Follow France Synergies on WordPress.com

La critique gastronomique

Activité: la critique gastronomique

I. Pistes de questions pour l’échauffement :

  • Dînez-vous souvent aux restaurants ?
  • Quel est votre restaurant préféré? Pourquoi?
  • Quelle est votre cuisine préférée? Pourquoi?

II. Activité de lecture

Lisez les textes suivants et répondez aux questions.

1.) Rêve d’Alsace

65, avenue Edmond Ricard, 91420 Morangille

43.67.38.28

Fermé le dimanche.

Près d’un feu de bois comme on en trouve dans les auberges alsaciennes, vous serez au calme et au chaud pour apprécier une cuisine que l’on n’est pas habitué à trouver dans cette banlieue sud de Paris. On pourra y déguster une vraie et bonne choucroute, une quiche lorraine, une tarte à l’oignon dans la bonne tradition et du foie gras d’Alsace, hélas! Peu convaincant. Mais il y a sûrement ici un bon cuisinier pour préparer cette mousse de grenouilles au cresson, ces remarquables côtelettes de veau, ces châtaignes, et ces choux rouges. Malgré une tarte aux mirabelles redoutablement cartonneuse, le bilan d’ensemble est plus que positif. Avec un pinot noir, nous avons payé 80 euros pour deux, en regrettant qu’on ne nous ait pas proposé le menu à 25 euros, service compris, qui figure à l’extérieur et que vous pourrez réclamer.

2.) Stéphanie Olivier

6, rue Faustin-Hélie

Paris-XVI

47 70 86 29

Fermé dimanche et lundi midi.

Elle porte un nom célèbre, celui de son papa, Jacques Olivier. Gardons-nous bien, toutefois, de comparer, car Stéphanie Oliver n’est pas aux fourneaux, mais elle est fort aimable dans son rôle de maîtresse de maison. Le cadre est plutôt celui d’un cabaret, ce local ayant été longtemps l’un des établissements de nuit les plus connus de la capitale. La cuisine est sans prétentions, mais tout est frais et de qualité. Une salade de lentilles et saucisson cuit, des œufs genre bénédictine, un bon boudin (qui aurait été encore meilleur servi avec une purée de pommes de terre), du bœuf Strogonoff encore accompagné d’un excellent riz sauvage, d’amusants fromages, un onctueux gâteau au chocolat et une bouteille de saint-émilion nous ont coûté, à deux, 60 euros.

3.) A l’Ardoise

Défense 1, les Feuilles, place de Seine

Courbevoie 46 92 10 13

Ouvert de lundi au vendredi inclus pour déjeuner seulement.

Voici enfin le restaurant qu’on attendait dans cet univers glacé de la Défense. Sitôt franchie la porte d’entrée, on oublie les alentours, tant le décor de cette nouvelle maison a de charme. Ce pourrait être une brasserie provinciale fin de siècle. Des murs recouverts d’un joli papier imprimé, des buffets de salle à manger d’autrefois, de belles chaises, des tables rondes. Et une belle vue sur la Seine. Avec cela, l’accueil et le service et le service sont d’une gentillesse inhabituelle. On fait tout pour être agréable au client, y compris lui servir une cuisine qui, elle non plus, ne manque pas de charme. La carte est classique, avec une pointe de personnalité dans tous les plats. Une très belle sole bien épaisse avec une sauce hollandaise, un suprême de volaille pochée tendre et goûteux, servi avec des poireaux et une bonne tarte aux mirabelles composèrent un repas de qualité. Avec un agréable bordeaux à 10 euros la demi-bouteille, et un café, hélas! médiocre, l’addition était de 35 euros.

A. Questions de lecture:

1.) Qu’évoquent les noms des restaurants:

Rêve d’Alsace?

Stéphanie Olivier?

A l’Ardoise?

2.) Où est situé A l’Ardoise? Pourquoi l’auteur parle-t-il du quartier de ce restaurant mais pas de celui des autres restaurants?

3.) Que sait-on du décor de Rêve d’Alsace? Stéphanie Olivier? A l’Ardoise?

4.) Pourquoi le critique parle-t-il peu du décor de Stéphanie Olivier par rapport aux autres?

5.) Quelles sont les spécialités de chaque restaurant?

6.) Quelles sont les qualités, les défauts de chaque restaurant?

7.) Comment était le service dans chaque restaurant?

8.) A votre avis, qu’est-ce qui va attirer les plus les clients dans chaque restaurant décrit?

9.) Comment sont les prix?

10.) A votre avis lequel de ces restaurants le critique a-t-il préféré? Comment le sentez-vous d’après ces descriptions?

B. Exercises de vocabulaire

Trouvez dans le texte le mot qui correspond aux définitions; pour les noms, donnez l’article.

1.) Maison située généralement à la campagne et où on peut manger, boire, etc.

2.) Spécialité alsacienne; conserve de choux salés et fermentés, garni de saucisses et de pommes de terre.

3.) Appareil destiné à la cuisson des aliments

4.) Etablissement où on sert surtout de la biére et des repas simples

6.) Réception qu’on fait à quelqu’un

7.) Total d’une note de dépense au café, au restaurant, etc.

8.) Qui est à craindre (adjectif)

Trouvez un synonyme:

1.) un lieu

2.) goûter avec soin pour apprecier

3.) demander avec insistance

4.) traverser

5.) couvert complètement

6.) aussitôt

Trouvez le verbe: (employer le dictionnaire si nécessaire)

1.) franchi

2.) recouvert

3.) accueil

4.) brasserie

5.) compris

5.) poché

Trouvez l’adjectif:

1.) qui vient d’Alsace

2.) qui vient de Hollande

3.) qui a la consistance du carton

4.) qui n’est pas habituel

5.) qui tient de la province

7.) qui donne une impression douce et crémeuse

8.) qui vient de la Lorraine

Donnez une définition des mots/expressions suivants:

1.) la maîtresse de maison

2.) la banlieue

3.) un feu de bois

4.) les alentours

5.) un cuisinier

6.) du papier imprimé

7.) la gentillesse

8.) service compris

Employez dans des phrases:

1.) autrefois

2.) malgré

3.) franchir

4.) réclamer

5.) être au chaud

6.) le cadre

7.) près de

8.) hélas

 

III. Analyse et production de textes

A. Pensez à des restaurants comme les suivants et inventez un nom pour chacun:

un restaurant français à New York

un restaurant mexicain aux Etats-Unis

un restaurant italien à Chicago

un restaurant texan à Paris

 

B. Maintenant:

1.) Ecrivez une phrase d’introduction pour chaque restaurant selon ce modèle:

Près d’un feu de bois comme on en trouve dans les auberges alsaciennes vous serez au calme et au chaud.

Exemple: Près d’une piscine comme on en trouve en Californie vous serez au frais.

2.) Pour chacun de ces restaurants, faites un bilan:

1.) positif (Malgré un tarte redoutablement cartonneuse, le bilan d’ensemble est plus que positif)

2.) négatif

D’autres phrases utiles:

+++

  • Ce qui m’a plu, c’est….
  • Ce que j’ai trouvé bien/formidable/excellent, c’est…
  • Félicitations pour + nom

  • Ce qui me paraît inacceptable/ intolérable/gênant, c’est …
  • Ce que je n’ai pas apprécié, c’est …
  • Le restaurant aurait dû/pu…

D’autre vocabulaire utile:

Les étapes du repas : l’entrée/ le plat principal/ le fromage/ le dessert

Les types de plats : une salade/ une soupe/ une viande/ un poisson/ une viande/ un plat
en sauce/ des pâtes/ le fromage/ les pâtisseries/ une salade de fruits/ une glace

Dresser la table : les couverts (la fourchette, le couteau, la cuillère), les verres, les tasses, les assiettes, la nappe, les serviettes

IV. Rédaction

Choisissez deux restaurants que vous connaissez bien et écrivez pour chacun un compte rendu d’une demi-page:

1.) l’un plutôt positif avec quelques aspects négatifs

2.) l’autre plutôt négatif avec quelques aspects positifs

Suivez le modèle ci-dessus et incorporez–mais dans l’ordre que vous voudrez–des renseignements sur:

1.) où est situé le restaurant

2.) le décor, ce qu’il y a de spécial

3.) le service, le personnel

4.) le menu, les specialités, la qualité du repas

5.) les vins

6.) les prix

V. Film à connaître

Les saveurs du palais (Christian Vincent, 2012)

Résumé d’allocine.com:

“Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l’Élysée. Malgré les jalousies des chefs de la cuisine centrale, Hortense s’impose avec son caractère bien trempé. L’authenticité de sa cuisine séduira rapidement le Président, mais dans les coulisses du pouvoir, les obstacles sont nombreux.”

 


Le pain

 Le pain

I. Echauffement:

Demandez aux élèves de décrire cette image stéréotypée du Français qui porte le béret, boit du vin, et a une baguette sous le bras.

