Follow France Synergies on WordPress.com

Déjeuner du matin

Leçon créée avec la collaboration de Tessa Archambault (UW Madison) et inspirée de la pédagogie des « multiliteracies » (New London Group, 1996)

Niveau débutant. Vocabulaire du petit déjeuner, de la séparation. Temps du passé composé.

1. Objectifs Communicatifs/fonctionnels: 

  • Les étudiants pourront exprimer et partager leurs interprétations du poème en se basant sur leurs connaissances et leurs expériences.

2. Objectifs lexico-grammaticaux:

  • Les étudiants pourront utiliser le passé composé pour raconter une série d’événements dans le passé.
  • Les étudiants pourront utiliser du nouveau vocabulaire surtout sur les thèmes du petit déjeuner et de la séparation.

 3. Objectifs culturels/littéraires:

  • Les étudiants pourront identifier le genre d’un texte.
  • Les étudiants pourront réfléchir au titre et à ce qu’il signifie pour eux.
  • Ils pourront identifier les relations entre le titre, le genre, la structure et le thème du texte.
  • Ils pourront résumer le poème, ce qui exigera une réutilisation en contexte du vocabulaire.
  • Ils feront des comparaisons culturelles entre la culture française et leur propre culture, en comparant des poètes qui abordent le thème de la séparation de manière similaire.

 

Matériel 

Déjeuner du matin, Jacques Prévert
Il a mis le café
Dans la tasse
Il a mis le lait
Dans la tasse de café
Il a mis le sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu le café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler
Il a allumé
Une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
Son chapeau sur sa tête
Il a mis son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder
Et moi j’ai pris
Ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré

version lue par un homme: https://www.youtube.com/watch?v=MalR-e4IgAs

version chantée par Marlène Dietrich : https://www.youtube.com/watch?v=hm1jdP-I4y4&feature=related

 

Activités

Avant la lecture

Brainstorming

Quel vocabulaire pensez-vous trouver dans ce poème ? /Quand vous entendez le titre à quoi pensez-vous ? (écrire les idées proposées par les étudiants au tableau).

Lecture pour le contexte 

1. Lecture du texte. Avant de distribuer le texte assurez-vous d’avoir caché la fin du dernier vers (j’ai pleuré) afin de laisser deviner ce vers aux étudiants. Attention de bien arrêter l’enregistrement avant le dernier vers.

Lisez et écouter. Identifiez le ton (triste, joyeux..) et le genre du texte. Mise en commun en classe.

2. Discussion en classe.

Comment décrire ce texte ? Le rythme? La répétition?

3. Deuxième lecture.

Identifiez le contexte en répondant à ces questions : qui ?/à qui ?/quoi ?/quand ?/où ?

Comparez vos réponses avec votre partenaire. Mise en commun en classe.

Relecture pour les détails

1. Interprétation du contexte :

  1. Introduire les nouveaux mots de vocabulaire soit à l’aide d’un power point soit en demandant aux étudiants d’identifier eux-mêmes les mots inconnus.
  2. Relisez le poème et vérifiez vos hypothèses avec un partenaire sur le qui/à qui/quoi….
  3. Inventez le dernier vers. Comparez avec un partenaire. Faire réécouter le poème et comparer les réponses.
  4. Mise en commun en classe sur le contexte et le sens du poème, ne pas imposer d’interprétation, en accepter plusieurs. Les relations entre les personnages (amoureux ? parents ?) le thème (la séparation ? une dispute ? l’amour ?)

2. Travail sur la structure et le temps : (distribuer à nouveau le poème, mais cette fois découper en morceau, par strophe)

  1. Par deux, remettez le poème dans l’ordre. Comparez avec un autre groupe.
  2. Identifiez le temps du poème. Que savez vous de ce temps ? quelle est sa formation? ses règles? pourquoi est-ce que le poète utilise ce temps ? qu’exprime-t-il ? est-il adapté au thème ?
  3. Remplissez les trous avec les conjugaisons des verbes entre parenthèse au passé composé. (distribuer une copie du poème sans les verbes conjugués). Mise en commun en classe.

Reproduction du langage textuel

Ecrivez un résumé du poème en 4 phrases. Quelles sont les idées principales ? Qu’est-ce qui arrive ? Comparez vos  résumés avec un partenaire. Sont-ils différents? similaires?

Implications culturelles et littéraires du poème

1. Cette discussion peut avoir lieu dans la langue maternelle des étudiants puisqu’il s’agit d’une ouverture culturelle complexe pour ce niveau de langue. Discutez des caractéristiques du poème, de ses thèmes, de son style (sa simplicité). Proposez une comparaison culturelle en demandant si les étudiants connaissent un auteur ou poète dans leur langue maternelle qui a un style semblable.

2. Petite présentation sur Prévert, sa biographie, ses œuvres, son style.

3. Faire écouter la deuxième version de la lecture du poème chantée par   Marlene Dietricht et discuter sur une autre interprétation possible ? Cette version exprime-t-elle les mêmes sentiments ?



Matériel supplémentaire 

  • Article introduisant la pédagogie des “multiliteracies”:  http://vassarliteracy.pbworks.com/f/Pedagogy+of+Multiliteracies_New+London+Group.pdf
  • Vidéo d’un court métrage muet réalisé à partir du poème : https://www.youtube.com/watch?v=I4YoBuJCbfo
  • Autre poème de Prévert (Pour faire le portrait d’un oiseau) avec vidéo.
  • Autre poème de Prévert:  La grasse matinée.

Il est terrible
le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim
elle est terrible aussi la tête de l’homme
la tête de l’homme qui a faim
quand il se regarde à six heures du matin
dans la glace du grand magasin
une tête couleur de poussière
ce n’est pas sa tête pourtant qu’il regarde
dans la vitrine de chez Potin
il s’en fout de sa tête l’homme
il n’y pense pas
il songe
il imagine une autre tête
une tête de veau par exemple
avec une sauce de vinaigre
ou une tête de n’importe quoi qui se mange
et il remue doucement la mâchoire
doucement
et il grince des dents doucement
car le monde se paye sa tête
et il ne peut rien contre ce monde
et il compte sur ses doigts un deux trois
un deux trois
cela fait trois jours qu’il n’a pas mangé
et il a beau se répéter depuis trois jours
Ça ne peut pas durer
ça dure
trois jours
trois nuits
sans manger
et derrière ce vitres
ces pâtés ces bouteilles ces conserves
poissons morts protégés par les boîtes
boîtes protégées par les vitres
vitres protégées par les flics
flics protégés par la crainte
que de barricades pour six malheureuses sardines..
Un peu plus loin le bistrot
café-crème et croissants chauds
l’homme titube
et dans l’intérieur de sa tête
un brouillard de mots
un brouillard de mots
sardines à manger
oeuf dur café-crème
café arrosé rhum
café-crème
café-crème
café-crime arrosé sang !…
Un homme très estimé dans son quartier
a été égorgé en plein jour
l’assassin le vagabond lui a volé
deux francs
soit un café arrosé
zéro franc soixante-dix
deux tartines beurrées
et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon.

Jacques Prévert