Follow France Synergies on WordPress.com

L’immigration au Québec

L’immigration au Québec

Activité partagée par Renée Rousseau-Weber, University of Milwaukee School, Milwaukee, Wisconsin.

1. Echauffement

Demandez aux élèves de discuter en groupes les questions suivantes:

  1. Que savez-vous sur le Québec?
  2. Est-ce que l’immigration est importante dans votre communauté ?  Comment ?
  3. Est-ce que l’immigration est un sujet important aux Etats-Unis ? De quoi parle-t-on à ce sujet ?
  4. Comment est-ce qu’une grande vague d’immigration pourrait-elle affecter une société ?
  5. Quelles questions les citoyens et le gouvernement d’un pays qui accueille les immigrés doivent-ils considérées ?
  6. Quelles sont les raisons pour l’immigration ?

2. Lecture

Immigration_Quebec

Questions de compréhension:

  1.  Dans les statistiques sur l’immigration dans la première partie du graphique, il s’agit de quelle époque ?
  2. Qui représente le plus grand groupe d’immigrés ?
  3. De quel pays est-ce que le plus grand nombre d’immigrés sont venus ?
  4. Pourquoi y avait-il autant d’immigrés d’Haïti  au 20e siècle?
  5. De quels pays est-ce que plus que 50% des immigrés d’Afrique sont venus ?
  6. Comment est-ce que l’information en bas diffère de l’information en haut du graphique ?
  7. Le recensement duquel on a tiré l’information en bas du graphique a été fait en quelle année ?

3. Chanson

Le Québec c’est un jeu d’échecs“, Ousmane Thiané Diop, 2012

4. Poème

“Terre d’exil”

Je viens de quitter une dictature
tropicale en folie
et suis encore vaguement puceau
quand j’arrive à Montréal
en plein été 76.

Je regarde le ciel
en pensant qu’il y a quelques minutes
j’étais là-haut, parmi les étoiles
pour la première fois.

Un couple en train
de s’embrasser
à l’aéroport.
Un baiser interminable.
La fille est en
minijupe rouge.

Cette scène aurait provoqué
une émeute à Port-au-Prince.
Ici, les gens passent sans
même y jeter un oeil.
Je suis le seul à m’intéresser
à ce baiser rouge.

Le couple se défait.
La fille regarde partir
le garçon, un long moment
jusqu’à ce que la foule l’abosorbe.
Elle rejoint sa voiture, tête baissée.

L’aéroport est bondé de gens
qui arrivent ou qui partent
à cause des Jeux olympiques.
Je vois partout le voisage de Naida Comaneci, la miniscule
petite reine du Stade.

On prépare les élections
pour novembre prochain
J’apprends en même temps
que le Québec est une province
et non un pays comme je l’ai toujours cru,
que le hockey est un sport
qui se joue sur la glace
et que la tourtière n’est pas
un piège pour les oiseaux.

Le chauffeur de taxi haïtien me balance
tout ça en roulant vers le nord.

Les gens dans les rues,
les couleurs vives des affiches,
les quartiers plus sombres.
Soudain un attroupement: un group
de fans entourent un athlète cubain.
Le taxi roule doucement.
La ville, la nuit.

Quand j’étais petit,
je croyais que chaque
pays avait ses propres couleurs.
Que le ciel ailleurs
était jaune,
la mer, rouge
et les arbres,
mauves.

D’une certain façon, ce pays
ressemble un peu au mien.
Il y a des gens, des arbres,
un ciel, de la musique, des filles,
de l’alcool, mais quelque part, j’ai
le sentiment que c’est totalement différent
sur des points très précis: l’amour,
la mort, la maladie, la colère, la
joie, le rêve ou la jouissance.
Mais tout ça n’est qu’une intuition.

Je le savais déjà
pour l’avoir lu.
Pour l’avoir vu au cinéma.
Mais c’est différent dans la vraie vie.
Je suis noir
et tous les autres
sont blancs.
Le choc!

Je ne suis pas un
touriste de passage
qui vient voir comment
va le monde,
comment vont les autres
et ce qu’ils font
sur la planète.
Je suis ici pour rester
que j’aime ça ou pas.

-Dany Laferrière

5. Film

Monsieur Lazhar (Philippe Falardeau, 2011)

“Les élèves de sixième année d’une école de Montréal doivent faire face à un drame inattendu lorsque leur enseignante, Martine, se pend dans leur classe. Malgré les réticences préalables de la directrice, Bachir Lazhar, un immigrant algérien, est rapidement engagé pour la remplacer. N’étant pas au courant des réformes ministérielles ou même du niveau scolaire de ses nouveaux étudiants, le professeur devra oublier ses propres tragédies pour se concentrer sur l’instruction de ces enfants provenant de différents milieux et visiblement troublés par le départ soudain d’une personne qu’ils aimaient.” –www.cinoche.com

Dossier pédagogique du film


Tintin

ACTIVITE: TINTIN

Activité pour les débutants

I. Brainstorming

Ecrivez au tableau l’expression « bande dessinée » et posez les questions qui suivent à vos élèves :

- Savez-vous ce que c’est ?
– Lisez-vous/avez-vous déjà lu des bandes dessinées ?
– Lesquelles et quelles sont vos bandes dessinées préférées ?
– Connaissez-vous des bandes dessinées francophones ?
– Quelle est l’abréviation de l’expression « bande dessinée » ? (BD)

De manière brève, faites découvrir à vos élèves les bandes dessinées francophones les plus populaires :

Astérix et Obélix

les Schtroumpfs

Boule et Bill

Tintin

II. La géographie de Tintin

Dirigez vos élèves vers ce site.

Demandez à vos élèves d’observer les titres des cinq premiers albums et de relier chaque titre avec sa région géographique:

Tintin au pays des Soviets en Amérique du Nord
Tintin au Congo au Moyen Orient
Tintin en Amérique en Russie
Tintin et les cigares du pharaon en Orient
Tintin et le lotus bleu en Afrique

Ensuite, demandez-leur de décrire, en faisant des phrases complètes, la couverture d’un album choisi. On attend une description simple des personnages, des objets et/ou du paysage, avec l’emploi de termes désignant les couleurs.

III. Les personnages de Tintin

Dirigez vos élèves vers ce site et demandez-leur de choisir un personnage et de le décrire à partir de l’image donnée. Ils devront faire des phrases complètes pour décrire le visage et les vêtements du personnage choisi.

Ensuite, en groupes de deux, demandez-leur de cliquer sur le personnage choisi et de lire les informations données. Ils devront ensuite répondre aux questions suivantes avec des phrases complètes :

a)      D’où vient son nom ?

b)     Quelle est sa profession

c)      Quelles sont ses qualités ?

d)     Quels sont ses défauts ?

Demandez à chaque groupe de rédiger, à partir des informations données, un portrait complet du personnage, en employant des phrases complètes. A la fin, vos élèves pourront comparer leurs personnages.

Activité d’expansion:

Lisez un album de Tintin et rédigez une présentation personnelle sur cet album.

IV. Courte biographie de l’auteur de Tintin
adaptée de ce site

1907 – Naissance de Georges Remi à Bruxelles.

1920 à 1925 – Georges Remi accomplit ses études secondaires.

1924 – C’est du nom de “Hergé” – “RG,” les initiales de Georges Remi – qu’il signe désormais ses illustrations.

1925 – Georges entre au journal quotidien Le XXe Siècle.

1926-1927 – Service militaire.

1929 – Début de Tintin au pays des Soviets: Hergé crée son personnage.

1932 – mariage de Georges et Germaine Kieckens.

1979 – L’année du cinquantenaire de la création de « Tintin » est marquée dans le monde entier par un grand nombre de manifestations brillantes.

1983 – mort de Georges Remi

Questions de lecture:

1. Quand Georges Remi est-il né? D’où vient-il?
2. Expliquez d’où vient “Hergé,” le nom de plume de Georges Remi.
3. Quand le personnage de Tintin est-il né? Dans quel album?
4. Quand Tintin a-t-il fêté son cinquantenaire?