II. Activité de lexique: expressions idiomatiques avec le mot “pain”

A. Demandez aux élèves de se mettre en petits groupes et de commenter les phrases suivantes:

1. Face aux difficultés économiques qu’ils doivent affronter, certains paysans choisissent de vendre leurs terres pour une bouchée de pain.

2. Avec tous les devoirs qu’il nous reste, on a encore du pain sur la planche  avant les vacances.

3. Tous les exemplaires de ce magazine se sont vendus comme des petits pains le jour même de la publication.

4. Avec un salaire de 3000 euros par mois, mon oncle a son pain cuit.

5. Ma sœur travaille comme professeur de maths. L’enseignement est son gagne-pain.

5. Ce livre que je suis en train de lire est long comme un jour sans pain.

6. Léo rend visite à sa grand-mère tous les dimanches. Il est bon comme du pain, ce garçon !

Maintenant, faites l’exercice suivant: associez chaque expression à sa définition.

1. avoir du pain sur la planche

2. être bon comme du pain

3. avoir son pain cuit

4. long comme un jour sans pain

5. pour une bouchée de pain

6. cela se vend comme des petits pains

7. un gagne-pain

a) interminable

b) travail permettant de gagner sa vie

c) pas cher

d) avoir beaucoup de travail

e) être riche

f) être très gentil

g) cela se vend facilement

III. Ensuite, regardez ce reportage qui raconte comment les Français mangent de moins en moins de pain.

Questions de compréhension (vrai ou faux):

1. Selon la première boulangère dans l’interview, les enfants aiment manger du pain le matin.

2. Les boulangers doivent constamment renouveler leurs produits.

3. 98% des Français continuent à manger du pain.

4. En moyenne, une baguette coûte moins d’un Euro.

5. L’histoire d’amour entre les Français et le pain est prête de s’arrêter.

Réponses:

1. F

2. V

3. V

4. V (86 centimes)

5. F

IV. Poème

La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, – sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation. (Francis Ponge, 1942)

V. Chanson: “Le petit pain au chocolat” (Joe Dasin, 1969)

Pour les paroles, cliquez ici.

VI. Film: La femme du boulanger (Marcel Pagnol, 1938)

Résumé de www.premier.fr:

“Le boulanger Aimable Castanet s’installe avec sa femme Aurélie dans un petit village de Haute-Provence, où ragots et médisances vont bon train. Expansif et volubile, Aimable fait vite la conquête des habitants et son pain est le meilleur jamais dégusté au village. Aurélie, timide et réservée reste les yeux fixés sur sa caisse. Mais un beau jour, elle s’enfuit avec Dominique, le berger du Marquis de Monelles. Désespéré, Aimable perd la tête et refuse de faire son pain. Les villageois se mobilisent pour qu’Aurélie lui revienne.”


La Semaine du goût

ACTIVITE : LA SEMAINE DU GOUT

I. Niveau élémentaire/intermédiaire

Niveau élémentaire

Objectif:

Apprendre à s’exprimer sur les différentes saveurs (sucré, salé, acide, amer)

Matériel pour la classe:

– des gobelets
– des assiettes
– des cuillères

–  un citron
– du vinaigre
– un pamplemousse

– du sirop d’érable
– du sucre de canne
– du cacao
– du sel
– des chips
– des olives noires
– des raisins secs
– des cornichons
– de la cannelle
– 3 sortes de pomme

Travail préliminaire:

1. Posez les questions suivantes à vos élèves:
Quels sont nos sens? Sont-ils tous utilisés quand on mange? Quel organe est utilisé pour chacun des sens?

Réponses:

1. la vue/regarder/voir/un œil/les yeux
2. l’ouïe (f.)/écouter/entendre/une oreille
3. le goût/goûter/sentir/la langue
4. l’odorat (m.)/renifler/sentir/le nez
5. le toucher/toucher/sentir/la peau

2. Présentez à vos élèves un citron, un pamplemousse, du sucre et du sel comme aliments repères. Les élèves doivent reconnaître l’aliment et mémoriser la saveur de chacun (amer, sucré, etc.).

Développement:

A. Les aliments repères sont disposés sur des tables distinctes et chaque table représente une saveur différente. Tous les autres aliments sont regroupés dans un panier. Après avoir nommé le contenu du panier, chaque élève choisit un de ces aliments et le place sur la table correspondant à sa saveur (par exemple, le cacao c’est amer comme le pamplemousse).

Activité d’expansion: J’aime/je n’aime pas. Modèle: “J’aime le sirop d’érable mais je n’aime pas le vinaigre.”

B. Les pommes. Parlez de la couleur, de la taille, de l’odeur et du toucher des pommes. Les pommes ont-elles toutes le même goût? Faites-leur goûter trois morceaux de pommes différentes. Au choix:

Golden, Gala, Fuji: sucrées, gourmandes
Granny Smith: acidulée
Braeburn, Jonagold: sucrées-acidulées  (natures, rustiques…)

Les élèves doivent retrouver les caractéristiques de chacune, et s’exprimer sur les perceptions de l’une à l’autre. Modèle: “J’aime les pommes Gala mais je n’aime pas les pommes Granny Smith.”

Activité d’expansion: dégustation de fromage français

II. Niveau intermédiaire/avancé

A. Lisez l’article suivant et répondez aux questions.

“La Semaine du Goût”

adapté de http://www.education.gouv.fr/cid53572/la-semaine-gout.html

Qu’est-ce que la semaine du goût? C’est un événement créé il y a 21 ans par des initiatives locales, régionales et nationales autour de l’éducation au goût et du patrimoine culinaire. Le ministère de l’Education nationale parraine cet événement : de la maternelle au lycée, plusieurs milliers d’élèves y participent chaque année.

Cet événement a pour objectifs d’éduquer les enfants au goût, de montrer la diversité et le plaisir des goûts et des saveurs, et d’encourager les comportements et consommations alimentaires s’inscrivant dans un mode de vie équilibré et durable.

Du 17 au 23 octobre, les professionnels des métiers de bouche transmettent leur passion et leur savoir-faire à des élèves: chefs cuisiniers, boulangers, bouchers, fromagers, primeurs… se glissent sous la toque d’éducateurs au goût pour une demi-journée. Cet événement mobilise 2 000 chefs dans environ 6 000 classes.

Parallèlement, les associations, collectivités, entreprises, marchés, fermes, sont invités à organiser des ateliers pour mettre en avant le plaisir lié au goût dans l’alimentation. Ces ateliers sont organisés partout en France. Près de 500 tables de la gastronomie française proposent aussi des menus à prix doux.

Questions:

1. Quand est la semaine du goût en France?
2. Quand cet événement a-t-il été créé?
3. Nommez deux objectifs de la semaine du goût.
4. Expliquez l’expression “professionnels des métiers de bouche” et donnez quelques exemples.
5. Que font ces professionnels à l’école pendant la semaine du goût?
6. Que veut dire “des menus à prix doux”?
7. Que pensez-vous de cet événement?

Réponses
1. du 17 au 23 octobre 2011
2. Il a été créé en 1990
3. Eduquer au goût les enfants, montrer la diversité et le plaisir des goûts et des saveurs, encourager les comportements et consommations alimentaires s’inscrivant dans un mode de vie équilibré et durable.
4. Ceux qui travaillent dans la gastronomie: chefs cuisiniers, boulangers, bouchers, fromagers, primeurs.
5. Pendant une demi-journée, ils transmettent leur passion et leur savoir-faire de leur travail aux élèves.
6. Des menus à prix réduit.
7. (A faire corriger par le professeur.)

B. Regardez cette vidéo et répondez aux questions de compréhension suivantes.

:00-:20

1. Que font ces élèves?

:20-:48

2. Quels conseils donne le chef cuisinier Thierry Faucher aux élèves?

1:00-1:25

3. Nommez quelques aliments mentionnés par les élèves.

1:25-1:40

4. Les élèves sont particulièrement fiers de pouvoir identifier quel goût?

Réponses:

1. Ils assistent à un atelier sur la viande.
2. Manger plus lentement, rester plus longtemps à table, apercevoir la cuisine avec tous les sens (regarder, sentir, et goûter).
3. Fromage, carotte, noix de coco, saucisson, lait
4. Crème de chou-fleur

Activité d’expansion:

Jeu de rôle

Les élèves se mettent par groupe de trois: un journaliste et deux “professionnels des métiers de bouche” à la semaine du goût. Chaque groupe compose des questions posées par le journaliste aux professionnels et leurs réponses. Ils joueront ensuite leurs scènes de 2-3 minutes devant la classe.


