interprètes en français.
c. Les interprètes devront parler:
c.1. 2 langues différentes.
c.2. 3 langues différentes.
c.3. 4 langues différentes.
d. En général, les interprètes de la Commission européenne ont fait:
d.1. une formation de deux ans dans une école spécialisée.
d.2. des études de langues étrangères à l’université.
d.3. des études dans n’importe quel domaine, pourvu qu’ils soient bilingues.
*Post-visionnage : Vous pouvez montrer cette vidéo à vos élèves pendant quelques minutes pour leur montrer en quoi consiste le métier d’interprète à la Commission européenne de Bruxelles.
2. Le français et ses débouchés professionnels
 : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Pourquoi est-ce que vous étudiez le français ?
– Sur quels types de métiers débouche, en général, l’apprentissage du français ?
– Est-ce que l’étude de la langue française est seulement limitée à l’enseignement, la recherche ou la traduction et l’interprétariat ?
*Lecture: Chaque groupe (constitué de 4 élèves) va lire un extrait différent du livre Post-Francophile : Stories from the Professional French Masters Program, édité par Ritt Deitz, qui raconte l’expérience de plusieurs anciens élèves du P.F.M.P. Ensuite, chaque groupe résumera son histoire en faisant une présentation à la classe. Voici un exemple de lignes directrices pour la présentation :
a. Quel est le métier actuel de la personne qui raconte son histoire ?
b. En quoi est-ce que l’étude et la connaissance du français sont importantes pour ce travail ?
c. En quoi l’étude du français a-t-elle transformé cette personne d’un point de vue personnel ou professionnel ?
*Post-lecture : Posez à vos élèves les questions suivantes:
d. Est-ce que ces extraits vous ont donné envie de poursuivre l’étude du français ?
e. Savez-vous quel métier vous voudriez exercer plus tard ? Si oui, est-ce compatible avec le français ?

Autres liens utiles:

– La vidéo Pourquoi apprendre le français? proposée par le site du gouvernement français.
– Le manifeste Langue française : état d’urgence par un collectif d’associations.
– Un site concernant la défense de la langue française.
– Le site officiel de la revue Le français dans le monde.


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 244 other followers