Activité intermédiaire

I. Lecture

“Tintin au Congo devant la justice belge”
adapté d’un article du 12 mai 2010 de Caroline Venaille dans Le Monde

Tintin comparaît mercredi devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Bienvenu Mbutu Mondondo, un Congolais résidant en Belgique, demande “le retrait de la vente ou à défaut, l’ajout d’un avertissement” sur l’album Tintin au Congo, qu’il juge “raciste à l’égard des Africains”.
L’affaire n’est pas nouvelle. Elle a déjà fait grand bruit en Angleterre. En juillet 2007, la Commission pour l’égalité raciale a considéré que cet album contenait “des images et des dialogues porteurs de préjugés racistes abominables, où les ‘indigènes sauvages’ ressemblent à des singes et parlent comme des imbéciles. Outre-Manche, certains libraires classent désormais la bande dessinée au rayon adulte [...]

“IL EST NÉCESSAIRE D’AVERTIR LES ENFANTS”

“En France, nous refusons le débat sur les traces culturelles et linguistiques de notre pays,” déplore Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires. Le CRAN ne souhaite pas la censure de l’ouvrage, qui reflète l’époque coloniale. Mais “ce livre fait clairement l’apologie de la hiérarchie des êtres humains. Aucun enfant ne naît avec des stéréotypes. Dans un souci pédagogique, il est nécessaire d’avertir les enfants face aux propos de la BD pour qu’ils prennent de la distance”, explique-t-il au Monde.fr. Patrick Lozès souhaiterait un avertissement figurant sur les premières pages de la bande dessinée.

[...]

Dans ses Entretiens avec Numa Sadoul en 1975, Hergé avait admis représenter les Noirs conformément aux préjugés de l’époque, les décrivant comme “de grands enfants.” La première version de sa bande dessinée est parue en 1931, à l’apogée de la présence coloniale belge au Congo. En 1946, l’album est remanié. “J’étais nourri des préjugés du milieu bourgeois dans lequel je vivais, confie l’auteur. En fait, les Soviets et le Congo ont été des péchés de jeunesse.” Numa Sadoul lui demande alors ce qu’il répond aux personnes qui le traitent de raciste. “Toutes les opinions sont libres…”, tranchera l’auteur de Tintin.

Questions de lecture:

1. Pourquoi Mbutu Mondondo, un Congolais résidant à Bruxelles, a-t-il porté plainte contre « Tintin au Congo »?
2. Quelles sont les solutions proposées au problème dans l’article?
3. Hergé avait admis représenter les Noirs de manière préjugée. Quelle en est son explication?
4. Regardez ces deux planches de Tintin au Congo. Comment les gens du Congo sont-ils représentés?
5. Quelle serait la meilleure solution à cette question, selon vous?

Activité d’expansion: débat

1. Divisez la classe en deux équipes. La moitié des élèves argumentera la censure de Tintin au Congo et l’autre groupe défendera l’album.


Le Liban

ACTIVITE: le Liban
Liban

I. Niveau intermédiare

1. Brainstorming

Posez les questions suivantes aux élèves:

  • Où avez-vous passé vos dernières vacances ?
  • Où se situe ce pays, cette ville?
  • Est-ce qu’il a fait beau ?
  • Qu’est-ce que vous avez fait ?


2. Exploration

Dirigez vos étudiants vers ce site et demandez-leur, en groupes de deux, de lire les différentes rubriques pour répondre aux questions qui suivent.

1. Le Liban est-il en Asie ou en Europe ?

2. Quels sont les pays voisins du Liban (au nord, au sud, à l’est, à l’ouest) ?

3. Quelle est sa superficie ?

4. Combien d’habitants y a-t-il ?

5. Quelle est la capitale ?

6. Quelle est sa monnaie ?

7. Comment est le climat au Liban ?

8. Quelles sont les langues parlées ? Et quelle est la première langue étrangère en usage au Liban ?

9. Où a eu lieu le 9ème sommet de la francophonie en 2002 ?

10. Quelles sont les villes principales ?

11. Quels sont les sites touristiques et les musées que vous pouvez visiter?

12. Qu’est-ce qu’on peut faire comme activités au Liban ? (sports et loisirs)

13. Quels sont les plats les plus typiques ?

Lorsque tous les groupes ont répondu aux questions, l’enseignant(e) fait un bilan oral avec l’ensemble de la classe.

Ensuite, avec cette exercice, discutez des sites touristiques au Liban et de ce qu’on peut faire comme activité dans ces lieux.

3. Lecture

“Le Liban : une place privilégiée pour le Français”
(adapté de cet article)

La langue officielle du Liban est l’arabe. Cependant, la moitié des Libanais sont francophones et la langue anglaise est, elle aussi, largement utilisée.Le Liban a été occupé au cours des siècles par diverses civilisations. C’est la langue italienne qui s’implante d’abord dans les ports libanais. Mais c’est la France qui installe son influence au Liban avec les missions religieuses. Les congrégations fondent des écoles qui permettront l’implantation du français au Liban pendant la période ottomane.

La présence française va permettre, avec la création du Grand Liban après la Première Guerre mondiale, d’étendre l’enseignement du français. Le français et l’arabe sont à l’époque reconnus comme langues officielles. A l’indépendance en 1943, l’arabe devient la langue officielle, mais le français garde une place privilégiée. Les étudiants peuvent étudier les sciences et les mathématiques aussi bien en français qu’en arabe.

Demandez aux élèves de dire si ces affirmations sont vraies ou fausses:

1. Le français se parle au Liban à cause des missions religieuses.
2. Le français est la langue officielle du Liban.
3. Le Liban a eu son indépendance en 1943.
4. L’anglais est largement utilisé au Liban.
5. 25% des Libanais parlent français.

Réponses:
1. V
2. F – L’arabe est la langue officielle du Liban.
3. V
4. V
5. F-La moitié des Libanais sont francophones.

4. Activité d’expansion

Jeu de rôles:

1. C’est bientôt les vacances d’été. Votre ami(e) ne sait pas encore où aller. Il/elle vous demande comment étaient vos vacances l’année dernière au Liban et vous demande également des renseignements (situation géographique, nombre d’habitants, capitale, villes principales, endroits touristiques, gastronomie, sports et loisirs) sur le pays.

2. Ensuite, écrivez un dialogue avec au moins huit (8) questions et réponses et jouez la scène devant la classe.


“Quand j’étais là-bas”