Délices de France

ACTIVITE : DÉLICES DE FRANCE : PÂTISSERIES, BONBONS ET GÂTEAUX

I. Boulangers, pâtissiers et chocolatiers confiseurs : gros plan sur ces métiers
1.Trois profils : Pour cette activité, vous allez diviser la classe en trois et définir des groupes de deux étudiants dans chaque section. Ensuite, vous direz à chaque groupe de répondre aux questions correspondant à l’une des trois activités suivantes.
En guise d’introduction, posez-leur les questions suivantes :
– Définissez ce métier : que fait le boulanger/pâtissier/chocolatier-confiseur ? Quelle est sa spécialité ?
– Selon vous, est-ce que ce métier est difficile ou facile ? Pourquoi ?
– Est-ce que vous aimeriez faire ce métier ? Pourquoi ?
I. Boulanger : Après avoir regardé cette vidéo, vos élèves répondront aux questions ci-dessous :
a. Qui a inspiré la vocation de boulanger à Thierry Meunier ? (son père)
b. Où a-t-il fait son apprentissage ? (en Normandie)
c. Qu’est-ce qui est passionnant pour lui ? (il travaille sur des ingrédients vivants)
d. A quelle heure est-ce que le boulanger commence ? (3h du matin)
e. A quelles heures est-ce que la boulangerie est ouverte ? (de 5h30 jusqu’à 20h30)
f. Est-ce que Thierry Meunier est gêné par la contrainte de ces horaires ? (non, car c’est sa passion !)
II. Pâtissier : Après avoir regardé cette vidéo, vos élèves répondront aux questions ci-dessous :
a. Selon Pascal Laversin, en quoi consiste le métier de pâtissier ? (faire des gâteaux par soi-même et faire plaisir aux gens)
b. Quelles sont les spécialités d’un pâtissier ? (toutes sortes de gâteaux, de la pâte à choux, des glaces, des petits fours frais)
c. Que faut-il faire pour devenir pâtissier ? (il faut suivre un apprentissage, CAP ou BEP, puis faire une mention complémentaire pour se spécialiser)
d. A quelle heure commence un pâtissier ? (à 6h du matin)
e. Quelles sont les trois grandes étapes dans une journée pour la pâtisserie ? (la fournée, la commande et la mise en place)
f. Quelles sont les contraintes de ce métier ? (les horaires ; les jours de congé sont rarement le week-end, et les pâtissiers travaillent les jours fériés)
III. Chocolatier-confiseur : Après avoir regardé cette vidéo, vos élèves répondront aux questions ci-dessous :
a. Quels sont les inconvénients de ce métier ? (les horaires : les chocolatiers-confiseurs commencent tôt, vers 6h30)
b. Comment est-ce qu’il définit le métier de chocolatier ? (c’est un art)
c. A quoi faut-il faire attention pour faire du chocolat ? (la courbe de température, à 32°)
d. Quelle formation est-ce que Florent Dupré a faite pour devenir chocolatier ? (un CAP chocolatier et confiseur puis il a fait un brevet technique chocolatier)
e. Quel type de chocolat est-ce qu’il préfère ? (le chocolat amer)
f. Quel est son projet ? (devenir patron, ouvrir sa propre boîte et faire ses propres chocolats)
*Post-visionnage :Maintenant, les groupes vont se mélanger, résumer en français leur reportage respectif et souligner les différences et les ressemblances entre les métiers qu’ils ont étudiés.
2. Les grands noms de la pâtisserie française: 
*Pré-lecture : Demandez à vos élèves s’ils connaissent le nom d’un grand chef pâtissier français et, si oui, de dire ce qu’ils savent à propos de lui.
*Lecture : Divisez vos élèves en petits groupes de trois et donnez-leur à lire l’un des 7 paragraphes de cet article puis demandez-leur de répondre aux questions qui suivent :
I. 1er paragraphe
a. Qui était Gaston Lenôtre ? (un chef pâtissier qui a introduit le concept de « nouvelle cuisine » et qui a révolutionné la pâtisserie)
b. Quelle était, selon Joël Bellouet, la grande qualité de Gaston Lenôtre ? (il innovait sans cesse sur les produits et sur les techniques et utilisait des ingrédients d’excellente qualité)
II. 2ème paragraphe
c. Qu’est-ce que Gaston Lenôtre a créé ? (un laboratoire et une école)
d. Quel est le maître-mot de sa technique de cuisine ? (la créativité)
III. 3ème paragraphe
e. Pourquoi est-ce que Gaston Lenôtre a voulu partager ses recettes grâce à une école ? (pour qu’il y ait encore plus de gens qui aiment la pâtisserie)
f. Quel type de personnes est-ce que cette école accueille ? (tout le monde, y compris les étrangers)
IV. 4ème paragraphe
g. Comment est-ce que Pierre Hermé a « démodé les classiques » ? (il a éliminé les décors excessifs, cherché les vraies saveurs, revisité ses recettes, etc…)
h. A quel domaine est-ce que son travail s’apparente ? (la mode)
V. 5ème paragraphe
i. Qui était Gilliers ? (un pâtissier au 18ème siècle qui a beaucoup utilisé le sucre des Antilles)
j. Quelles étaient ses deux spécialités ? (le baba au rhum et les madeleines)
VI. 6ème paragraphe
k. Quelle était la spécialité d’Antonin Carême ? (la pâtisserie ornementale)
l. Par quoi est-ce qu’il s’est illustré ? (il a écrit six ouvrages)
VII. 7ème paragraphe
m. A quoi est-ce que Lefèvre-Utile a contribué ? (la transition entre l’artisanat et l’industrialisation avec la marque LU)
n. A quel siècle est-ce que Lefèvre-Utile a opéré sa petite révolution ? (fin 19ème, début 20ème)
*Post-lecture : Dites à vos élèves de faire des recherches plus approfondies par groupes de trois ou quatre sur un des pâtissiers mentionnés dans cet article OU sur Philippe Andrieu, Christophe Michalak, Christophe Felder, Pascal Niaux ou Philippe Conticini et de préparer une courte présentation (5-8 minute) en français sur la biographie du pâtissier choisi ainsi que sur ses spécialités (il faudra montrer des images !)
II. La spécificité des boulangeries/pâtisseries françaises
1. Une tradition culturelle: *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Est-ce que vous mangez beaucoup de pâtisseries ou de gâteaux ? Si oui, à quelles occasions ? Est-ce fréquent ?
– Est-ce que vous achetez vos pâtisseries dans des chaines comme Starbucks ou est-ce que vous les trouvez chez un particulier ? Pourquoi ce choix ?
*Lecture : Vos élèves vont lire cet article puis ils répondront par deux aux questions ci-dessous :
a. La majorité des Français achètent leur pain dans une boulangerie. V/F (vrai)
b. Les Français n’achètent jamais de pain ou de pâtisseries dans les grands magasins supermarchés. V/F (faux, 4/10 consommateurs y achètent leur pain)
c. Le critère n°1 repose sur la gentillesse des boulangers. V/F (faux, c’est également un critère important mais il passe après le goût et la qualité du pain)
d. La baguette est le pain préféré des Français. V/F (vrai !)
e. En général, les Français déjeunent une fois par semaine dans une boulangerie. V/F (faux, c’est plutôt une fois par mois)
f. La crise économique n’a pas trop influencé les ventes de pain en France. V/F (vrai)
*Post-lecture : Par deux, vos élèves vont débattre sur l’achat de pâtisseries dans les boulangeries ou dans les grands supermarchés. Chaque élève défendra un point de vue de façon très convaincante puis toute la classe se mettra à débattre de ce sujet en examinant les pour et les contre (à écrire au tableau).
2. Le succès des boulangeries françaises à l’étranger:
 *Pré-visionnage : Demandez à vos élèves s’ils ont déjà goûté une pâtisserie française (et si oui, laquelle) et s’ils connaissent une boulangerie française là où ils vivent ou autre part aux Etats-Unis : est-ce qu’il y en a beaucoup ? Trouvez-vous que c’est bien d’en avoir ?
*Visionnage : Vous allez leur montrer cette vidéo au moins deux fois puis ils répondront aux questions qui suivent :
a. Où est-ce que Olivier Anquier s’est installé ? (Sao Paolo au Brésil)
b. Quand est-ce qu’il s’y est installé ? (il y a environ 30 ans)
c. Quel était son métier avant qu’il devienne boulanger ? (il était mannequin)
d. Qu’est-ce qu’il prépare ? (il est spécialisé dans les viennoiseries et le pain artisanal)
e. Quel phénomène peut-on observer depuis son arrivée ? (il fournit plus de 40 magasins à Sao Paolo ; il a révolutionné les habitudes des Brésiliens en amenant la diversité au niveau du pain)
f. Dans quel nouveau marché est-ce qu’il a investi ? (la viande ; il a ouvert un restaurant spécialisé dans l’entrecôte)
*Post-visionnage : Dites à vos élèves de construire un petit poème (un calligramme ou en diamant) sur le thème des pâtisseries françaises (ou sur une pâtisserie en particulier et, dans ce cas, vous pouvez vous inspirer de ces deux exemples, etc). Pour se faire, ils se mettront par groupes de deux ou trois au maximum et réfléchiront d’abord à des noms ou adjectifs qui correspondent à ce thème. Ensuite, chaque groupe lira son poème et la classe élira le meilleur.
3. Le renouveau de la pâtisserie française : *Pré-visionnage : Demandez à vos élèves de dire en quoi les pâtisseries françaises sont différentes des pâtisseries américaines par exemple et d’expliquer pourquoi elles ont tant de succès aux Etats-Unis.
*Visionnage : Vous allez leur montrer cette vidéo plusieurs fois puis ils répondront aux questions suivantes :
a. Qui sont Joël Boulet et Maurice Carton ?
a.1. Deux amis qui sont pâtissiers.
a.2. Deux frères qui sont pâtissiers.
a.3. Deux cousins qui sont pâtissiers.
b. Où vit Maurice Carton ?
b.1. La Chine.
b.2. Le Japon.
b.3. La Thaïlande.
c. Que cherchent les deux apprentis japonais en France ?
c.1. des recettes.
c.2. des atmosphères.
c.3. des produits.
d. Quelle est la différence entre le manger japonais et français ?
d.1. la texture.
d.2. le goût.
d.3. la mastication.
e. Qu’est-ce que leurs collègues japonais leur apprennent ?
e.1. des conseils sur le business.
e.2. des conseils sur le marketing.
e.3. des conseils sur les finances.
*Post-visionnage : Par deux ou trois, vos élèves vont discuter de l’intérêt de la collaboration internationale au niveau de la gastronomie. Ensuite, ils imagineront une nouvelle pâtisserie (aussi bien la recette qu’une forme originale) qui mélangerait plusieurs traditions de différents pays. Ils peuvent aussi imaginer une pâtisserie créée en l’honneur du Japon qui connaît à l’heure actuelle des moments difficiles. Ensuite, la classe votera pour la meilleure recette et le groupe gagnant aura la possibilité de cuisiner cette pâtisserie à la maison et de la faire goûter à leurs camarades ensuite !
4. Devenez journalistes ! : Pré-activité : Dites à vos élèves de faire des recherches sur le nombre de pâtisseries et de boulangeries françaises aux Etats-Unis et de trouver celle qui est la plus proche de votre région.
*Activité : S’il existe une boulangerie/pâtisserie française là où vous vivez, demandez à vos élèves d’aller y faire une interview par groupes de trois et de poser les questions suivantes au boulanger/à la boulangère, au pâtissier/à la pâtissière, au chocolatier, etc… ; s’il n’en existe aucune dans votre région, transformez cette activité en jeu de rôles et mettez vos élèves par groupes de deux : l’un(e) jouera le rôle d’un boulanger/une boulangère ou d’un pâtissier/une pâtissière et l’autre lui posera les questions ci-dessous :
a. Pourquoi est-ce que vous vous êtes installé(e) ici ?
b. En général, pourquoi est-ce que les gens aiment les pâtisseries françaises selon vous ?
c. Quelle est votre grande spécialité ? Comment est-ce que vous la préparez ?
d. Comment est-ce que vous cuisinez ici ? Utilisez-vous des produits importés de France ou est-ce que vous vous adaptez aux produits locaux ? Pourquoi ?
e et f. Posez-lui ensuite au moins deux questions que vous inventerez vous-mêmes.
*Post-activité : Chaque groupe partagera les résultats de son interview et, ensuite, la classe écrira en français et en anglais une publicité pour envoyer plus de clients dans cette boulangerie ou pâtisserie, qu’elle soit réelle ou fictive.