ACTIVITÉ : « QUAND J’ETAIS LÀ-BAS… » : PETIT TOUR D’HORIZON DE LA FRANCE ET DES PAYS FRANCOPHONES

I. Sur le continent européen : France et Suisse
1. Etudier à la Sorbonne : à la découverte de Paris ! :*Pré-lecture : Ecrivez le mot « Paris » au tableau et demandez à vos élèves de dire ce que cette ville leur évoque. Faites une liste de ces éléments au tableau. Puis demandez-leur de mentionner des lieux ou des monuments importants qu’on peut trouver à Paris.
*Lecture : Par deux, vos élèves vont lire ce récit écrit par Anne Dargent-Wallace et répondre aux questions ci-dessous :
a. Pourquoi est-ce qu’Anne a décidé d’aller à Paris ? (pour étudier à l’université)
b. Quel était pour elle le grand inconvénient de sa situation ? (elle devait passer beaucoup de temps dans les transports en commun)
c. Quelle est la meilleure façon de découvrir Paris ? (il faut marcher dans la ville pour mieux la connaître)
d. Quel était l’endroit préféré d’Anne ? (le parc du Luxembourg)
e. Quel est le problème de Clignancourt ? (l’université n’est pas dans un très bon quartier)
f. Quel est, selon Anne, le grand avantage de Paris ? (on y trouve toujours quelque chose de nouveau !)
*Post-lecture : Par groupes de deux ou trois élèves, vos élèves vont utiliser une carte de Paris et reconstituer le trajet quotidien d’Anne (y compris le trajet en train et en métro, en partant de Rambouillet). Ensuite, ils choisiront un endroit particulier (La Sorbonne ou le quartier latin, etc…) et feront des recherches sur ses caractéristiques avant de le présenter à la classe. Dans ce petit exposé fait en français, il faudra :
– faire une brève présentation historique de cet endroit.
– dire à quoi cet endroit sert.
– quel genre de population cet endroit attire (touristes, étudiants, etc…).
– pourquoi il faut absolument le visiter.
Vous pouvez également organiser une simulation de rallye à Paris en cliquant sur ICIICI ouLA.
2. Un samedi à la plage: *Pré-lecture : Demandez à vos élèves s’ils savent où se trouve le département de Charente-Maritime en France. Faites un petit sondage (au Nord ? au Sud ? à l’Est ? à l’Ouest ?) puis montrez-leur cette carte pour qu’ils sachent où cette région se trouve. Ensuite, montrez-leur cette carte des villes situées en Charente-Maritime et demandez-leur de situer Saint-George-de-Didone.
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Denis Dépinoy puis répondre par deux aux questions qui suivent :
a. La Charente-Maritime se trouve près de l’Océan :
a.1. pacifique.
a.2. atlantique.
a.3. indien.
b. Plus on s’approche de la côte, plus :
b.1. on respire de nouveaux parfums.
b.2. on respire mal.
b.3. on respire bien.
c. Qu’est-ce que Meschers ?
c.1. un hôtel.
c.2. une station balnéaire.
c.3. une plage.
d. Quand Denis et ses frères arrivent à la plage, que veulent-ils faire ?
d.1. boire l’eau de mer en premier.
d.2. toucher l’eau de mer en premier.
d.3. sentir l’eau de mer en premier.
e. La tarte aux prunes est une spécialité de :
e.1. Talmont.
e.2. Saint-George-de-Didonne.
e.3. Poitiers.
*Post-lecture : Par deux, vos élèves vont écrire une carte postale que Denis aurait pu écrire à ses amis ou à sa famille dans laquelle il raconte ses vacances et explique pourquoi il aime tant la Charente-Maritime. Les artistes de la classe pourront dessiner l’image principale de la carte postale.
3. La fête de l’Escalade à Genève : *Pré-lecture : Demandez à vos élèves de dire quelle est la capitale de la Suisse puis de lire cette petite fiche d’identité de Genève.
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Nathalie Garbely avant de répondre aux questions suivantes :
a. Ce jour-là, Nathalie fêtait ses 3 ans. V/F (vrai)
b. Les gens dans la rue faisaient la fête pour célébrer l’anniversaire de Nathalie. V/F (faux, ils célébraient la fête de l’Escalade qui a lieu le même jour)
c. Nathalie était déguisée en princesse. V/F (faux, elle était déguisée en gitane)
d. Pendant que les enfants mangent de la soupe, les parents chantent. V/F (faux, c’est le contraire !)
e. Lors de la fête de l’Escalade, on peut manger la marmite. V/F (vrai puisqu’elle est en chocolat !)
A présent, vous pouvez montrer cette vidéo sur la fête de l’Escalade à vos élèves.
*Post-lecture : Dites à vos élèves d’écrire un petit paragraphe sur une fête qui les a marqués dans leur enfance et d’expliquer en quoi elle a été importante pour eux. Ensuite, chaque élève pourra lire son texte à sa classe.
II. DANS les DROM-COM : Martinique, Guadeloupe et Tahiti
Montrez à vos élèves cette carte des DROM-COM et demandez-leur de compter combien il y a de DROM et combien il y a de COM (la légende leur permet d’identifier si c’est un département ou une collectivité).
1. La Martinique et la Guadeloupe: *Pré-lecture : Sur cette même carte, vos élèves vont regarder où se trouvent la Martinique et la Guadeloupe puis répondre aux questions suivantes :
– Près de quel continent la Guadeloupe et la Martinique sont-elles situées ?
– Dans quel océan se trouvent-elles ?
– Sont-elles plutôt proches ou éloignées ?
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Agathe Merle puis répondre aux questions ci-dessous :
a. Pourquoi est-ce qu’on appelle la Martinique et la Guadeloupe « les îles sœurs » ? (parce qu’elles sont toutes les deux situées dans les Petites Antilles)
b. Comment est-ce qu’on surnomme la Martinique? (on la surnomme Madinina, l’île aux fleurs)
c. Comment est-ce qu’on surnomme la Guadeloupe ? (Gwada, l’île papillon)
d. Si on veut explorer comme un aventurier, dans quelle île faut-il aller ? (la Guadeloupe)
e. Où est-ce qu’on peut voir des volcans ? (sur les deux îles)
QUESTION BONUS : Selon vous, que veut dire « Pa ni pwoblem » ? Répétez cette expression à voix haute et réfléchissez à des mots français qui y ressemblent…cela vous aidera ! (solution = il n’y a pas de problème)
*Post-lecture : Demandez à vos élèves de se mettre par groupes de 3 et d’écrire un slogan ou un court paragraphe pour faire de la publicité aux îles de la Guadeloupe et de la Martinique, le but étant d’inciter les gens à y passer leurs vacances. Exemple : « Gwadinina, et pourquoi pas ? Laissez-vous tenter par la beauté des fleurs et le mystère du papillon ! »
2. Un journée à Fort-de-France : *Pré-lecture : Dites à vos élèves de regarder la carte qui se trouve à côté du récit n°5 et de trouver où se trouve Fort-de-France. Ensuite, demandez-leur d’aller sur ce site et de trouver des informations (superficie, nombre d’habitants, caractéristiques, etc…) sur cette ville.
N’hésitez pas à préciser que les habitants de Fort-de-France s’appellent les « Foyalais » !
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Jennifer Misran et répondre aux questions qui se trouvent ci-dessous :
a. Pour Jennifer, c’était :
a.1. La première fois qu’elle allait à la Martinique.
a.2. La première fois qu’elle visitait Fort-de-France.
a.3. La première fois qu’elle allait à Sainte Luce.
b. Pour aller des Trois-îlets à Fort-de France, la famille a pris :
b.1. le bateau.
b.2. l’avion.
b.3. la voiture.
c. Pour quel produit particulier le Grand Marché Couvert de Fort-de-France est-il célèbre ?
c.1. le pain coco.
c.2. les fleurs.
c.3. les épices.
d. Pour faire le maracoudja ou la prune de citere, on utilise :
d.1. des épices.
d.2. des fruits.
d.3. des légumes.
e. Quand on fait du lèche-vitrine, on :
e.1. lèche les vitrines des magasins parce qu’on a soif.
e.2. fixe les vitrines des magasins avec envie.
e.3. fait du shopping.
*Post-lecture : Montrez cette vidéo à vos élèves pour leur faire découvrir Fort-de-France plus en profondeur. Ensuite, par groupes de trois ou quatre, ils écriront un court poème en hommage à cette ville.
3. Au-revoir, Papeete ! : *Pré-lecture : Montrez à vos élèves cette carte de Tahiti et demandez à vos élèves de trouver dans quelle partie de l’île se trouve Papeete puis de bien regarder les illustrations qui se trouvent dans le cadre de cette carte : quels objets ou quelles personnes sont représentés ? Que peut-on en déduire par rapport à l’île de Tahiti ?
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Cyrielle Faivre puis répondre individuellement aux questions ci-dessous :
a. A l’aéroport, on accueille les touristes avec des colliers de coquillage. V/F (faux, c’est le contraire, on les accueille avec des colliers de fleurs)
b. Toa’ta est l’aéroport international de Tahiti. V/F (faux, c’est une école primaire à Papeete ;  l’aéroport s’appelle Faa’a)
c. Les cours se passent de préférence le matin pour éviter la chaleur. V/F (vrai !)
d. La cantine se trouvait à l’intérieur de l’école primaire. V/F (faux ! elle se trouvait à 10 minutes de l’école en truck qui est un camion aménagé en bus qui contient de nombreux bancs)
e. La jour se couche tôt à Papeete. V/F (vrai !)
f. Les margouillats sont des fourmis ailées. V/F (faux, ce sont des lézards ! les aludes sont des fourmis ailées)
*Post-lecture : Prenez cette occasion pour introduire le peintre Paul Gauguin à vos élèves. Vous pouvez utiliser ce site pour leur montrer des images ou pour trouver des renseignements. Demandez à vos élèves de choisir un des nombreux tableaux de ce peintre et de le présenter à la classe par groupe de 3.