III. Les traditions : à chaque fête, sa spécialité…
*Pré-activité : Par deux, vos élèves vont réfléchir à des pâtisseries américaines ou internationales qui sont associées à certaines fêtes traditionnelles. Ensuite, s’ils connaissent un peu la France, ils réfléchiront aux pâtisseries françaises. Puis, ils répondront aux questions suivantes :
– Est-ce que vous aimez les pâtisseries associées à des fêtes en général ?
– Selon vous, pourquoi est-ce que ces traditions culinaires sont importantes ? Pourquoi en a-t-on besoin ?
1. Le Jour de l’an :
 Vos élèves vont lire la section « Le mythe de l’eau, des gâteaux et autres pâtisseries du Nouvel An » de cet article puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Pourquoi est-ce que les femmes déposaient des gâteaux ou du pain à la fontaine ? (pour protéger leur famille du malheur)
b. Que sont les « cougneux » ? (des pâtisseries en forme de croissant)
c. Quelle forme ont les cugnots/les cugnoles ? (ils ou elles sont en forme de croix)
2. L’Epiphanie : Vos élèves vont lire cet article (à droite sur votre écran) puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Qu’est-ce que l’Epiphanie ? (une fête religieuse qui célèbre l’arrivée de Rois Mages)
b. Quelle pâtisserie est associée à cette fête ? (la galette des Rois)
c. Quel goût est généralement typique pour cette pâtisserie ? (la frangipane)
d. Qu’est-ce qu’on trouve dans la galette ? (une fève des rois)
e. Que reçoit-on si on trouve la fève ? (une courronne)
f. Qui décide du partage de la galette ? (la personne la plus jeune de la tablée)
Voici des recettes pour faire votre propre galette des rois !
3. La Chandeleur : Vos élèves vont lire cet article puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Pourquoi est-ce qu’on mange des crêpes à la Chandeleur ? (c’est un souvenir des galettes que le pape Gélase 1er offrait aux pèlerins à Rome au Vème siècle)
b. Comment prépare-t-on des crêpes ? (on utilise des œufs, de la farine et de l’eau)
c. D’où vient la tradition des beignets ? (cela remonte aux fêtes de calendes romaines)
d. Quel est l’ingrédient supplémentaire par rapport aux crêpes qu’on utilise pour faire des beignets ? (de la graisse)
e. Que sont les navettes ? (des biscuits en forme de barquettes)
Expliquez à vos élèves qu’on mange à peu près la même chose pour fêter le carnaval et Mardi Gras.
4. Pâques : Vos élèves vont lire cet article puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Que représentent les gâteaux de Pâques ? (ils symbolisent le partage et resserrent les liens entre les individus ; ils sont également une métaphore du dernier repas du Christ)
b. Quelles sont les pâtisseries traditionnelles ? (la couronne ou la brioche tressée)
c. Quel animal est représenté sur les gâteaux alsaciens de Pâques ? (l’agneau)
d. Où mange-t-on le pain de Pâques ? (en Vendée)
e. Est-ce que les autres pays européens ont aussi des pâtisseries spécifiques pour Pâques ?(oui, il existe une grande variété de pâtisseries dans différents pays européens)
*Post-activité : Par groupe de 3 ou 4, vos élèves vont inventer une nouvelle fête ainsi qu’une nouvelle pâtisserie qui y sera associée (ils peuvent même écrire la recette de cette pâtisserie). La classe élira le groupe le plus inventif.

IV. Et la santé dans tout ça ?
1. Les pâtisseries sont-elles mauvaises pour la santé ? : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves et discutez-en ensuite tous ensemble :
– Est-ce que vous mangez souvent des pâtisseries ? (donnez une estimation)
– Pensez-vous que c’est un risque pour la santé ? Pourquoi ?
– Selon vous, combien de fois par mois faut-il en manger pour rester en bonne santé ?
*Lecture : Vos élèves vont lire cet entretien avec la nutritionniste Dominique-Adèle Cassuto et répondre aux questions ci-après :
a. Selon la nutritionniste, on peut remplacer un petit-déjeuner par une viennoiserie mais il faut rester raisonnable. V/F (vrai)
b. On peut manger une viennoiserie et un gros plat de frites au même repas sans s’inquiéter. V/F (faux, si l’on mange une viennoiserie en dessert, il faut essayer de compenser avec des aliments moins riches)
c. Les pâtisseries font partie des aliments néfastes pour la santé. V/F (faux, il n’existe pas d’aliments mauvais pour la santé, tout est une question d’équilibre)
d. Les pâtisseries aux fruits sont dangereuses pour les enfants. V/F (faux ! au contraire, elles ont l’avantage de les familiariser avec les vertus des fruits)
e. Les traditions alimentaires françaises sont étonnamment bonnes contre l’obésité. V/F (vrai)
f. Les diabétiques ne peuvent pas manger de pâtisseries. V/F (faux, il s’agit de faire attention et d’adapter la consommation de pâtisseries au régime correspondant au type de diabète)
g. Selon la nutritionniste, il ne faut faire aucun écart pendant un régime. V/F (faux, il faut savoir se faire plaisir de façon raisonnable ! Il suffit juste de compenser au prochain repas !)
*Post-lecture : Vos élèves vont faire un sondage auprès de leurs amis et de leur famille et leur demander combien de fois par jour ils mangent des viennoiseries et s’ils pensent qu’ils ont un bon équilibre alimentaire. Après avoir discuté de leurs résultats tous ensemble, ils écriront un slogan (ou un petit texte) incitant les gens à manger sainement tout en se faisant plaisir de temps en temps. La classe votera ensuite pour le meilleur slogan.
2. Les pâtisseries allégées :
 *Pré-lecture : Ecrivez le mot « allégé » au tableau et demandez à vos élèves de deviner ce que cela veut dire. Ensuite, demandez-leur s’ils préfèrent les aliments normaux ou allégés, et pourquoi.
*Lecture : Après avoir lu cet article, vos élèves répondront par deux aux questions qui suivent :
a. Les pâtisseries allégées sont :
a.1. meilleures que les pâtisseries normales.
a.2. aussi bonnes que les pâtisseries normales.
a.3. bien moins bonnes que les pâtisseries normales.
b. Le secret des pâtisseries allégées consiste à remplacer par un autre ingrédient :
b.1. le sucre.
b.2. le beurre.
b.3. la farine.
c. La recette des Pâtisseries Plumes est :
c.1. disponible sur internet.
c.2. donnée dans les livres de cuisine mis en vente en supermarché.
c.3. impossible à trouver : c’est un secret !
d. Le sirop d’agave est :
d.1. meilleur que le sucre pour les personnes diabétiques.
d.2. trop calorique pour les personnes diabétiques.
d.3. déconseillé aux personnes diabétiques.
e. Pâtisseries Plumes se trouve :
e.1. à Paris uniquement.
e.2. à Paris et dans la banlieue.
e.3. dans toute la France.
*Post-lecture : Dites à vos élèves de chercher une recette de pâtisserie allégée sur internet et de la présenter à la classe. Chaque groupe (2 ou 3) pourra même s’amuser à cuisiner cette pâtisserie et la faire goûter à leurs camarades s’il le souhaite.

Autres liens utiles :
– Un site pour trouver des recettes de pâtisseries.
– 8 recettes de pâtisserie française.
– 4 recettes originales de pâtisserie française.
– Un site sur l’histoire de la pâtisserie.
– Un blog offrant des recettes de pâtisseries françaises.

Vous pouvez créer des activités pédagogiques à partir de ces recettes en proposant à vos élèves de :
1/ découvrir le vocabulaire indispensable à la cuisine (sur ce site, vous trouverez une présentation utile sur les mots récurrents en ce qui concerne la pâtisserie)
2/ faire des recherches sur l’origine de la pâtisserie en question et de trouver de quand elle date et pourquoi elle est si importante pour les Français.
3/ bien lire les instructions de la recette et de dire si cela leur semble difficile à réaliser, et leur proposer de préparer la pâtisserie de leur choix.
4/ faire goûter leur pâtisserie à leur famille ou à leurs amis et leur demander ce qu’ils en pensent.
5/ écrire un petit paragraphe sur leur expérience en tant qu’apprenti boulanger(e)/pâtissier(e) français(e) et de le lire en classe.


Le repas traditionnel de Noël

ACTIVITE : LE REPAS TRADITIONNEL DE NOËL


I. La célébration de Noël en France
1. Introduction : Vous pouvez utiliser ces activités proposées par Andrew Balaam qui met à votre disposition du vocabulaire, des petits questionnaires et des jeux sur le thème de Noël.
2. Noël et les Français :
 Montrez les résultats de ce sondage effectué en 2005 et demandez à vos élèves de répondre aux questions qui suivent:
a. Est-ce que les Français aiment la fête de Noël ? (oui, 78% des Français y restent très attachés)
b. Comment est-ce que les Français considèrent Noël ? (c’est avant tout un événement familial)
c. Selon le sondage, quel est le problème avec cette fête ? (elle est devenue trop commerciale)
d. Est-ce que beaucoup de Français assistent à la Messe de Noël ? (non, seulement 18% des Français y assistent)
e. Que pensez-vous de ces réponses ? Etes-vous d’accord avec l’opinion générale des Français ? Est-ce que c’est la même chose aux Etats-Unis (ou dans le pays d’où vous venez) ?
*Activité d’expansion : Dites à vos élèves d’effectuer un sondage similaire auprès de leur famille, de leurs amis ou de leurs voisins et de recueillir des témoignages d’au moins 5 personnes différentes. Ils peuvent rajouter leurs propres questions s’ils pensent à un autre point intéressant. Le lendemain, ils parleront de leurs résultats en petit groupes et compareront leurs données.
3. Le réveillon et le jour de Noël en France : Par groupe de deux, vos élèves vont lire les trois premiers paragraphes de cet article et répondre aux questions suivantes:
a. On ne travaille pas le jour du réveillon. V/F (faux, le 24 décembre est une journée de travail)
b. On commence à manger après la messe de minuit. V/F (vrai)
c. Les Français restent chez eux pour fêter Noël. V/F (vrai)
d. Les enfants ont généralement leurs cadeaux de Noël lors du réveillon. V/F (faux, ils les ouvrent traditionnellement le 25)
e. La tradition du sapin de Noël vient d’une région française. V/F (vrai, c’est une coutume alsacienne)
f. Les santons viennent de Normandie. V/F (faux, ils viennent de Provence)
*Activité d’expansion : Demandez à vos élèves de comparer ces informations avec leur propre façon de célébrer Noël (ou une autre fête religieuse qui a lieu au mois de décembre) et discutez ensemble des ressemblances et des différences.

II. Le menu typique de Noël
1. Une vue d’ensemble :
 *Pré-visionnage : Demandez à vos élèves de décrire un repas traditionnel de Noël aux Etats-Unis (quels aliments sont utilisés ? quelles recettes sont très fréquentes ?)
*Visionnage : Montrez cette vidéo à vos élèves et dites-leur de prendre des notes afin de répondre aux questions qui suivent:
a. Quels plats font partie de l’entrée ? 
      a.1. les huitres, le saumon et le foie gras.
a.2. les fruits secs et les gâteaux.
a.3. la dinde aux marrons.
b. Quel est le plat principal ? 
      b.1. un filet de bœuf.
b.2. un poulet.
b.3. un chapon.
c. D’où vient la tradition des Treize Desserts ? 
      c.1. la Guadeloupe.
c.2. la Provence.
c.3. la Bretagne.
d. Que se passe-t-il si on mange on peu des Treize Desserts ?
      d.1. on aura une bonne année.
d.2. on aura beaucoup d’argent.
d.3. on rencontrera le grand amour.
*Post-visionnage : Expliquez ce qu’est le foie gras à vos élèves et précisez que la France est le premier producteur mondial de foie gras. Evoquez également les problèmes éthiques (le gavage et la souffrance des oies) liés au foie gras.
2. La bûche glacée : *Pré-lecture : Montrez cette image à vos élèves et demandez-leur à quoi cela leur fait penser, le but étant de leur faire deviner que cela veut dire « log » en anglais. Vous pouvez faire un jeu de devinette en les mettant sur la piste à l’aide d’indices (vous pouvez mimer un bûcheron en train de couper du bois ou bien leur demander ce qu’on met dans la cheminée quand on a froid l’hiver, etc…). Quand ils auront deviné, dites-leur que ce mot se traduit par « Yule log » en anglais.
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire cet article (seulement la section concernant la bûche) et répondre aux questions suivantes :
a. La bûche glacée est un dessert que les Français mangent tous les jours. V/F (faux, seulement lors de grandes occasions comme Noël ou le Nouvel An)
b. La bûche de Noël servait à construire des maisons. V/F (faux, on la mettait à brûler dans la cheminée)
c. Le tronc de l’arbre venait généralement d’arbres comme les cerisiers ou les pommiers. V/F(vrai, des arbres fruitiers)
d. Cette tradition s’est terminée parce que les grandes cheminées dans les foyers n’existent plus. V/F (vrai)
*Post-lecture : Montrez cette recette de bûche facile à vos élèves, lisez-la ensemble (en leur expliquant quelques termes techniques comme le bain-marie) et proposez-leur de traduire tous ensemble la recette afin de la donner à leurs parents pour qu’ils essaient de la cuisiner chez eux.
3. La dinde aux marrons ou d’autres volailles : 
*Pré-activité : Montrez cette photo à vos élèves puis posez-leur les questions suivantes :
– A quelles grandes occasions mangez-vous de la dinde aux Etats-Unis ?
– Est-ce que vous en mangez à Noël ? Comment est-ce que vous la cuisinez ?
*Activité : Expliquez qu’on mange traditionnellement de la dinde aux marrons à Noël mais qu’il existe quelques alternatives. Par groupe de 3, vos élèves vont lire cet article et organiser un débat pour choisir quelle volaille ils mangeront pour Noël. Ils devront prendre en compte les différents paramètres (prix, qualité, difficulté de préparation et cuisson) et tous se mettre d’accord sur une décision finale. Ensuite, un porte-parole de chaque groupe expliquera les raisons de leur choix à la classe, ce qui pourra aussi être l’occasion de débattre à nouveau !
*Post activité : Par groupe de trois, vos élèves vont écrire un petit texte dans lequel ils se mettront à la place de la dinde qui va être mangée à Noël : ils peuvent décrire ses pensées, ses émotions ou bien son histoire, et parleront de la façon dont la dinde perçoit Noël.