III. Sur le continent africain : Maroc et Cameroun
Montrez cette carte de l’Afrique à vos élèves et demandez-leur de trouver où se trouvent le Maroc et le Cameroun.
1. Passer le baccalauréat à El Khemissate : *Pré-lecture : Dites à vos élèves de lire cette petitefiche d’identité du Maroc puis expliquez-leur que le système scolaire marocain possède beaucoup de ressemblances avec le système scolaire français et qu’au lycée, les étudiants doivent également passer l’examen du Baccalauréat (BAC).
*Lecture : Après avoir lu ce récit écrit par Redouane Khamar, vos élèves vont répondre aux questions suivantes :
a. Redouane vient d’El Khemissate. V/F (faux, il vient de Sidi Kacem mais il a passé son BAC à El Khemissate)
b. On peut louer une chambre pour un prix très modeste à El Khemissate. V/F (faux, les chambres coûtent plutôt cher)
c. Redouane a dû marcher pour aller dans une auberge. V/F (vrai)
d. Redouane était un peu intimidé par son hôte quand il l’a vu pour la première fois. V/F (vrai)
e. Monsieur N-aymi a fait payer la chambre et la nourriture à Redouane. V/F (faux, il lui a tout payé en lui disant de garder son argent)
*Post-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves et discutez-en ensemble :
– Quelle est la morale de cette histoire ?
– Pensez-vous qu’il existe beaucoup de gens comme Monsieur N-aymi dans le monde ? Pourquoi ?
2. Moments de vie à Yaoundé : *Pré-lecture : Dites à vos élèves de lire cette petite fiche d’identité du Cameroun et discutez un peu ensemble des informations que vous y aurez trouvées.
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Trésor Simon Yoassi et répondre, par deux, aux questions ci-dessous :
a. Combien de temps est-ce que Trésor a vécu à Yaoundé ? (12 ans)
b. Que faisait-il en dehors de ses études et de ses loisirs ? (il y animait un émission de radio)
c. Pourquoi est-ce que Trésor n’allait pas souvent à la bibliothèque ? (elle était trop petite)
d. Pourquoi est-ce que Trésor avait le trac quand il a interviewé Gino Sitson ? (parce qu’il n’avait pas eu l’occasion de le rencontrer ni de préparer son émission à l’avance)
e. Comment est-ce qu’il a réussi à mener son émission ce jour-là ? (il a un peu parlé avec l’artiste, pris des notes puis il a commencé à parler à partir de cela, et tout s’est bien passé !)
f. Dans quel pays vit aujourd’hui l’artiste Gino Sitson ? (aux Etats-Unis, tout comme Trésor !)
*Post-lecture : Proposez à vos élèves de découvrir la musique de Gino Sitson en les invitant à aller sur son site officiel. Ensuite, ils pourront faire plus de recherches sur cet artiste et imaginer le dialogue entre Trésor et Gino Sitson qu’ils écriront sur une feuille et joueront devant la classe.
IV. Sur le continent nord-américain : Québec et Montréal
Demandez à vos élèves s’ils savent où on parle Français au Canada, et s’ils savent où ces régions se trouvent. Ensuite, montrez-leur cette carte et demandez-leur de trouver Québec et Montréal.
1. Le Carnaval à Québec : *Pré-lecture : Demandez à vos élèves s’ils fêtent le Carnaval et, si oui, comment. Ensuite, demandez-leur dans quelles régions des Etats-Unis il y a beaucoup de carnavals. Discutez de l’importance de cette célébration.
*Lecture : Vos élèves vont lire ce récit écrit par Elise Kruidenier puis répondre par deux aux questions qui suivent :
a. Elise vit actuellement :
a.1. à Madison.
a.2. à Montréal.
a.3. à Québec.
b. Le Carême a lieu :
b.1. avant le Carnaval.
b.2. pendant le Carnaval.
b.3. après le Carnaval.
c. A l’occasion du Carnaval, on peut :
c.1. danser.
c.2. chanter.
c.3. faire un peu de sport.
d. Bonhomme est :
d.1. un homme.
d.2. une femme.
d.3. un déguisement symbolique.
e. Le repas québécois typique est :
e.1. le « caribou ».
e.2. la poutine.
e.3. la glace.
*Post-lecture : Vous pouvez montrer ces photos officielles du Carnaval à vos élèves puis leur demander d’écrire par deux ou trois une petite lettre à Bonhomme où ils diront pourquoi ils souhaiteraient le rencontrer et célébrer le Carnaval avec lui. La meilleure lettre sera sélectionnée et vous pourrez même lui envoyer !
2. L’accent québécois ! :*Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– En général, est-ce que vous aimez les accents étrangers ?
– Aux Etats-Unis, est-ce que vous avez tendance à imiter ou faire des plaisanteries sur certains accents ? Lesquels et pourquoi ?
– Pensez-vous que cela peut être quelque chose de très offensant ? Pourquoi ?
*Lecture : Après avoir lu ce récit écrit par Ritt Deitz, vos élèves vont se mettre par deux et répondre aux questions ci-dessous :
a. Jocelyn connaît bien Montréal parce qu’il y est né. V/F (faux, il aime beaucoup cette ville mais vient de l’Ouest de la Belle Province)
b. Le Quartier latin n’existe qu’à Paris. V/F (faux, il existe un « Quartier latin » à Montréal)
c. Il existe beaucoup de nuances et de différences entre la langue française en France et celle au Québec. V/F (vrai)
d. Les Français ont tendance à faire beaucoup de plaisanteries sur le français québécois. V/F(vrai)
e. Ritt Deitz refuse de parler avec un accent québécois parce qu’il ne sait pas le faire. V/F(faux, il refuse d’imiter cet accent par respect : il ne veut pas offenser les Québécois.)
Question BONUS : Comment interprétez-vous la dernière phrase du texte ? Qu’est-ce que le narrateur veut dire de façon symbolique ? Quelle est la morale de cette histoire ?
*Post-lecture : Pour les élèves qui possèdent un niveau avancé, vous pourrez leur montrer cetextrait du spectacle de Lynda Lemay dans lequel l’artiste nous donne une petite leçon de québécois assez amusante !