III. Un tour d’horizon des spécificités régionales
*Pré-lecture: – Montrez cette carte des régions françaises à vos élèves puis indiquez-leur où se trouvent l’Alsace, la Lorraine, l’Aquitaine, la Franche-Comté et la Provence en leur expliquant qu’ils vont découvrir leurs traditions culinaires pour Noël. Montrez-leur également lacarte de la Réunion qui se trouve dans l’Océan indien.
– Expliquez également les particularismes régionaux à l’aide du petit paragraphe suivant: la France est un pays qui accorde beaucoup d’importance aux particularismes de chaque région qui se distingue par des traits bien particuliers. Voilà pourquoi on tient à célébrer cette diversité qui peut exister au sein même de la France : qu’elles soient linguistiques, géographiques ou culturelles, ces spécificités sont mises en valeur aussi souvent que possible et se traduisent de plusieurs façons. En ce qui concerne l’agriculture, il existe un réel sentiment de fierté associé à la production de produits naturels dont on connaît l’origine et qui sont des produits frais, et la gastronomie française traduit ce véritable amour de la terre, notamment lors de grandes occasions. Ainsi, le repas de Noël est souvent l’opportunité, pour les régions, de mettre en valeur les produits du terroir et de concocter des recettes uniques et savoureuses. En effet, la France offre tout un panel de nourritures différentes grâce à la spécificité géographique de chaque région : par exemple, en Alsace, les caractéristiques climatiques (peu de pluie et beaucoup d’ensoleillement) permettent de cultiver beaucoup de vignobles. D’ailleurs, la position géographique de l’Alsace et de la Lorraine explique l’influence de la gastronomie allemande dans les spécialités culinaires de ces deux régions. En Aquitaine, région située entre océan et montagne, on se spécialise plutôt dans le foie gras de canard et les volailles, ainsi que dans les huîtres (notamment à Arcachon) ou dans le piment d’Espelette, tandis qu’en Franche-Comté, on se spécialise plutôt dans la production fromagère à cause de sa position géographique (entre montagnes, forêts et pâturages) qui ne favorise pas l’agriculture. En Provence, le climat méditerranéen favorise la production d’huile d’olive et d’autres aromates, ce qui explique la tendance à privilégier les plats à base de fruits et de légumes locaux.
A ce propos, ce site offre de nombreuses informations sur le type de produits que l’on peut trouver dans chaque région.
*Lecture : Par deux, vos élèves liront les articles en cliquant sur le nom de chaque région et répondront aux questions correspondantes.
1. En Alsace (descendez jusqu’au titre « Noël en Alsace):
a. Que représente le Christolle ? (l’enfant Jésus)
b. A quoi sert le Mannelle ? (à chasser les mauvais esprits de la maison)
c. Quel plat, associé à Saint Nicolas, reste très célèbre en Alsace ? (le pain d’épices)
Maintenant, expliquez à vos élèves ce que représente la Saint Nicolas (c’est une fête consacrée aux enfants qui a lieu du 5 au 6 décembre) et mentionnez le fait que la Saint Nicolas est très importante en Lorraine où Saint Nicolas est le saint patron. A ce propos, vous pouvez leur montrer ce clip vidéo qui raconte cette légende (vous trouverez les paroles ici).
2. En Aquitaine:
a. Qu’est-ce que les guinettes ? (un fondant à base d’alcool, de cerise et de chocolat)
b. Quels sont les ingrédients nécessaires à la préparation du dessert traditionnel ? (lait, vanille, sucre, marrons, crème Chantilly)
c. Qu’est-ce que l’Etoile de Noël ? (un dessert aux marrons et au whisky qui prend la forme d’une étoile)
d. Quelle est la tradition en Ariège ? (les santons en chocolat qui représentent des figures spécifiques du département)
3. En Franche-Comté:

a. Dans le premier paragraphe, quels sont les deux mots clés qui décrivent le repas traditionnel de Noël en Franche-Comté ? (savoir-faire et matières typiquement régionales)
b. Qu’est-ce que la Franc-Comtesse ?(le dessert typique : une bûche de Noël régionale)
c. Depuis quand est-ce que la Franc-Comtesse existe ? (depuis 1998)
d. Où peut-on trouver la recette ? (c’est impossible : c’est un secret bien gardé !)
4. En Provence:
a. Quand est-ce qu’on mange le Gros Souper ? (avant la messe de minuit)
b. Combien est-ce qu’il y a de plats salés et combien de desserts ? (7 et 13)
c. Quelle est la spécificité des desserts ? (ce sont des produits régionaux)
d. Que représentent les chiffres ? (des symboles religieux) 
5. A la Réunion:

a. Quand est-ce qu’on déguste le repas de Noël à la Réunion ? (juste après la messe de minuit)
b. Quel alcool est utilisé pour les apéritifs ? (le rhum)
c. Quels sont les aliments principaux utilisés pour le repas traditionnel réunionnais ? (du riz, de la viande et du poisson et des grains)
d. Quel dessert fait également partie de la tradition en France métropolitaine ? (la bûche de Noël)
*Post-lecture : A la fin de ce petit tour d’horizon, vous pouvez poser ces questions à vos élèves :
– Quel repas régional avez-vous envie de goûter ? Pourquoi ?
– Comment expliquez-vous ces spécificités ?
– Composez en français le menu de votre repas de Noël idéal (vous pouvez mélanger les traditions et utiliser à la fois un plat alsacien et un plat réunionnais dans le même menu). Ensuite, vous le présenterez à la classe à la manière d’un grand chef cuisinier. A la fin, la classe votera pour le menu le plus appétissant.

IV. Les autres célébrations non chrétiennes en France en fin d’année
1. Petite introduction : *Pré-lecture : Montrez ces sondages (aux pages 4 et 5) réalisés par le C.S.A en 2004 et demandez à vos élèves de répondre aux questions suivantes:
– Quel est le pourcentage de Catholiques en France ? (7,7 % de Catholiques pratiquants et 41.4 % de Catholiques non-pratiquants)
– Quelles trois autres grandes religions peut-on trouver en France ? (L’Islam, le Protestantisme et le Judaïsme)
– Quelles sont les religions qui ne sont pas chrétiennes ? (L’Islam et le Judaïsme)
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire cet article puis répondre aux questions suivantes:
a. Noël est avant tout une fête familiale. V/F (vrai)
b. Les Musulmans n’ont pas d’équivalent de cette fête. V/F (faux, ils célèbrent la naissance de leur prophète avec Aïd al mouloud)
d. Les familles musulmanes ne célèbrent jamais Noël. V/F (faux, certaines familles musulmanes fêtent Noël pour faire plaisir à leurs enfants)
d. Hanoukka est l’équivalent de Noël. V/F (faux, c’est la fête des lumières, ce n’est pas exactement la même célébration que Noël)
e. Il y a des familles juives dans lesquelles on fête Noël pour les enfants. V/F (vrai)
*Post-lecture: Discutez ensemble de la célébration de Noël et des autres célébrations non chrétiennes aux Etats-Unis, et comparez vos observations avec ce qui se passe en France.
2. Hanoukka : *Pré-lecture : Ecrivez le mot « Hanoukka » (c’est l’orthographe recommandée de ce mot selon les règles de translittération de l’hébreu en français ; on peut également trouver les orthographes suivantes: « Hanoukka », « Hanoucca », « Hanouka » ou encore « Hanouca ») au tableau et demandez à vos élèves s’ils savent ce que c’est et s’ils peuvent expliquer le principe de cette célébration.
*Lecture : Par deux, vos élèves liront cet article et répondront aux questions ci-dessous:
a. En 2010, Hanoukka a eu lieu:
      a.1. dans les premières semaines de décembre.
a.2. à la mi-décembre.
a.3. fin décembre.
b. Que représente Hanoukka ?
b.1. la conquête d’Alexandre le Grand.
b.2. la reconquête de la Judée.
b.3. la reconquête du temple de Yahvé.
c. La fiole d’huile a permis de:
c.1. garder la flamme allumée seulement pendant une journée.
c.2. garder la flamme allumée pendant 8 jours.
c.3. garder la flamme allumée pour toujours.
d. Pendant Hanoukka:
d.1. on échange des cadeaux.
d.2. on déguste des beignets spéciaux.
d.3. on échange des cadeaux et on déguste des beignets spéciaux.
e. La toupie est:
e.1. un cadeau sous forme de jeu.
e.2. un plat spécial.
e.3. un objet de décoration.
*Post-lecture : Vous pouvez montrer cette vidéo dans laquelle on peut voir des images de la nourriture traditionnelle servie lors de la fête d’Hanoukka. 
3. Aïd al Mouloud :
 *Pré-lecture : Expliquez à vos élèves que cette fête est également appelée « El Mawlid », « Fête du Mouloud » au Maghreb et en Afrique, « Mawlid ennabaoui » ou « mawlid nabawi » en Algérie, « Mawlid an Nabi », « Milad al-Nabi » en Egypte et « Mevlid Kandili » en Turquie. Pour plus d’informations au sujet de cette fête, cliquez ICI.
*Par deux, vos élèves vont lire cet article (seulement la section « La naissance de Mahomet ») et répondre aux questions ci-dessous:
a. Que célèbre la fête du Mouloud ? (la naissance du prophète Mahomet)
b. Quels sont les deux pays cités dans cet article qui célèbrent aussi cette fête ? (l’Algérie et la Tunisie)
c. A base de quels aliments fait-on la rechta ? (le poulet, des légumes, des nouilles ou du couscous)
d. Qu’est-ce que l’Assidat zgougou ? (un plat tunisien à base d’une crème de pignons de pin d’Alep)