L’Afrique francophone

ACTIVITE : L’AFRIQUE FRANCOPHONE

I. Petite introduction : plusieurs cartes importantes
1. Quelques repères géographiques: Dites à vos élèves de regarder attentivement cette carte :
– Combien de pays africains font partie de la Francophonie ? Recensez-les.
– Parmi ces pays, combien font partie de l’OIF en tant que membres ? Combien sont des Etats observateurs ?
– Combien y a-t-il d’îles ? Où sont-elles situées ?
Ensuite, proposez à vos élèves de se mettre par groupes de trois et de choisir un pays qui les intéresse (idéalement, chaque groupe essaiera de choisir un pays différent, quitte à augmenter ou réduire le nombre d’élèves dans chaque groupe ; vous pouvez aussi organiser un tirage au sort des pays à l’aide de petits papiers dans un chapeau), de cliquer sur l’icône qui y est associée et de bien lire sa fiche d’identité. Ils devront présenter ce pays à la classe en répondant aux questions suivantes :
– Quelle est la capitale de ce pays ?
– Est-ce un pays plutôt grand ou plutôt petit ?
– A quelle région du monde est-ce qu’il appartient ?
– Quand est-ce qu’il a adhéré à la Francophonie ?
Chaque groupe devra également faire une courte recherche sur internet à l’aide des sites officiels indiqués à la fin de chaque fiche d’identité et relever trois éléments importants à signaler à leurs camarades (cela peut concerner des éléments culturels, sociaux ou artistiques, etc…).
2. Une carte linguistique : a. Tout d’abord, vous allez leur montrer cette carte de la francophonie dans le monde et leur demander de répondre aux questions suivantes : 
a.1. Combien de gens parlent français dans le monde ? Est-ce peu ou beaucoup ?
a.2. Dans quels endroits (à part la France bien sûr) trouve-t-on le plus de francophones ?
a.3. Où sont-ils les moins nombreux ?
b. Maintenant, vos élèves vont regarder cette carte sur le statut de la langue française et répondre aux questions ci-dessous :
b.1. Sur quel continent se trouvent la majorité des pays où la langue française est officielle ?
b.2. Et ceux où le français est une langue importante ?
b.3. En comparant le continent africain aux autres continents (par exemple, l’Amérique du Nord), que remarquez-vous ?
c. Vous allez diviser la classe en deux : une moitié étudiera cette carte et l’autre moitié se penchera sur cette carte de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Chaque groupe (trois ou quatre élèves par groupe) répondra aux questions qui suivent :
c.1. En moyenne, combien y a-t-il de pays (ou régions) où le français est la langue officielle et maternelle ?
c.2. Et combien où elle est la langue officielle ou administrative ?
c.3. Et en ce qui concerne le français en tant que langue d’enseignement privilégié ?
d. Conclusion : Discutez tous ensemble des réponses obtenues et tirez un bilan à partir de toutes ces informations. Ensuite, posez à vos élèves les questions suivantes :
d.1. En quoi est-ce que le continent africain est vital pour la survie de la Francophonie ?
d.2. Pourquoi, selon vous, est-ce qu’il y a autant de francophones en Afrique ?
3. Les récents événements politiques : 
Expliquez à vos élèves que, récemment, l’actualité a été particulièrement chargée en ce qui concerne certains pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Afin de les sensibiliser aux problèmes existants et aux causes de ces derniers, montrez-leur cette carte et dites-leur de répondre aux questions ci-dessous :
a. Quels pays sont concernés par les révoltes ?
b. Quels pays ont résolu la situation et ont obtenu un changement de régime ?
c. Quels pays sont toujours en crise ?
d. Quand est-ce que la première révolte a eu lieu et où ? Que peut-on observer depuis cette période ?
e. Par trois, choisissez un pays francophone et cliquez sur son icône pour mieux comprendre les causes et les conséquences des révoltes qui y ont eu lieu. Ensuite, discutez tous ensemble des raisons de ce profond malaise et des possibles solutions pour remédier à ces problèmes.
Par ailleurs, vous trouverez des informations un peu plus récentes sur ce site.
II. Les relations entre les pays africains francophones et la France
1. Un peu d’histoire : *Dites à vos élèves de regarder cette carte sur la colonisation en Afrique francophone et de répondre aux questions suivantes :
– En 1860, quel pays avait le plus grand nombre de colonies en Afrique ? Et en 1885 ?
– Que phénomène remarquez-vous en 1914 ? Quels sont les grands pays colonisateurs à cette époque ?
*Maintenant, montrez-leur cette carte sur la décolonisation en Afrique francophone et discutez de ce phénomène à l’aide des questions suivantes :
– Dans quels pays est-ce qu’il y a eu des troubles avant l’indépendance ?
– Que s’est-il passé en Algérie ? (à ce sujet, vous pouvez consulter une autre newsletter portant sur les relations entre l’Algérie et la France : introduction ;  activités)
Expliquez-leur que le processus de décolonisation s’est souvent accompagné de violents affrontements entre les forces françaises et les peuples colonisés qui mettent encore aujourd’hui mal à l’aise les Français.
2. Les chiffres clés : *Pré-lecture : A l’aide de cette frise chronologique, expliquez à vos élèves qu’il existe des sommets France-Afrique depuis le 13 novembre 1973 où le chef de l’Etat nigérien de l’époque, Hamani Diori, avait souhaité rencontrer Georges Pompidou, alors Président de la France, afin d’œuvrer pour la paix. Depuis lors, des sommets Afrique-France ont régulièrement été organisés et le plus récent (le 25ème) a eu lieu en 2010.
*Lecture : Après avoir soigneusement jeté un coup d’œil sur ces chiffres qui datent de 2009, vos élèves vont répondre aux questions suivantes :
a. Sur quoi reposent les relations commerciales entre la France et l’Afrique ? (les exportations et importations)
b. Comment est-ce que la France soutient l’Afrique ? (une aide financière qui est « l’aide publique au développement » et l’annulation des dettes de certains pays)
c. Avec quels pays est-ce que la France avait des accords militaires en 2009 ? (le Togo, le Cameroun, le Gabon et la RCA)
d. A quoi sert le budget consacré aux états africains ? (il sert à assurer la coopération de défense et de sécurité)
e. Combien y avait-t-il de ressortissants africains en France à cette époque? (environ 1, 68 million)
*Post-lecture : Demandez à vos élèves d’imaginer un dialogue entre un Français et un Africain francophone (environ 5 minutes) qui pèseraient le pour et le contre des relations franco-africaines. Ils le joueront devant la classe s’ils le souhaitent.
3. La Françafrique :
 *Pré-visionnage : Ecrivez le mot « Françafrique » au tableau et demandez à vos élèves de proposer une définition de ce concept.
*Visionnage : Après avoir regardé lu les questions ensemble, vos élèves vont regarder lavidéo qui se trouve au bas de la page au moins deux fois et répondre aux questions ci-après :
a. L’année 1960 est celle de l’indépendance pour beaucoup de pays africains. V/F (vrai, 14 colonies françaises sont devenues indépendantes en 1960)
b. Selon Jacques Toubon, les relations entre la France et l’Afrique sont tout à fait uniques. V/F(faux, pour lui, ces relations sont normalisées et l’Afrique entretient le même type de relations avec le monde entier)
c. Selon le journaliste, la « Françafrique » repose sur le soutien apporté par Paris à plusieurs régimes africains en échange d’un appui diplomatique et financier. V/F (vrai)
d. Selon le journaliste, la France entretient toujours des relations plutôt complexes, voire polémiques, avec certains régimes africains. V/F (vrai)
e. La France a cessé de piller les matières premières des pays africains. V/F (faux)
f. Les Chinois ne représentent pas une concurrence menaçante pour la France. V/F (faux, Pékin obtient de grands accords commerciaux et rafle de grands chantiers) 
g. Les populations locales risquent de souffrir de la mainmise de ces pays. V/F (vrai)
*Post-visionnage : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Que pensez-vous de la Françafrique ? Est-ce complètement bon ou complètement mauvais ou est-ce quelque chose de trop complexe pour être abordé de façon manichéenne ?
– Connaissez-vous un phénomène semblable entre les Etats-Unis et certains pays ?

III. Des contes et des films sur l’Afrique francophone
Pour cette partie, nous vous indiquerons les liens vers des sites offrant un excellent matériel pédagogique mis à votre disposition et vous proposerons une activité sur le film « Azur et Asmar ».
1. « La belle histoire de Leuk-le-lièvre » 
: ce site met à votre disposition une fiche pédagogique sur le conte sénégalais « La belle histoire de Leuk-le-lièvre ».
2. L’antilope et l’escargot : Marie-Josée Kinkingnehun a créé un dossier pédagogique sur le conte africain « L’antilope et l’escargot » auquel vous aurez accès sur ce site. Vous trouverez le texte en cliquant ICI.
3. Quelques contes francophones: Sur ce site, vous trouverez des contes provenant du Mali, de Mauritanie, du Sénégal, de Haïti et du Maroc, enregistrés en français et en langue locale, ainsi qu’une fiche pédagogique créée à partir de chaque conte.
4. « Kirikou et la sorcière » : TV5 MONDE propose sur son site une fiche complète (niveaux A1, A2, B1) sur « Kirikou et la sorcière ». Sur ce site, vous pourrez visionner ce film dans son intégralité (attention, la première partie du film est considérée comme pouvant choquer certaines personnes).
5. Regarder et analyser un extrait vidéo d’ « Azur et Asmar » : *Pré-visionnage : Montrez la bande-annonce de « Azur et Asmar » de Michel Ocelot (2006) à vos élèves pour qu’ils sachent de quoi cela parle puis précisez que l’extrait qu’ils vont voir est la fin de ce film (donc, si vous ne souhaitez pas connaître la fin du film avant de l’avoir vu en entier, ne faites pas cette activité !)
*Visionnage: Lisez les questions ci-dessous tous ensemble. Ensuite, vous allez montrer cettevidéo extraite du film à vos élèves et leur dire d’entourer la bonne réponse.
a. La fée des Djinns pense qu’Azur et Asmar sont:
      a.1. des paysans.
a.2. des princes.
a.3. des rois.
b. Par quel animal est-ce que la princesse est-elle enlevée ? 
      b.1. un oiseau.
b.2. un cheval.
b.3. un éléphant.
c. Quel est le conseil que la princesse donne à la fée des Djinns ?
c.1. épouser Azur.
c.2. épouser Asmar.
c.3. épouser à la fois Azur et Asmar.
d. Selon le sage Yadoa, il est:
d.1. facile de choisir.
d.2. impossible de choisir.
d.3. inutile de choisir.
e. Pour Crapoux:
e.1. il n’y a aucune solution.
e.2. la fée des Djinns doit rester célibataire.
e.3. la fée des Djinns doit l’épouser !
f. La fée des Djinns va finalement choisir :
f.1. Azur.
f.2. Asmar.
f.3. le sage Yadoa.
*Post-lecture : Demandez à vos élèves de répondre aux questions suivantes afin de susciter une réflexion sur les grands thèmes de cette vidéo :
– Quand les couples se forment pour danser, pourquoi est-ce que la nourrice dit « la solution devient évidente » ?
– Quelle leçon peut-on tirer de cet extrait ?

Si vous parvenez à vous procurer ce film, notez que vous trouverez sur le site de l’Alliance Française de Sydney des activités pédagogiques sur le film « Azur et Asmar » proposant un dossier pour les élèves et un dossier pour les professeurs (niveau débutant).

Autres liens utiles :

- Une activité (niveau Baccalauréat international) intitulée « Découvrir l’Afrique francophone ».
– Un site sur « les Africains de la chanson francophone ».
– Une activité sur l’Afrique (noire) francophone B1/B2.
– Une activité intitulée « Mon voyage imaginaire en Afrique francophone ».
– Une encyclopédie de la francophonie.
– Des cartes intéressantes sur l’Afrique francophone.
– Une excellente présentation au sujet de la Francophonie.
– Le site officiel de l’Organisation Inte


L’importance du français

ACTIVITÉ : L’IMPORTANCE DU FRANÇAIS

I. La langue française dans le monde
1. Introduction : Ecrivez au tableau « francophonie » et demandez à vos élèves de dire ce que ce terme leur évoque. Si vous souhaitez évoquer le concept de francophonie plus en profondeur, vous pouvez utiliser une précédente newsletter de France Synergies que vous trouverez en cliquant ICI.
2. Une langue mondiale :
 *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, est-ce que le français est une langue très parlée dans le monde ?
– Dans quelles organisations politiques le français est-il utilisé comme langue officielle ?
*Lecture : par groupe de deux, vos élèves vont lire l’introduction et la partie intitulée « une langue mondiale » de cet article et répondre aux questions suivantes :
a. Le français fait partie des 10 langues les plus utilisées au niveau mondial. V/F (vrai)
b. Le français et l’anglais sont les seules langues qui existent sur chaque continent. V/F (vrai)
c. Le français est une langue majeure au sein de l’Europe. V/F (vrai)
d. On ne parle pas du tout français dans le monde arabe. V/F (faux, le Liban, par exemple, compte 1 500 000 de francophones)
e. Le Québec est la seule partie de l’Amérique du Nord où on parle français. V/F (faux, on parle également français en Louisiane où il y a 300 000 francophones)
f. Les DOM sont rattachés à la France. V/F (vrai, ce sont des départements d’outre mer français)
g. La majorité des francophones d’Asie vivent au Vietnam. V/F (vrai)
*Post-lecture : Poursuivez la discussion en posant les questions suivantes:
h. Comment expliquez-vous cette présence de la langue française dans le monde ? (ici, évoquez le contexte historique)
i. Selon vous, pourquoi est-il important de préserver le statut de la langue française à l’étranger ?
3. Une langue institutionnelle : *Pré-lecture : Donnez à vos élèves la liste des institutions (qui figurent dans cet article) où le français est une langue de travail ou une langue dominante.
*Lecture : Dites-leur de lire cet article puis de répondre aux questions ci-dessous :
a. La journée de la langue française a pour but de promouvoir:
a.1. l’utilisation du français uniquement à l’O.N.U.
a.2. l’utilisation des langues rares à l’O.N.U.
a.3. l’utilisation du français, de l’anglais, de l’espagnol, du russe, du chinois et de l’arabe
à l’O.N.U.
b. Selon Kiyo Akasaka, la langue française:
b.1. joue un rôle fondamental vis-à-vis de l’O.N.U.
b.2. est une langue comme les autres.
b.3. a moins d’impact que l’anglais.
c. Selon Akasaka, les langues étrangères:
c.1. sont menacées par la mondialisation.
c.2. n’ont pas d’impact sur notre façon de penser et d’agir.
c.3. influencent notre perception du monde.
d. Pour célébrer la journée de chaque langue officielle, le symbole sera:
d.1. un monument historique.
d.2. un écrivain ou poète.
d.3. un homme politique.
*Post-lecture : Par groupe de 3 ou 4, vos élèves vont créer une affiche destinée à promouvoir la diffusion de la langue française aux Etats-Unis ou dans le monde: sur cette affiche figurera un logo ou une image (d’une personne ou d’un monument) pour symboliser la langue française et un slogan écrit en français suivi de quelques lignes.

II. Apprendre le français: une expérience unique et enrichissante
1. Petite introduction : Ecrivez au tableau l’expression « langue étrangère » et demandez à vos élèves d’y associer un nom (la connaissance), un adjectif (culturel) ou un verbe (apprendre, parler, etc…). Ensuite, écrivez « la langue française » au tableau et faites le même exercice. Quand vous aurez trouvé un nombre satisfaisant de mots associés à ces deux expressions, menez une discussion sur l’importance de l’apprentissage des langues étrangères à l’aide des questions suivantes:
a. Pourquoi est-ce important de parler une autre langue que l’anglais ?
b. Qu’est-ce qu’on apprend quand on étudie une langue étrangère ? Est-ce seulement une question de grammaire et de vocabulaire ?
c. En apprenant le français, qu’est-ce que vous avez découvert ?
2. Pourquoi apprendre le français ? :
 *Petit sondage : pendant environ 5 minutes, chaque élève demandera à chacun de ses camarades pourquoi il a choisi de suivre ce cours de français et notera les réponses sur une feuille. Ensuite, vous discuterez de ces raisons tous ensemble en guise de récapitulation. Voici les questions à poser pour mener à bien le sondage:
– Pourquoi est-ce que tu as choisi de suivre ce cours de français ?
– Est-ce que tu suis des cours pour apprendre une autre langue étrangère ? Si oui, laquelle ?
– Est-ce que tu prévois de partir en France plus tard ?
*Analyse de données : Montrez à vos élèves ces graphiques qui proviennent d’une étude menée par l’Institut des Langues de UW-Madison à l’automne 2004 et discutez ensemble des raisons pour lesquelles on choisit d’étudier le français à partir des questions suivantes:
a. Quelle est la raison principale pour laquelle on choisit d’étudier le français ?
b. Quelle est la deuxième raison évoquée ?
c. En comparant les autres langues avec le français, quelles sont les différences au niveau des motivations ?
d. Comment expliquez-vous ces différences ?
e. Entre la France, l’Espagne et l’Allemagne, quel pays donne le plus envie de faire un programme d’études à l’étranger selon le graphique ? Pourquoi selon vous ?
*Activités d’expansion : Comme devoir à la maison, vos élèves demanderont à un ami ou à un membre de leur famille quelle langue étrangère il/elle a appris, pourquoi cette langue en particulier et quel effet cet apprentissage a eu sur sa carrière et sa vie en général. Vos élèves écriront ensuite un court paragraphe dans lequel ils résumeront ces informations qu’ils liront en classe.
3. La voix des étudiants : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Combien de langues étrangères parlez-vous ? Lesquelles ?
– Pourquoi avez-vous choisi d’étudier la langue française au lieu d’une autre langue étrangère ?
– En quoi l’apprentissage du français vous apporte quelque chose de bénéfique (du point de vue académique, personnel ou culturel) ?
*Lecture : Par groupes de trois, vos élèves vont lire 4 profils d’étudiants en français sur le sitede l’Institut des Langues de UW-Madison (il y en a 20 en tout, donc veillez à assigner des profils différents pour chaque groupe) et, à partir des informations qu’ils auront trouvées, répondre en français aux questions suivantes:
a. Est-ce que ces étudiants sont forcément spécialisés dans l’étude des langues étrangères ou ont-ils d’autres intérêts d’un point de vue académique ?
b. En général, est-ce que ces étudiants parlent une seule ou plusieurs langues étrangères ? Lesquelles ?
c. Quelles sont les raisons principales pour lesquelles ils choisissent d’étudier le français ?
d. Selon eux, quels sont les avantages d’apprendre une langue étrangère ?
e. En quoi est-ce enrichissant sur un plan personnel ?
f. A quelles occasions peuvent-ils utiliser leur connaissance de la langue française ?
g. Quelles sont leur expérience lorsqu’ils vont étudier ou vivre à l’étranger ?
*Post-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
h. Quelle est la chose que vous préférez dans vos cours de français ?
i. Est-ce que vous aimeriez continuer à étudier ou pratiquer le français après la fin de votre scolarité ?
– Vous pouvez également leur demander de relever les arguments avancés par cette vidéodiffusée par le Language Institute de UW-Madison et en discuter tous ensemble.