Autres liens utiles :

*Des recettes de cuisine:
– des menus de réveillon de Noël
– des recettes de Noël originales
– 20 recettes pour un réveillon traditionnel de Noël
– quelques recettes en français pour fêter Hanoukka.
– des recettes pour les fêtes chrétiennes, juives et musulmanes.
*La chanson Noël Ensemble : pour lire les paroles, cliquez ICI ; pour voir le clip vidéo, cliquezICI.
*Des documents à propos de Noël :
– une fiche spéciale de la BBC sur Noël et ses traditions en France.
– un dossier sur les histoires et les traditions de Noël.
– les légendes de Noël.
*Un calendrier des différentes fêtes religieuses.


Les Restos du Coeur

ACTIVITÉ : LES RESTOS DU COEUR

I. Introduction

1. Brainstorming: Ecrivez l’expression « Restaurants du Coeur » au tableau. Mettez vos élèves par groupes de deux ou trois et demandez-leur d’imaginer la mission de cette association. Discutez-en ensemble. Décrivez ensuite ensemble le logo des Restos du Coeur.

2. La mission des Restos: Cliquez sur le site internet des Restos du Coeur pour en savoir un peu plus sur leur mission. Mettez vos élèves en groupes de deux et demandez-leur de lire le texte et de répondre aux questions qui suivent. Corrigez ensuite ensemble.
a. En quelle année les Restos du Coeur ont-ils été créés ?
b. Qui aident-ils ?
c. Combien de repas ont été distribués en 2008-2009 ?
d. Combien de personnes vivent avec moins de 880 euros par mois en France ?
e. A quoi les Restos du Coeur ont-ils étendu leurs actions ?
f. Quelles sont les trois sources des ressources de l’association ?
g. Quel est le périmètre d’action de l’association ?

3. Les actions: Laissez vos élèves en groupes de deux et assignez-leur à chacun une des 8 « actions » (cliquez sur la gauche). Demandez-leur de répondre aux questions correspondantes et corrigez ensemble.

Aide alimentaire
a. Quelles sont les deux priorités pour l’aide alimentaire ?
b. Comment s’appellent les centres ouverts toute l’année ?
c. Quels sont les trois types d’aide alimentaire ?
Restos bébés du coeur
a. Quelles sont les quatre choses que les parents trouvent dans les Restos bébés ?
b. Quel est l’objectif des Restos bébés ?
c. Combien de bébés les Restos bébés aident-ils chaque année ?
Logement
a. Que font les centres d’hébergement pour les personnes en grande détresse ?
b. Combien de personnes la Péniche du Coeur accueille-t-elle chaque soir ?
c. Combien de bénévoles y travaillent et qu’offrent-ils aux hébergés ?
Insertion par l’emploi
a. Qui est-ce que les chantiers d’insertion accueillent ?
b. Que font-ils pour garantir des emplois durables ?
c. En moyenne, combien de salariés en insertion trouve un contrat (CDD ou CDI) ?
Aide aux gens de la rue
a. Quelles sont les cinq actions complémentaires menées sur toute la France ?
b. Quelle est la particularité des Restos du Coeur ?
c. Quel est l’objectif des équipes de maraudeurs ?
Accompagnement scolaire/illettrisme
a. Qui aide les Restos à apporter un accompagnement individualisé aux enfants ?
b. Quels sont les trois buts de l’accompagnement scolaire ?
c. Comment est mené l’accompagnement scolaire pour être efficace ?
Culture et loisirs
a. Que proposent les Restos ?
b. Quelles sont les trois choses que ces séjours permettent ?
c. Combien de personnes partent chaque année avec les Restos ?
Microcrédit social
a. Pour qui est destiné le dispositif de garanties des crédits ?
b. Quels sont les types d’aide dont les personnes peuvent bénéficier grâce au MCS ?
c. Combien de personnes ont déjà bénéficié de cette aide ?

II. La création des Restos

Il est temps maintenant de présenter le fondateur des Restos du Coeur, Coluche, humoriste et acteur français.

1. Sa biographie: Mettez vos élèves par deux. Demandez-leur de lire la biographie de Coluche et de répondre aux questions suivantes. Corrigez ensuite ensemble.
a. Quel est le vrai nom de Coluche ?
b. En quelle année devient-il célèbre à la télévision et à la radio ?
c. Que remet-il en question grâce à son humour ?
d. En quelle année se porte-t-il candidat à l’élection présidentielle ?
e. Pour quel film a-t-il reçu le César du meilleur acteur ?
f. Que fonde-t-il en septembre 1985 ?
g. Quelles sont les deux choses qui n’ont pas arrêté d’augmenter vingt ans après sa création ?
h. Comment Coluche est-il mort ?

2. Coluche, l’humoriste: Montrez maintenant une scène du film Banzai dans lequel Coluche a joué et demandez à vos élèves de répondre aux questions de compréhension après les avoir lues ensemble.
a. Où se passe la scène ?
b. Que fait Coluche avec le siège ? Pourquoi ?
c. Que fait-il avec le gilet de sauvetage ?
d. Que fait-il après avoir pris les médicaments ?
e. Que se passe-t-il quand il sort de l’avion ?

3. Coluche, l’homme bon: Faites lire les questions qui suivent à vos élèves. Montrez-leur ensuite le reportage sur Coluche (deux fois si nécessaire) et demandez-leur de répondre aux questions par Vrai ou Faux.
a. Coluche a créé les Restos du Coeur à la télévision. V/F
b. 2,5 millions de repas ont été distribués la première année. V/F
c. Les premiers Restos du Coeur étaient une distribution plutôt qu’un repas. V/F
d. Coluche est mort 10 mois après le lancement des Restos. V/F
e. Coluche était à Paris lors de sa mort. V/F
f. Beaucoup de personnes ont pleuré la mort de Coluche. V/F
g. Coluche a été enterré le 24 juin 1986. V/F
h. Coluche est mort en laissant 3 enfants. V/F

4. Les Enfoirés: Expliquez tout d’abord à vos élèves qu’en même temps qu’il a créé Les Restos du Coeur, Coluche a aussi créé La bande des Enfoirés ; et que le mot « enfoiré » est une injure qui veut dire « imbécile», utilisée de manière ironique ici. Allez sur le site internet des Enfoirés pour en apprendre plus sur leur histoire. Mettez vos élèves par groupes de deux et assignez-leur un des cinq paragraphes. Demandez-leur de répondre aux questions qui conviennent et corrigez ensemble.

C’est des mecs, y chantent…
a. Qu’est-ce que Coluche a demandé à Jean-Jacques Goldman ?
b. Combien de temps a-t-il eu pour l’écrire ?
c. Selon Goldman, pourquoi est-ce que cela a marché ?
Première bande d’Enfoirés
a. Combien d’artistes faisaient partie de la première bande d’Enfoirés ?
b. Comment les Restos du Coeur ont-ils pu se faire connaître du public ?
c. Qui a mis en place une émission télévisée dédiée aux Restos ?
Tournées et concerts
a. Qu’est-ce que 5 Enfoirés décident de faire ?
b. En 2000 et 2001, dans combien de villes de France les concerts ont-ils eu lieu ?
c. Comment s’appelle cette opération de faire des concerts de ville en ville ?
Donner de son temps par solidarité
a. Si le lieu change, qu’est-ce qui reste le même ?
b. Combien sont les Enfoirés maintenant ?
c. A quoi restent-ils fidèles ?
Des recettes importantes pour l’association
a. Quelle partie des recettes l’événement des Enfoirés représente-t-il chaque année ?
b. Selon Le Forestier, de quelles types de compétences a-t-on besoin ?
c. Comment Coluche est-il présent lors des soirées ?

III. Les Restos aujourd’hui

1. Cliquez sur la vidéo de la campagne des Restos du Coeur de 2009/2010. Faites lire les questions qui suivent à vos élèves avant de leur montrer la vidéo. Demandez-leur d’y répondre et corrigez ensuite ensemble.
a. Combien de personnes les Restos du Coeur ont-ils aidé l’année dernière?
aa. 200 mille
bb. 500 mille
cc. 800 mille
b. « c’est pas parce qu’on est … qu’on doit faire la gueule ». Complétez la phrase.
aa. riche
bb. pauvre
cc. malade
c. « C’est pas parce que c’est la crise qu’il faut les …  ». Complétez la phrase.
aa. détester
bb. ignorer
cc. oublier
d. Combien de repas ont été distribués l’année dernière ? Complétez la phrase.
aa. 100 millions
bb. 200 millions
cc. 500 millions
e. « C’est pas parce qu’on est … qu’on doit mal bouffer ». Complétez la phrase.
aa. dans le froid
bb. dans la rue
cc. sans rien
f. « C’est pas parce qu’on n’a pas de … qu’on n’existe pas ». Complétez la phrase.
aa. toit
bb. foi
cc. roi

2. Allez maintenant sur le site des Enfoirés pour découvrir le spectacle 2010. Mettez vos élèves par groupes de deux et demandez-leur de répondre aux questions suivantes. Ils trouveront les réponses dans les différentes rubriques.
a. Où est-ce que les spectacles des Enfoirés ont eu lieu ?
b. A combien de minutes de l’aéroport Nice Côte d’Azur se trouve le Palais ?
c. Combien de concerts ont été organisés ? De quelle date à quelle date ?
d. Quels sont les différents tarifs pour les concerts (sauf pour le premier) ?
e. A combien de billets par personne la vente est-elle limitée ?
f. Quelle est la loi qui interdit de vendre un billet plus cher que le prix d’achat ?
g. Combien d’Enfoirés ont participé aux concerts cette année ?
h. Quand est-ce que le spectacle est diffusé à la télévision ?

3. Montrez la vidéo du concert des Enfoirés du 12 mars 2010, intitulée « la crise de nerfs ». Commencez par ne montrer que la dernière partie sans le son, de 2 minutes 15 jusqu’à la fin, en demandant à vos élèves de décrire ce qu’ils voient, la scène, et de deviner ce que c’est. Lisez ensuite les questions ensemble et montrez la vidéo en entier et avec le son. Corrigez enfin ensemble.
a. Combien de repas la vente d’un DVD ou d’un CD pourra-t-elle fournir aux Restos ?
aa. 18
bb. 8
cc. 28
b. Quelles sont les « armes » des Enfoirés ?
aa. l’humour, l’amour, le chant
bb. le jeu, l’amour, la joie
cc. l’humour, l’amour, la joie
c. Selon Claire Keim, la réalité est…
aa. ennuyante
bb. choquante
cc. marrante
d. Selon la journaliste, « ce n’est pas bling-bling c’est de la très belle… »
aa. amabilité
bb. créativité
cc. générosité

IV. A vous de jouer !

Par groupes de trois ou quatre, créez une association pour aider les personnes sans-abris. Vous présenterez votre projet à la classe en donnant les informations suivantes :
– le nom de l’association,
– le logo,
– la mission,
– les actions,
– l’originalité,
– la/les personnalité(s),
– la publicité 

Autres liens utiles :
– Une vidéo des premiers Restos du Coeur;
– Une vidéo des concerts des Enfoirés.


Les Français et la cuisine

ACTIVITE : LES FRANCAIS ET LA CUISINE

Pour les Débutants

1. Brainstorming : Ecrivez le mot « cuisine » au tableau et demandez à vos élèves de donner tous les mots ou expressions que leur évoque le mot cuisine. Ecrivez-les au tableau et expliquez les mots que certains élèves ne connaissent pas, ou demandez à un élève qui sait de les expliquer.

2. Le site Internet francaisfacile.com vous propose deux activités simples pour familiariser vos élèves au vocabulaire de la cuisine, ainsi qu’à l’impératif, nécessaire pour suivre une recette.

3. L’activité intitulée « au marché » est très intéressante car elle se focalise sur l’impératif, mais également sur le vocabulaire et les expressions utiles. Cette activité comporte aussi des questions de compréhension tout le long.

4. Le site Internet podcastfrancaisfacile.com vous propose la lecture de la recette des crêpes, une fois lentement et une autre fois à vitesse normale, ainsi que la transcription. Faites écouter la recette à vos élèves et posez-leur les questions qui suivent. Faites lire les questions avant l’écoute.

Questions de compréhension :
a. Quels sont les ingrédients nécessaires pour faire des crêpes ?
b. Combien d’oeufs faut-il ?
c. Faut-il mélanger les ingrédients ?
d. Que doit-on utiliser pour cuire les crêpes ?
e. Avec quoi peut-on manger les crêpes ?
f. Quelle est l’astuce donnée par le lecteur ?

Vous pouvez aussi utiliser le podcast comme dictée, ou donner un texte à trous.

5. Expansion: Demandez à vos élèves de présenter une recette française facile sous forme de sketch (gâteau au yaourt, gratin dauphinois, quiche lorraine, etc.). Et surtout, demandez-leur d’être original!

Pour les Intermédiaires ou Avancés

1. Brainstorming : Ecrivez le mot « cuisine » au tableau et demandez à vos élèves de donner tous les mots ou expressions que leur évoque le mot cuisine. Demandez-leur aussi de donner les stéréotypes qu’ils connaissent en rapport à la cuisine française.

2. Compréhension écrite: Lisez ce texte sur le cuisine française et répondez aux questions suivantes.

Questions :
a. Lisez les trois commentaires avant le texte, donnés par des étudiants anglais sur le sujet de la cuisine française. Commentez, donnez votre avis, votre expérience…
b. Quel est le plat préféré des Français selon les sondages ? Quel a été le plat préféré des Français avant ?
c. Qu’apprenez-vous sur le pain en France ?
d. Les Français mangent-t-ils souvent du fromage ? Expliquez.
e. Où peut-on généralement manger des escargots en France ?
f. Pour quel public sont surtout destinées les cuisses de grenouille en France ?
g. Est-il facile d’acheter des grenouilles pour les cuisiner en France ? Expliquez.
h. Parmi les stéréotypes partagés pendant le brainstorming, quels sont ceux qui sont confirmés par le texte, et ceux qui sont rejetés ?

3. Sondage: Lisez ce sondage sur les Français qui font la cuisine et répondez aux questions qui suivent.

Questions :
a. D’après le sondage, quelle est la réponse de la majorité des Français à la première question ?
b. La majorité des Français qui cuisinent préfèrent-ils cuisiner la semaine, le week-end ou pour des invités ?
c. Quels sont les trois mots qui représentent le plus le fait de faire la cuisine pour la majorité des Français ?
d. La majorité des Français sont-ils plutôt en faveur des recettes traditionnelles ou contre ?
e. Combien de pourcents de Français seraient contre une Fête de la cuisine ?

4. Compréhension orale et visuelle: Regardez cette vidéo et répondez aux questions suivantes.

En France, les administrations et les commerces sont souvent fermés pendant deux heures le midi, entre midi et 14h, pour permettre aux employés de déjeuner. En effet, les repas sont importants en France et sont généralement longs.

Questions :
a. Quelle heure est-il sur l’horloge ?
b. Combien de temps ont les personnes pour préparer le repas?
c. Quel est l’adjectif utilisé par la première jeune femme pour qualifier le fait de cuisiner ?
d. Avec quels genres de produits le cuisinier cuisine-t-il dans son atelier cuisine ?
e. Combien coûte la formule ?
f. Selon la dame, qu’est-ce qu’on peut apprendre dans cet atelier cuisine qu’on n’apprend pas forcément dans un livre de cuisine ?
g. A quelle heure se mettent-ils à table ?
h. Les commentaires sur le repas sont-ils positifs ou négatifs ?

5. Expansion: Faites le même sondage auprès de votre famille ou amis ou personnes que vous rencontrez. Les résultats seront partagés en classe, et comparés aux résultats des Français.

Autres liens intéressants:

– Une fiche pédagogique sur le site de tv5,
– Un reportage sur le site de tf1,
– Un reportage de l’émission Envoyé spécial: 
– Des expressions idiomatiques sur le theme de la cuisine.