III. Le français, un atout au niveau professionnel
1. Travailler à Bruxelles : *Pré-visionnage : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Selon vous, quels débouchés offre la langue française ?
– Que pensez-vous du métier d’interprète ?
*Visionnage : Demandez à vos élèves de regarder cette vidéo puis de répondre aux questions ci-dessous :
a. Bruxelles aura besoin de nouveaux interprètes en français dans dix ans:
a.1. à cause des départs à la retraite.
a.2. à cause d’une augmentation phénoménale des postes.
a.3. à cause de la crise économique.
b. Il faudra embaucher:
b.1. 100 interprètes en français.
b.2. 200 interprètes en français.
b.3. 300 interprètes en français.
c. Les interprètes devront parler:
c.1. 2 langues différentes.
c.2. 3 langues différentes.
c.3. 4 langues différentes.
d. En général, les interprètes de la Commission européenne ont fait:
d.1. une formation de deux ans dans une école spécialisée.
d.2. des études de langues étrangères à l’université.
d.3. des études dans n’importe quel domaine, pourvu qu’ils soient bilingues.
*Post-visionnage : Vous pouvez montrer cette vidéo à vos élèves pendant quelques minutes pour leur montrer en quoi consiste le métier d’interprète à la Commission européenne de Bruxelles.
2. Le français et ses débouchés professionnels
 : *Pré-lecture : Posez les questions suivantes à vos élèves :
– Pourquoi est-ce que vous étudiez le français ?
– Sur quels types de métiers débouche, en général, l’apprentissage du français ?
– Est-ce que l’étude de la langue française est seulement limitée à l’enseignement, la recherche ou la traduction et l’interprétariat ?
*Lecture: Chaque groupe (constitué de 4 élèves) va lire un extrait différent du livre Post-Francophile : Stories from the Professional French Masters Program, édité par Ritt Deitz, qui raconte l’expérience de plusieurs anciens élèves du P.F.M.P. Ensuite, chaque groupe résumera son histoire en faisant une présentation à la classe. Voici un exemple de lignes directrices pour la présentation :
a. Quel est le métier actuel de la personne qui raconte son histoire ?
b. En quoi est-ce que l’étude et la connaissance du français sont importantes pour ce travail ?
c. En quoi l’étude du français a-t-elle transformé cette personne d’un point de vue personnel ou professionnel ?
*Post-lecture : Posez à vos élèves les questions suivantes:
d. Est-ce que ces extraits vous ont donné envie de poursuivre l’étude du français ?
e. Savez-vous quel métier vous voudriez exercer plus tard ? Si oui, est-ce compatible avec le français ?

Autres liens utiles:

– La vidéo Pourquoi apprendre le français? proposée par le site du gouvernement français.
– Le manifeste Langue française : état d’urgence par un collectif d’associations.
– Un site concernant la défense de la langue française.
– Le site officiel de la revue Le français dans le monde.


Les jeux de la francophonie

ACTIVITÉ : LES JEUX DE LA FRANCOPHONIE

NIVEAU DEBUTANT

I. La Francophonie 
1. Brainstorming  : Ecrivez le mot « Francophonie » au tableau et demandez à vos élèves s’ils savent ce que c’est, ou s’ils peuvent imaginer ce que c’est. Expliquez-leur ensuite que c’est un regroupement de pays ayant le français en commun. Demandez-leur maintenant de donner des exemples de pays où le français est parlé.
2. La carte  : Montrez à vos élèves la carte de la francophonie et demandez-leur de cliquer sur les pays qu’ils ne connaissent pas pour voir où ils se trouvent. Mettez ensuite vos élèves par groupes de deux et demandez-leur de faire les trois quiz sur la francophonie : le français en Afriquele français en Amérique et le français en Europe. Faites une compétition entre les groupes !
3. Le drapeau : Montrez maintenant le drapeau de la Francophonie à vos élèves. Demandez-leur si le drapeau leur rappelle un autre drapeau, qu’ils connaissent déjà. Montrez-leur ensuite le drapeau des Jeux Olympiques et posez-leur les questions suivantes :
a. Quels sont les points communs entre les deux drapeaux ? ( Réponse : les couleurs, la forme ronde )
b. A quoi correspondent les différentes couleurs ? ( Réponse : 5 continents )
c. Pourquoi les 5 couleurs sont-elles présentes sur le drapeau francophone ? ( Réponse : parce que le français est parlé sur les 5 continents )

II. Les Jeux de la Francophonie 
Expliquez à vos élèves que la Francophonie organise des Jeux, comme les Jeux Olympiques, tous les 4 ans (l’année suivant les JO). Les derniers Jeux se sont passés en 2009, à Beyrouth, au Liban.
1. La mascotte 2009  :
– Faites découvrir la mascotte, nommée Cédrus, à vos élèves. Mettez vos élèves par groupes de deux et demandez-leur de regarder la photo de Cédrus et de répondre aux questions qui suivent :
a. A quoi ressemble Cédrus ? ( Réponse : à un oiseau )
b. De quelles couleurs est-il ? A votre avis, pourquoi ? ( Réponse : violet, rouge, jaune, vert, blanc : comme les couleurs du drapeau )
Demandez-leur maintenant de lire le texte à propos de Cédrus et de répondre aux questions suivantes. Corrigez ensuite ensemble.
a. Quels sont les adjectifs et les qualités qui caractérisent Cédrus ? ( Réponse : petit, rapide, courageux, passionné de sport et d’art, humeur joyeuse, esprit optimiste, persévérant, etc. )
b. A quel type d’oiseau la description fait-elle référence ? ( Réponse : le Phénix )
Précisez que le Liban a été en guerre pendant très longtemps et que le pays est en train de se reconstruire (d’où la comparaison au Phénix). Faites également remarquer que le nom donné à la mascotte, Cédrus, provient du type d’arbre appelé « Cedrus Libani » ou « cèdre du Liban », l’emblème du pays (présent sur ledrapeau du Liban).
- Montrez maintenant à vos élèves les différentes activités présentes aux Jeux de la Francophonie de 2009. Par deux, posez-leur les questions qui suivent :
a. Pouvez-vous deviner les différentes activités que pratique Cédrus ?
Réponses : l’athlétisme, le basketball, la boxe, la chanson, la danse (de création), la littérature, le football, le judo, les contes et les conteurs, Cédrus lui-même, la peinture, la photographie, le tennis de table (ou le ping-pong), la sculpture, le volleyball (de plage )
b. Quelles sont les activités présentes aux Jeux Olympiques ? Celles seulement présentes aux Jeux de la Francophonie?
2. La bande annonce  : Montrez la vidéo de la bande annonce pour les Jeux de 2009 au Liban et demandez à vos élèves de noter les choses suivantes. Corrigez ensuite ensemble.
a. les différents sports présents ;
b. décrivez la dernière image (le logo).
3. Les photos 2009  : Par groupes de deux, demandez à vos élèves de choisir trois photos parmi les différentes rubriques et de les décrire en expliquant pourquoi ils les ont choisies.

III. A vous de jouer !
Par groupes de trois, demandez à vos élèves de choisir un pays francophone qu’ils ne connaissent pas et de préparer une fiche du pays choisi en incluant les informations suivantes :
– le continent sur lequel il est,
– la capitale,
– les langues parlées,
– la population.
Demandez-leur ensuite d’inventer la mascotte des Jeux de la Francophonie s’ils devaient se passer dans le pays de leur choix, et de lui donner un nom. Ils devront présenter leur pays à la classe, ainsi que leur mascotte et les raisons de leurs choix.

NIVEAU INTERMEDIAIRE
Certaines activités pour débutants sont réutilisées pour le niveau intermédiaire. Vous pouvez également réutiliser les autres activités pour débutants, ou les adapter pour vos élèves de français intermédiaire.

I. La Francophonie 

1. Brainstorming  : Ecrivez le mot « Francophonie » au tableau et demandez à vos élèves s’ils savent ce que c’est, ou s’ils peuvent imaginer ce que c’est. Expliquez-leur ensuite que c’est un regroupement de pays ayant le français en commun. Demandez-leur maintenant de donner des exemples de pays où le français est parlé et montrez-leur ensuite la carte de la Francophonie.
2. La Francophonie  : Divisez votre classe en groupes de deux et donnez-leur à chacun une des trois rubriques qui suivent. Demandez-leur d’aller sur le site internet de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de cliquer sur leur rubrique (en haut à gauche) et de répondre aux questions correspondantes. Mettez ensuite les réponses en commun.
– La Francophonie (Qui sommes-nous ?)
a. L’OIF est composée de combien d’Etats et de gouvernements ?
b. Où et en quelle année l’OIF a-t-elle été fondée ?
c. Où sont consignés les objectifs de la Francophonie ?
d. Dans quel pays les missions de la Francophonie ont-elles été adoptées ?
– Secrétaire général (Abdou Diouf / Les activités du Secrétaire général)
a. Depuis quelle année Abdou Diouf est-il Secrétaire général de la Francophonie ?
b. Qui était Abdou Diouf avant d’être élu Secrétaire général ?
c. Quelle était sa politique ?
d. Quel est le rôle du Secrétaire général ?
– Actions (Langue française / Diversité culturelle et linguistique)
a. Qu’est-ce que l’OIF favorise en parallèle de la promotion du français ?
b. Quels sont les trois axes majeurs de la politique des langues ?
c. A quoi peut contribuer la production de biens culturels ?
d. Que s’est-il passé le 20 octobre 2005 ?
3. Le drapeau : Montrez maintenant le drapeau de la Francophonie à vos élèves. Demandez-leur si le drapeau leur rappelle un autre drapeau, qu’ils connaissent. Montrez-leur ensuite le drapeau des Jeux Olympiques et posez les questions suivantes :
a. Quels sont les points communs entre les deux drapeaux ? ( Réponse : les couleurs, la forme ronde )
b. A quoi correspondent les différentes couleurs ? ( Réponse : 5 continents )
c. Pourquoi les 5 couleurs sont-elles présentes sur le drapeau francophone ? ( Réponse : parce que le français est parlé sur les 5 continents )

II. Histoire des Jeux
1. Les Jeux de la Francophonie  : Ecrivez ensuite « Jeux de la Francophonie » au tableau et demandez à vos élèves d’imaginer quelles sont les différences entre les Jeux Olympiques et les Jeux de la Francophonie (JDLF). Ensuite, par groupes de deux, demandez-leur d’aller sur le site officiel des Jeux de la Francophonie (et de cliquer sur Les Jeux et ses sous-rubriques) et de répondre aux questions suivantes. Corrigez ensuite ensemble.
a. Quelles sont les trois catégories en compétition aux JDLF ? ( Réponse : arts, sport, langue française )
b. Quand sont-ils organisés ? ( Réponse : tous les 4 ans )
c. En quelle année les Jeux de la Francophonie ont-ils été créés ? ( Réponse : 1987 )
d. Pourquoi l’expérience du Niger est-elle exemplaire ? ( Réponse : par l’élan de solidarité qu’elle a soulevé pendant la crise alimentaire du Niger )
e. Quelle est la particularité des JDLF en ce qui concerne l’accueil des Jeux ? ( Réponse : au moins une fois sur deux dans un pays en voie de développement )
f. Pour qui, en particulier, les JDLF sont-il destinés ? ( Réponse : pour la jeunesse )
g. Dans quels pays les JDLF ont-il été accueilli depuis le début ? ( Réponse : au Maroc, en France, à Madagascar, au Canada, au Niger et au Liban )
h. Aux derniers JDLF, quel pays a gagné le plus de médailles d’or ? d’argent ? de bronze ?
2. Les Jeux du Maroc à Beyrouth : Montrez la vidéo sur l’histoire des JDLF à vos élèves après avoir lu les questions qui suivent. Demandez ensuite à vos élèves de répondre aux questions pendant la vidéo.
a. Dans quelle ville la VIè édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Beyrouth )
b. Dans quelle ville se trouve le siège de la Francophonie ? ( Réponse : Paris )
c. Selon Clément Duhaime, combien de jeunes devraient assister aux JDLF au Liban ? ( Réponse : 3000 )
d. Dans quelle ville la première édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Casablanca )
e. Dans quelle ville la IIè édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Paris )
f. Dans quelle ville la IIIè édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Antananarivo )
g. Dans quelles villes la IVè édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Ottawa et Hull )
h. Dans quelle ville la Vè édition des JDLF a-t-elle eu lieu ? ( Réponse : Niamey )

III. Les Jeux de 2009
1. Le discours d’Abdou Diouf  : Mettez maintenant vos élèves par groupes de deux et cliquez sur lediscours du Secrétaire général à la VIè édition des JDLF. Demandez à vos élèves de répondre aux questions qui suivent et corrigez ensuite ensemble.
a. Selon Abdou Diouf, sous quel signe est placé la VIè édition des Jeux ?
b. Pendant les dix jours, de quoi les spectateurs seront-ils témoins ?
c. Qu’est-ce que le pavillon de la Francophonie associe ?
d. Que se passe-t-il grâce à TV5 ?
e. Que se passe-t-il en direct du Campus de l’Université de Beyrouth ?
2. Le lancement des Jeux au Liban  : Pour savoir comment se sont déroulés les JDLF au Liban, le siteRFI vous propose un document audio ainsi que des questions de compréhension. Faites écouter le document audio plusieurs fois à vos élèves et demandez-leur de répondre aux questions.
3. La cérémonie d’ouverture : Montrez la vidéo de la cérémonie d’ouverture des JDLF à Beyrouth et demandez à vos élèves de relever les différentes activités et les différents moments et spectacles qui se sont passés pendant la cérémonie. Montrez la vidéo au moins deux fois, et corrigez ensuite ensemble.

IV. A vous de jouer !
Par deux, vous allez écrire une interview entre un journaliste et Abdou Diouf. Le journaliste pose des questions au Secrétaire général de la Francophonie à la fin des Jeux pour lui demander son avis sur la cérémonie d’ouverture, les Jeux, le Liban, etc. Vous pouvez vous aider du site des JDLF (comme les médailles par exemple), du discours d’Abdou Diouf, de la vidéo de la cérémonie d’ouverture, etc. Vous jouerez ensuite la scène devant la classe !

Autres liens utiles
- Un web cast sur la Francophonie. Vous pouvez également y retrouver le power point de la présentation ainsi que les biographies de nos quatre invités francophones : Franz de la Suisse, Malick du Sénégal, Renée Anne de l’Ontario Français et Geneviève du Québec.
Idées pédagogiques : Vous pouvez utiliser le webcast de diverses manières avec vos élèves. Le webcast consiste en la biographie de chacun des invités, de la description de leurs photos et de cinq questions :
1. Quels sont le statut de la langue française et la place de la communauté francophone au sein de votre pays ?
2. Parlez un peu de votre famille et de vos activités de famille quand vous étiez adolescent(e).
3. Quelles sont les spécialités culinaires de votre pays ?
4. Comment s’organise le système politique dans votre pays ? Pourriez-vous nous parler des rapports que votre pays entretient avec la France ?
5. Quelle est la date de votre fête nationale et comment la célébrez-vous ?
En mettant vos élèves en groupe, vous pouvez par exemple leur demander de s’occuper d’un pays et de décrire les images de celui-ci ainsi que de résumer la biographie de la personne et les réponses aux questions. Vous pouvez également mettre les groupes en charge d’une seule question et leur faire comparer les différents pays.
– Une vidéo de l’interview de Nicolas Fraissinet, médaillé d’or aux JDLF pour la catégorie chanson:
– Un centre de ressources du patrimoine oral francophone propose des contes collectés dans différents pays, enregistrés en français et en langue locale, accompagnés d’une fiche pédagogique.


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 193 other followers